Les PC de Fukushima étaient sous Windows XP


  • FrançaisFrançais


  • This aerial view, taken by an unmanned aerial vehicle (UAV) of the Air Photo Service on March 20, 2011 shows Tokyo Electric Power Co (TEPCO) Fukushima Daiichi nuclear power plant at Okuma town in Fukushima prefecture. The lower building is the fourth reactor which is suffering damage from an explosion, the damaged building 2nd from bottom is the third reactor, the next building is the second reactor and upper most building is the first reactor, also suffering damage. HANDOUT RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / HO / AIR PHOTO SERVICE" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS

    Une autorité de surveillance japonaise a découvert que des milliers d’ordinateurs dans la centrale nucléaire de Fukushima étaient encore sous Windows XP. Ca explique bien des choses…


     

    Au Japon, une autorité de surveillance a tiré à boulets rouges sur les techniciens de la centrale nucléaire de Fukushima lorsqu’ils ont découvert que la majorité des PC dans le complexe tournaient encore sous Windows XP. Notons que cette découverte survient après la catastrophe de 2011. On pouvait penser que les responsables de la centrale avait considérablement renforcé la sécurité et la fiabilité de leur infrastructure, mais on dirait qu’ils s’en foutent complètement.

    L’audit ne concernait pas précisément Fukushima, car l’autorité de surveillance a étudié l’infrastructure de la Tokyo Electric Power Company (Tepco) qui possède plusieurs centrales nucléaires incluant celle de Fukushima. Dans l’audit (en japonais), les enquêteurs ont découvert que 48 000 PC de Telco tournaient encore sous Windows XP. Et c’est lorsqu’ils ont lancé une enquête approfondie qu’ils ont découvert les machines sous XP dans la centrale de Fukushima.

    Japan Times rapporte que Tepco a voulu économiser sur la mise à jour du système d’exploitation, car il doit payer déjà plusieurs milliards de dollars pour le nettoyage de la centrale. Tepco avait déjà annoncé qu’il procéderait à la mise à jour de ses systèmes, mais que ce n’était pas encore la priorité parmi les autres sur sa liste concernant Fukushima. L’audit de surveillance s’est déchainée en disant à Tepco de ne pas être avare et de faire la mise à jour en priorité.

    Aux ingénieurs et aux administrateurs de Fukushima, on leur conseille de se renseigner sur un bidule qui s’appelle Linux. C’est gratuit, c’est stable, c’est sécurisé et ce n’est pas Windows XP.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

    Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.