Le futur du transport ? Un tube de verre appelé Hyperloop


  • FrançaisFrançais



  • Quand on demande aux gens d’imaginer le futur du transport, certains peuvent dessiner une voiture qui serait autonome et alimentée par l’énergie solaire. Mais pour d’autres dans le futur, on va voyager dans un tube de verre appelé Hyperloop à une vitesse de 1250 km/h.

    hyperloop

    Cette idée nous vient de l’entrepreneur Elon Musk qui voulait que des voyageurs puissent aller de San Francisco à Los Angeles en une demi-heure. 2 ans après avoir dévoilé ce système de transport futuriste appelé Hyperloop, Musk vient d’annoncer qu’il va construire une piste de test en Californie et qu’il lance même un concours pour des prototypes de station. Plusieurs entreprises ont annoncé leurs participations dans des projets pilotes en Californie, au Texas et dans d’autres Etats, mais Musk et ses entreprises SpaceX et Tesla Motors n’étaient pas impliqués dans ces projets. Dirk Ahlborn est le CEO d’Hyperloop Transportation Technologie, une entreprise de recherche fondée par Elon Musk. Ahlborn a déclaré : Imaginez une capsule remplie de gens qui se trouve dans un tube. Dans le tube, vous créez un environnement à basse pression qui est similaire à celle d’un avion en haute altitude. Quand la capsule traverse le tube, elle rencontre très peu de résistance et elle peut voyager très vite avec le minimum d’énergie. Et il a ajouté que l’Hyperloop est alimenté à 100 % par l’énergie solaire.

    Hyperloop promet des vitesses hallucinantes

    Les capsules seraient installées sur un coussin d’air, qui serait alimenté par un accélérateur magnétique linéaire, et les capsules seraient au-dessus et en dessous du sol ainsi que le long du tube. Quand Musk a annoncé cette idée en 2013, beaucoup ont été excités par cette idée. L’Hyperloop est la combinaison d’un Concorde, d’un canon électrique et d’une table de hockey sur coussin d’air. On a même un document de 57 pages qui illustre comme ce tube d’Hyperloop pourrait transporter des voitures et des personnes à une vitesse qu’on n’aurait même pas pu imaginer pour des véhicules terrestres. Comparé à d’autres systèmes futuristes tels que des rails à très haute vitesse, l’Hyperloop serait plus sécurisé, plus rapide, plus économe et qu’il serait plus facile à mettre en place. Le 15 juin, SpaceX a annoncé qu’il construirait une piste de test de 1,2 kilomètre à côté de son quartier général situé à Hawthorne en Californie. Et il organise des compétitions pour que des ingénieurs indépendants proposent des designs de stations et de bornes de l’hyperloop.

    Mais en présentant le projet Hyperloop à une audience européenne pour la première fois à Vienne pendant le Festival de Pioneer en mai 2014, Ahlborn a annoncé qu’Hyperloop Transportation Technologie allait construire sa propre piste. Au début de 2016, nous allons installer une piste de test de 8 kilomètres à Quay Valley qui est une nouvelle ville qui sera construite en Californie. Nous n’allons pas atteindre les 1000 km/h, mais la vitesse sera déjà suffisante pour pulvériser tous les records terrestres.

    Pas de financement participatif, mais de collaboration participative

    Mais Ahlborn ne propose pas uniquement une innovation technologique avec l’Hyperloop, mais également la manière de développer un projet. En général, les gens utilisent le financement participatif pour développer le projet. Ahlborn a préféré directement une collaboration participative pour les talents et la main d’oeuvre. Cela signifie que de nombreuses entreprises vont participer au projet incluant les gros groupes qui sont cotés en Bourse. Le principal avantage de cette approche est que chaque entreprise amène son expertise. Pour le projet de Quay Valley, ils cherchent actuellement des partenariats de Sponsoring et des investissements provenant de partenaires stratégiques qui peuvent les aider à développer le système sur un niveau global et à leur permettre d’atteindre les bonnes personnes dans les bonnes places.

    Comme d’habitude avec les projets d’Elon Musk, tout le processus de création est différent. Est-ce qu’on aura besoin d’un ticket pour voyager dans l’Hyperloop ? Est-ce qu’il y d’autres moyens de générer des revenus ? Pour le moment, on utilise le béton pour les pylônes qui vont supporter l’hyperloop, mais est-ce qu’on ne peut pas utiliser d’autres matériaux qui seraient plus esthétiques et qui seront acceptés plus facilement par la population ? Par exemple, Ahlborn pense qu’on peut mettre des filtres à air dans les pylônes, des petits jardins ou encore des ruches. Et une fois que le projet de Quay Valley sera terminé, le seul obstacle sera le déploiement à grande échelle. Cela nécessitera plus de pylônes et de tubes qui seront plus longs. Ce CEO estime que l’Hyperloop de Quay Valley va transporter 10 millions de personnes par année et il sera lancé en 2018. Pour Ahlborn, le transport par chemin de fer est un dinosaure comparé aux technologies actuelles. Il est temps de le remplacer par quelque chose de plus efficace et de plus rapide.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

    Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.