Jeux vidéos : Les contrôles de dopage arrivent dans l'e-Sport



Les différentes ligues d’ vont contrôler le dopage des joueurs s’ils utilisent des pilules telles que l’Adderall.

L’e-Sport devient aussi populaire et rentable que le sport traditionnel. Les joueurs professionnels se font courtiser par les marques et les cagnottes dans les tournois peuvent atteindre des millions de dollars comme on l’a vu avec Dota 2. Et il semble que l’e-Sport suit également le chemin sombre du sport traditionnel avec le dopage. De nombreuses ligues sportives vont mettre en place des contrôles de dopage et bannir les joueurs qui se donnent un bonus pour être les meilleurs. L’annonce la plus importante vient d’Electronic Sports League (ESL) qui a déclaré qu’elle travaillera avec l’agence mondiale anti-dopage en effectuant des tests sur le prochain ESL One Cologne qui se tiendra en atout. Ce ne seront pas des tests sanguins, mais uniquement un prélèvement sur la peau.

Un secret de polichinelle

L’utilisation de médicaments tels que l’Adderall est un secret de polichinelle dans la communauté d’e-Sport. Bjoern Franzen, un consultant dans l’e-Sport, avait averti dès l’année dernière que de plus en plus de joueurs se mettent au dopage et qu’on ne fait rien pour combattre ces pratiques. Et c’est une chose que tout le monde sait, mais qu’on évite de crier sur les toits. Mais le problème est devenu sérieux lorsque Kory « Semphis » Friesen, un ancien membre de l’équipe professionnelle Cloud9 a admis que tous les joueurs carburaient à l’Adderall pendant les tournois de l’Electronic Sports League (ESL). Les commentaires de la vidéo se passent d’explications, car certains disaient que le dopage existe depuis la création de l’e-sport tandis que d’autres sont contre et appellent à un ban définitif des joueurs. Cette vidéo de Semphis a incité les ligues professionnelles de à déclarer qu’ils séviraient contre tout joueur qui utiliserait des substances pour doper artificiellement ses performances.

Le dilemme de l’e-Sport

Notons que les contrôles de dopage existent déjà dans l’e-Sport, mais aucune ligue professionnelle ne veut les mettre en place. L’une des raisons est que la performance des joueurs est liée à ces drogues. Une performance qui attire le public et donc les sponsors par la même occasion. De temps en temps, les ligues approchent les joueurs pour leur murmurer d’arrêter leur connerie. Mais jusqu’à présent, un seul joueur a été testé positif au Pro Plus qui est un supplément de caféine. L’e-Sport rencontre le même dilemme que le sport traditionnel. Comment préserver l’image des stars en préservant l’intégrité des jeux vidéos ? Le sport traditionnel nous montre que ces 2 choses sont totalement incompatibles. L’Adderall est une substance qui permet de traiter le trouble du déficit de l’attention (TDA). Son objectif est de maximiser la concentration du joueur ce qui est crucial pour qu’il effectue des performances hors du commun. Mais les effets secondaires de l’Adderall sont nombreux, car l’International eSports Federation (IeSF) basée en Corée du Sud estime qu’on peut avoir la nausée, la diarrhée, des arrêts cardiaques, la perte de cheveux, des hallucinations et des troubles de l’érection.

L’e-Sport est considéré comme le sport des fainéants par certains, car comment peut-on se fatiguer à rester jouer dans un fauteuil ? Mais les tournois e-Sport peuvent durer des jours et l’attention maximale nécessaire se répercute sur les aspects physiques des joueurs. Et vu les effets secondaires d’Adderall, est-ce qu’on peut dire que ça vaut le coup pour gagner un tournoi ? Ces contrôles de dopage montrent que oui, mais cela montre aussi qu’on a laissé l’e-Sport se développer dans son coin sans proposer aucune réglementation digne de ce nom. Et maintenant qu’on commence à voir l’aspect cancéreux de ce phénomène, on nous dit que ce n’est pas bien et qu’il faut faire quelque chose.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *