Julia Reda : "L'Europe prépare une attaque frontale contre le lien hypertexte"

Selon Julia Reda, membre du Parti Pirate et parlementaire européenne, l’Europe prépare une réforme du droit d’auteur qui sanctionnerait le simple fait de faire un lien vers un contenu protégé par le droit d’auteur.



Julia Reda est la seule parlementaire européenne du Parti Pirate et elle a été élue en 2014. Même si son expérience du Parlement peut sembler minimale, elle est devenue l’une des expertes dans le droit d’auteur et elle dénonce régulièrement les réformes proposées par l’. Cette fois, elle estime que l’Europe prépare une attaque frontale contre le lien hypertexte qui est la base du web. L’Union européenne prépare une réforme du droit d’auteur qui criminaliserait ceux qui font un lien vers un contenu protégé par le droit d’auteur. On peut penser que cette réforme vise les contenus piratés, mais en fait, elle pointe directement vers la licorne des éditeurs, à savoir, la taxe Google.

Les médias veulent faire payer Google et consorts

Cette réforme se base sur une idée qui devient obsessionnelle : Il faut que les portails web et les moteurs de recherche payent les médias lorsqu’ils utilisent leurs contenus. En gros, l’Europe veut que Google et les autres paient les médias alors que ces entreprises offrent gratuitement une visibilité sans précédent à leurs contenus. Si Google News indexe des contenus provenant de médias, alors Google devrait les payer sous cette réforme, puisque Google fait un lien vers du contenu protégé.

C’est une idée absurde et dangereuse et la criminalisation d’un simple lien aurait des conséquences désastreuses. Cela impliquerait que chaque site ou blog pourrait être tenu responsable de leurs liens et cela ouvre la voie à une censure généralisée et sans frontières. Est-ce que les éditeurs ne comprennent pas que Google et consorts leur offrent un processus équitable ? Ils indexent leurs contenus, mais leur visibilité est considérablement plus importante. Est-ce que les médias pensent réellement qu’ils auraient cette notoriété sans Google News et les portails qui affichent leurs articles ?

Le blog IPKat a publié un brouillon sur cette réforme du droit d’auteur et l’Europe est assez vague sur ce qu’elle pourrait criminaliser ou non. Cette opacité augmente les risques d’abus sans oublier que ce serait un cauchemar de l’appliquer.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Pas de réponses

  1. 22decembre dit :

    D’un autre côté, Google & co (FB notamment) censurent de plus en plus et font pression sur les sites web qu’ils indexent, voir affichent leurs textes sans rediriger le lecteur vers l’article original, s’appropriant ainsi le contenu.

  2. patpro dit :

    Ce qui serait vraiment fabuleux si le texte passe, c’est que Google, Yahoo!, Bing, etc. n’affichent plus aucun résultats de recherche pour des sites hébergés en Europe.
    Je donne environ 5 minutes aux lobbies de l’édition pour changer d’avis et exercer des pressions inverses sur le législateur européen. Non vraiment, ce serait à mourir de rire, j’ai hâte.

  3. Duncane dit :

    Pareil que @patpro je n’attends qu’une seule chose, c’est que Google pousse un petit coup de gueule en supprimant des résultats de recherche tout les liens liées à l’édition, et aux journaux.

    Sans oublier une coupure des régies publicitaires, puisque c’est aussi du contenu protégé par droit d’auteur.

    Et là, plus de revenus publicitaires, beaucoup moins de visites, ils tiendront combien de temps ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *