Le FBI a payé une université pour attaquer TOR


  • FrançaisFrançais

  • Le directeur du projet Tor, Roger Dingledine, accuse le FBI d’avoir payé l’université Carnegie Mellon à hauteur de 1 million de dollars pour casser le chiffrement du réseau Tor et identifier les adresses IP des utilisateurs.


    Le réseau TOR accuse le FBI d'avoir payé 1 million de dollar à une université pour casser le chiffrement et l'anonymat du projet TOR

    Le réseau Tor a subi plusieurs attaques au cours de ces derniers mois et pour Roger Dingledine, directeur du projet TOR, il s’agit d’une concertation entre le FBI et l’université Carnegie Mellon pour casser le chiffrement du réseau TOR et lever l’anonymat pour identifier des adresses IP de l’utilisateur. Il semble que les informaticiens de Carnegie Mellon aient été chargé spécifiquement d’identifier des adresses IP sur le réseau.

    Cela suit l’arrestation de Brian Farrell, l’un des lieutenants de la plateforme Silk Road 2. Selon les médias qui ont couvert l’affaire, une recherche provenant d’une université a permis d’identifier Brian Farrell pour le FBI. En juillet 2015, le projet TOR a découvert la faille qui a permis d’identifier cet utilisateur et les développeurs l’ont rapidement corrigé.

    Un porte-parole de Carnegie Mellon n’a pas nié les accusations, mais il demande les preuves de ce paiement de 1 million de dollars. Le projet TOR, de son coté, estime qu’il n’a que des indices pointant sur la complicité de Carnegie Mellon dans cette affaire. Pendant la dernière conférence de la Black Hat Security, des chercheurs de Carnegie Mellon prétendaient qu’ils pouvaient casser le chiffrement et l’anonymat du réseau TOR avec moins de 3 000 dollars, mais la conférence a été annulé sans aucune raison par la suite.

    Le projet TOR estime que Carnegie Mellon a collaboré avec le FBI sans un mandat et uniquement motivé par l’appat du gain. Cela signifie que le FBI a demandé à l’université d’identifier tous les utilisateurs du réseau TOR sans aucune exception et c’est totalement contre l’éthique de la recherche scientifique. Notons que le MIT avait aussi révélé des moyens d’identifier des utilisateurs du réseau TOR, mais leurs travaux sont publics et les chercheurs du MIT avaient même donné des conseils pour corriger la faille.

    Source : TOR Project

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

    Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.