90:9:1, le ratio étrange de la technologie


  • FrançaisFrançais

  • Mozilla vient de tuer Firefox OS en permettant à Android et iOS de dominer le marché du mobile. Google domine dans la recherche et on voit toujours le même ratio étrange de 90:9:1 dans de nombreux secteurs technologiques.



    Quel est le point commun entre les systèmes d’exploitation, les navigateurs et les moteurs de recherche ? Et bien, ils ont tous un ratio de 90:9:1, à savoir, un acteur domine tout et les autres se partagent des miettes. Il suffit de voir sur le mobile. Cette semaine, vient de tuer quasiment OS qui proposait un système mobile basé sur des applications en HTML5. Il reste désormais 3 acteurs avec Android, iOS et Windows Phone. Android domine à 85 %, iOS à 14 % et Windows Phone est à 1 %. C’est la même chose dans les systèmes d’exploitation. Windows domine à 91 %, Mac OS X est à 8 % et Linux est à 1 %. Et même si vous prenez les systèmes d’exploitation des serveurs, vous avez le même ratio que le précédent, mais en version inversée. Linux domine à 80 % suivis d’Unix et d’ISS.

    Ce ratio de 90/10 ou 99/1 a été observé depuis 2006. À cette époque, la règle générale stipulait que sur un groupe de 100 personnes qui interagissent en ligne, il y a en 1 qui va produire du contenu, 9 qui vont fournir un Feedback et 90 qui vont le consommer. Toutes les études par la suite ont confirmé ce principe fondamental d’internet (Une manière de dire qu’on ne sera jamais pour produire du contenu, car on fera toujours partie de la minorité).

    Les PC et les Smartphones

    Dans le monde des PC et des Smartphones, le ratio de 90:9:1 se produit à chaque fois qu’il y a un genre d’explosion cambrienne. En science, ce dernier désigne une explosion de la diversité des espèces sur Terre. En technologie, cela concerne une nouvelle norme avec de multiples variantes, mais qui se consolide rapidement en seule avec un acteur qui domine le marché. Dans les systèmes d’exploitation, on a eu les Amigas, le MS-DOS, les GEM, les DR-DOS, etc. Ensuite, on a eu une première consolidation avec BeOS et Linux. Aujourd’hui, on a Windows, Mac OS X, Linux et Unix.

    Avec l’apparition des premiers Smartphones, on a eu Symbian, Meego, Windows Mobile, Blackberry 7, Asha, OS, Jolla, Tizen. Le point commun de ces systèmes d’exploitation ? La plupart ont disparu ou sont en fin de vie tandis que d’autres tentent de grappiller les miettes sur les 1 % laissés par Android et iOS. La principale raison est le cout pour maintenir un système d’exploitation. Blackberry avait déclaré qu’il abandonnait Blackberry 10 parce que cela coutait trop cher pour développer des pilotes pour les différentes puces. Concernant Android, Google s’en charge et donc, les constructeurs de Smartphone lui donnent la domination en échange d’un système gratuit.

    Les moteurs de recherche et les navigateurs

    Et on voit le même ratio dans les moteurs de recherche. Google contrôle 90 % des parts de marché en Europe. Bing contrôle 7,3 %, Yahoo obtient 3,5 % et les 1,2 % restants vont aux autres. Sur le mobile, c’est la même histoire. Google a 94 %, Yahoo est à 3 %, Bing est à 2 % et les 0,3 % aux autres. Et rien de nouveau sous le dans les navigateurs. En 2002/2003, Internet Explorer de Microsoft se taillait la part du lion. Il contrôlait jusqu’à 95 % des parts du marché (une époque bien sombre de notre histoire). Netscape a tenté de déloger le roi sans grand succès. Ensuite, on a eu Safari en 2003 et la domination d’Internet Explorer a vacillé avec l’arrivée de en 2004. Firefox a ravi la seconde place en devenant le 9 % et sa popularité a augmenté pour arriver à 24 % en décembre 2009. À cette époque, l’arrivée d’une nouvelle version de Firefox était un événement.

    Internet Explorer ne pouvait pas empêcher sa glissade mortelle et Google Chrome est arrivé en 2008. Chrome a tout raflé sur son passage en quelques mois et aujourd’hui, Chrome domine avec 50 % des parts de marché, Internet Explorer est à 18 % tandis que est à 16 %. Et ce ratio de 90:9:1 est visible quasiment partout dans la technologie. Certes, il y a des exceptions qui expliquent cette domination. Windows a bénéficié d’une promotion impressionnante et Chrome est le seul navigateur au monde qui a été promu sur la page d’accueil de Google. C’est sûr qu’on se sent beaucoup mieux avec ce genre de coup de pouce.

    L’utilisateur monotâche provoque toujours le d’une

    Mais pourquoi les navigateurs et les moteurs de recherche ont-ils ce ratio ? Ils n’ont pas de cout de production et on ignore leur cout de maintenance et de déploiement. En fait, on peut juste les utiliser. Et ils sont assez faciles à construire. Le point commun du navigateur et le moteur de recherche sont qu’ils sont d’une utilisation exclusive. Vous pouvez utiliser un seul à la fois. Personne n’utilise 2 Smartphones en même temps même si on peut en posséder plusieurs. Et personne n’utilise 2 PC en même temps sauf dans des cas spéciaux. Vous faites seulement une recherche sur le web à la fois sur un seul moteur de recherche. Et vous utilisez un seul navigateur à la fois.

    Au fil du temps, une préférence d’utilisateur se démarque et tout le monde va dans le même entonnoir indépendamment d’un avis vraiment indépendant. Chrome est ultra-rapide ! est une usine à gaz ! Windows supporte tous les jeux ! Linux est uniquement réservé aux ingénieurs doublés d’un quadruple cerveau et 6 bras ! Les premières réputations ont la vie dure et les premiers sont très difficiles à tuer. C’est pourquoi Internet Explorer devance encore en 2015.

    Les consoles de jeu et les réseaux sociaux épargnés par le ratio 90:9:1

    Les consoles de jeu sont à l’abri du ratio 90:9:1. Si on regarde l’avant-dernière génération de consoles, elles se sont vendues respectivement à 101,2 millions pour la Wii, 85,9 millions pour la PS3 et 84,9 millions pour la Xbox 360. Ce sont des parts quasiment égales. Une explication possible est que les fabricants de consoles ont fait exprès de garder leur identité tout en proposant de nouveaux contenus même s’ils sont similaires. La clé pour le marché des consoles est que chacun a une petite avance, mais pas trop. Mais si demain, Sony, Microsoft ou Nintendo proposent une console ou un concept totalement nouveau, alors les 2 autres disparaitront dans la foulée. Mais pour le moment, chacun se satisfait du statu quo.

    Les réseaux sociaux sont aussi épargnés par le 99:9:1. On peut utiliser simultanément Facebook, Twitter, WhatsApp ou les autres. Ce ratio de 99:9:1 nous est proposé par The Guardian, mais son analyse est légèrement faussé sur les réseaux sociaux. Certes, on a le même nombre d’utilisateurs sur les différents réseaux, mais le contenu est le même. Pourquoi une telle chose ? Car ce que vous pouvez publier sur Facebook peut être partagé automatiquement sur Twitter et consorts. L’utilisateur reste englué à sa pratique monotâche, mais la technologie lui fait croire qu’il peut être présent en même temps. Est-ce que Google Plus aurait réussi s’il avait activé la publication automatique des contenus ? C’est une certitude. Le fait est qu’il y a autant d’utilisateurs sur les différents réseaux sociaux ne signifient absolument pas que tous les utilisateurs soient actifs sur ces réseaux.

    On devra observer si le ratio de 90:9:1 est aussi valable pour les nouveaux acteurs de la technologie. On a Uber, Lyft et Hailo, mais on peut penser qu’Uber va détenir le monopole. L’intelligence artificielle ? Citez-moi une seule entreprise, à part Google, qui possède déjà tout ce qu’il faut pour avoir ce monopole. L’internet gratuit pour tous ? Google et Facebook. Ce ratio va continuer parce que l’être humain est foncièrement une créature monotâche.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

    Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *