Un code pour accélérer le chargement des sites de 34 %


  • FrançaisFrançais

  • Les chercheurs du MIT proposent un code appelé Polaris qui permettrait d’accélérer les sites de 34 % dans n’importe quel navigateur.


    Le code Polaris, développé par une équipe du MIT, permet d'accélérer les pages web de 34 %

    Développé par une équipe du MIT, ce code appelé Polaris a été programmé pour collecter et évaluer tous les fichiers en arrière-plan d’un site donné incluant les images, les fichiers HTML et le code JavaScript. Cette collecte permet d’accélérer considérablement le chargement des pages. Les pages deviennent de plus en plus complexes et elles nécessitent des chargements répétitifs ce qui ralentit le délai de chargement. Avec notre méthode, on réduit ces répétitions afin d’accélérer considérablement le chargement de la page selon les chercheurs.

    La vitesse du chargement des pages est cruciale pour n’importe quel site. Amazon a déclaré qu’un délai de 100 millisecondes entraine une perte de 1 % dans ses revenus. Pour ceux qui ignorent les principes de chargement d’une page par un navigateur, celui-ci se connecte à internet et charge des objets tels que des fichiers HTML, des images et du code JavaScript. Chaque objet est évalué avant qu’il soit affiché.

    Le problème est que chaque objet dépend d’un autre objet qu’on appelle des dépendances. Donc, à chaque fois que le navigateur veut charger un objet, il doit le trouver et charger aussi ses dépendances. Et ces dernières ont également leurs propres dépendances. Par exemple, un navigateur doit exécuter du code JavaScript pour charger des images.

    En général, le processus fonctionne bien, mais le chargement est retardé lorsque les navigateurs ne voient pas toutes les dépendances. Et ils se retrouvent dans des boucles de chargement pour chercher continuellement des dépendances introuvables. Le code Polaris résout ce problème en traquant automatique chaque interaction unique entre les objets et leurs dépendances sur un site donné. Ce processus crée un graphique de dépendances qui augmente l’efficacité du navigateur dans le réseau.

    Ce n’est pas le premier traqueur de dépendances qui voit le jour, mais l’équipe a déclaré que c’est le seul qui détecte les dépendances les plus subtiles. Cela lui permet de proposer une vitesse impressionnante et l’avantage est que le code est en JavaScript signifiant qu’on peut le lancer dans n’importe quel site. L’équipe espère que son code va être intégré dans les navigateurs dans le futur. Polaris a déjà été testé sur 200 sites incluant ESPN, Wikipedia ou Weather.com et le chargement des pages était plus rapide de 34 %.

    Cette recherche n’a pas encore été évaluée et publiée, mais les résultats seront présenté pendant l’USENIX Symposium on Networked Systems Design and Implementation qui aura lieu cette semaine en Californie. Selon Mark Marron, développeur senior chez Microsoft, la possibilité de traquer des dépendances, à un niveau très précis, permet de réduire considérablement le temps de chargement. De plus, cela permet aussi de détecter des petites erreurs qui peuvent provoquer des crashs et d’autres problèmes sur les sites.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

    Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.