vendredi , 24 février 2017
Accueil » Technologie » La propagande des gouvernements sur les médias sociaux

La propagande des gouvernements sur les médias sociaux

Mot-clés: , , , , , ,

Un dossier du site Motherboard Vice analyse comment les gouvernements, les organisations de défense et de renseignement et des entreprises comme Thales veulent utiliser les réseaux sociaux comme un outil de propagande et de surveillance de masse en temps réel.


La propagande des gouvernements sur les médias sociaux
Une conférence globale de hauts fonctionnaires militaires et de renseignement, qui a eu lieu à Londres cette semaine, révèle comment les gouvernements considèrent les médias sociaux comme un « nouveau front dans la guerre » et un outil pour les forces militaires. Le thème principal de l’événement était la nécessité d’exploiter les médias sociaux comme source de renseignement sur les populations civiles et les ennemis et un moyen de propagande pour influencer l’opinion publique.

Un rapport de l’American Civil Liberties Union (ACLU) révélait le mois dernier comment un outil financé par la CIA, Geofeedia, était déjà utilisé par la police pour surveiller Facebook, Twitter et Instagram afin de surveiller les militants et les manifestants.1 Bien que Facebook et Twitter aient bloqué l’accès de Geofeedia, la conférence prouve que la surveillance des médias sociaux reste une industrie croissante sans aucune surveillance. Et ses plus grands clients sont nos propres gouvernements.

La 6e conférence annuelle sur les médias sociaux au sein du secteur militaire et de défense est parrainée par le groupe Thales, la 10e société spécialisée dans la défense au monde, qui appartient en partie au gouvernement français. Les participants à la conférence, présidée par Steven Mehringer, responsable des services de communication à l’OTAN, incluent des responsables militaires et de renseignement du monde entier, notamment « des spécialistes des médias sociaux de toutes les forces armées et de l’industrie de la défense ».

Propagande domestique

Un Panel constitué des responsables de l’armée britannique, de la Royal Navy et de la Royal Air Force s’intitule « Maximiser le soutien des médias aux activités des forces armées au Royaume-Uni » en explorant : « Comment les perceptions changeantes des médias sociaux peuvent améliorer les opérations médiatiques sur le sol national« . Le panel discutera également sur comment l’armée britannique peut « atteindre une grande audience avec des coûts réduits. »

« Les médias sociaux jouent un rôle de plus en plus important dans la représentation des forces armées, la sensibilisation aux questions institutionnelles et pour obtenir le soutien par des campagnes de recrutement » selon le président de la conférence, Steven Mehringer de l’OTAN, dans une brochure d’invitation pour l’événement.

Guerre psychologique

Dans la description des autres panels, on peut lire des choses telles que l’objectif des militaires en utilisant les médias sociaux afin d’influencer les croyances des populations pour gagner des guerres. Un Panel intitulé « L’approche numérique de l’OTAN : créer une conversation globale » décrit l’objectif de l’OTAN pour « cultiver une audience mondiale à travers les médias sociaux pour soutenir l’Alliance ».

Une autre table ronde fait directement référence au rôle des médias sociaux dans les opérations militaires de « guerre psychologique » militaires dissimulées (de la propagande) ainsi que l’utilisation des médias sociaux pour soutenir la surveillance de masse. Intitulée « Utilisation des médias sociaux en association avec d’autres systèmes militaires pour produire les effets souhaités« , on peut lire dans la description du programme : « Les efforts de coordination avec PsyOps. » Le PsyOps est de la manipulation mentale dans le jargon militaire.2

Surveillance de masse en temps réel

Le seul sponsor de l’événement, Thales, est un acteur majeur dans le développement de nouvelles technologies pour analyser les médias sociaux pour une utilisation militaire et du renseignement. De 2013 à 2015, Thales a établi un partenariat avec le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) et MediaMiser, une société de surveillance des médias basée à Ottawa afin de développer des outils pour les agences de sécurité afin de traiter automatiquement les énormes quantités d’informations de n’importe quelle langue circulant à un moment donné sur les blogs, les flux des sites d’actualités, les réseaux sociaux et autres.3 4 Le projet de recherche intitulé « Contre les menaces de sécurité liées à la technologie » a été financé par le Programme canadien de sécurité et de sûreté (CSSP), lui-même financé par l’Agence de recherche et de développement pour la défense du Canada.

Selon une description du projet sur le site web de Thales, les partenaires ont créé un outil de démonstration qui est actuellement testé avec des organisations de sécurité. La réaction initiale est très positive. L’outil concerne la « surveillance de masse en temps réel ». Les informations des médias sociaux entrant dans le système sont « immédiatement analysées » en utilisant des algorithmes et des techniques de Big Data afin de détecter des changements, des tendances ou des anomalies afin d’identifier les entités potentiellement dangereuses.

L’outil est déjà si puissant selon Thales qu’il faut 5 à 10 secondes pour que de nouvelles informations apparaissant sur le web soient déjà détectées dans le système de sorte que les analystes du renseignement aient des aperçus en temps réel sur les situations à mesure qu’elles évoluent. L’ensemble actuel de données compte environ 70 millions de documents avec 25 000 nouveaux documents qui sont ajoutés chaque jour et les résultats de recherche sont disponibles en moins de 5 secondes.

MediaMiser extrait et filtre les données sur un sujet particulier dès qu’ils sont affichés en ligne. Les outils développés par le CNRC traitent ce contenu en temps réel en traduisant et en résumant les données. L’information est alors assignée à diverses notes et descriptions : une note tonale (positive, négative, neutre) ; Des signes d’émotion (colère, peur, etc.) ; L’emplacement géographique de la source ; et les identités des individus ou des groupes impliqués dans la fabrication et la distribution du contenu.

Toutes ces métadonnées sont stockées avec le contenu dans un système contrôlé par Thales où les secteurs de la défense et de la sécurité peuvent utiliser des widgets spéciaux de visualisation pour accéder et explorer l’information. Les widgets incluent des vues cartographiques, des chronologies et des topologies de réseau qui peuvent être utilisées pour montrer les connexions entre les « documents, les personnes, les événements, les régions ou les groupes ».

La victoire sur la population locale

L’agenda de la conférence montre également que les médias sociaux sont perçus comme un outil de propagande efficace pour l’armée américaine même dans les régions éloignées où l’utilisation des médias sociaux est limitée. L’Afrique, par exemple, fait l’objet d’un panel intitulé « Utiliser les médias sociaux pour atteindre différents publics présentés par Nathan Herring, responsable des médias sociaux pour US AFRICOM. En sachant que seuls 9 % de la population africaine a accès aux médias sociaux.5

Néanmoins, le résumé du panel explique que l’objectif des militaires américains est « d’atteindre le public dans les zones où les médias sociaux sont encore une technologie émergente » et « de délivrer le bon message au bon public ».

En ce qui concerne les forces militaires du monde entier, les médias sociaux sont un nouveau champ de bataille qui doit être surveillé pour identifier les ennemis réels et potentiels, collecter les renseignements et influencer les opinions.

Traduction d’un article de Vice

Sources

1.
Facebook, Instagram, and Twitter Provided Data Access for a Surveillance Product Marketed to Target Activists of Color. ACLU of Northern California. https://www.aclunc.org/blog/facebook-instagram-and-twitter-provided-data-access-surveillance-product-marketed-target. Consulté le novembre 23, 2016.
2.
Eric Naef W. IWS Psychological Operations (PsyOps) / Influence Operations. iwar. http://www.iwar.org.uk/psyops/. Consulté le novembre 23, 2016.
3.
Can these two men predict the future? Vanguard Canada. http://www.vanguardcanada.com/2015/09/30/can-these-two-men-predict-the-future/. Published 30 septembre 2015. Consulté le novembre 23, 2016.
4.
Social media intelligence . Thales Group. https://www.thalesgroup.com/en/worldwide/social-media-intelligence. Consulté le novembre 23, 2016.
5.
Parke P. How many people use social media in Africa? CNN. http://edition.cnn.com/2016/01/13/africa/africa-social-media-consumption/. Published 13 janvier 2016. Consulté le novembre 23, 2016.
[Total : 1    Moyenne : 5/5]

A propos de Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Blogueur frénétique et précaire comme tout blogueur qui se respecte.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG