Meta dévoile Threads, son Twitter à la sauce Instagram


  • FrançaisFrançais

  • Avec Threads, Meta espère capter les déçus de Twitter. Le nouveau réseau social offre une expérience proche de celle du réseau à l’oiseau bleu, mais avec une touche d’Instagram. L’application n’est pas encore accessible en Europe.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram

    Avec Threads, Meta espère capter les déçus de Twitter. Le nouveau réseau social offre une expérience proche de celle du réseau à l’oiseau bleu, mais avec une touche d’Instagram. L’application n’est pas encore accessible en Europe.

    Meta, la maison mère de Facebook, Instagram et WhatsApp, a lancé mercredi son nouveau réseau social Threads, qui ressemble beaucoup à Twitter dans son apparence et son fonctionnement. L’application a déjà enregistré 30 millions d’inscriptions en moins de 24 heures, mais elle n’est pas encore disponible en Europe pour des raisons réglementaires.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Un fonctionnement proche de celui de Twitter

    Threads, version écrite et prolongement d’Instagram, permet aux utilisateurs de publier des messages de 500 caractères maximum (contre 280 sur Twitter en version gratuite et 4 000 dans sa version payante). Ils peuvent aussi y partager des images et des vidéos pouvant aller jusqu’à cinq minutes et y créer un “thread” (un fil de discussion reliant une série de messages entre eux). Le tout en choisissant leur audience (publique ou restreinte).

    Le “retweet” est quant à lui baptisé “repost”. Toutefois, il n’existe pas encore de hashtags et la recherche ne sert qu’à trouver des comptes d’utilisateurs, mais pas des thématiques. Le patron d’Instagram, Adam Mosseri, a présenté les fonctionnalités de Threads dans une vidéo promotionnelle.

    Pour s’inscrire sur Threads, il faut se connecter avec son identifiant Instagram. Les nouveaux inscrits peuvent ainsi suivre automatiquement toutes les personnes auxquelles ils sont déjà abonnés sur le réseau social de partage de photos et de vidéos.

    Une plateforme conçue pour concurrencer l’oiseau bleu

    Avec Threads, Meta espère capter les déçus de Twitter. Le nouveau réseau social offre une expérience proche de celle du réseau à l’oiseau bleu, mais avec une touche d’Instagram. L’application n’est pas encore accessible en Europe.

    Threads a été mis en ligne rapidement, quatre mois seulement après que les premiers échos du projet ont filtré. Mais surtout quelques jours après de nouvelles péripéties chez Twitter, qui n’en finit plus de décevoir ses utilisateurs. Depuis son rachat par Elon Musk, les “tweetos” ont vu la certification des comptes transformée en offre payante, la quasi-totalité des équipes de modération des contenus a été licenciée et une limitation – officiellement à titre provisoire – du nombre de messages consultables quotidiennement pour chaque compte a été instaurée. Entre autres.

    Threads débarque donc au bon moment pour tirer profit d’une certaine désaffection vis-à-vis du réseau social à l’oiseau bleu. “Le timing est très bon pour Meta”, relève d’ailleurs Jonathan Taplin, auteur de livres sur les géants de la tech, auprès de l’AFP. “Il y a des tas de gens qui ont une résistance presque religieuse à tout ce qui touche à Elon Musk.”

    Meta ne fait pas non plus mystère des synergies sur lesquelles il entend s’appuyer pour faire croître rapidement son nouveau-né. Sur l’Apple Store, Threads est présenté comme “l’application de conversations écrites d’Instagram”. Or, avec ses plus de deux milliards d’utilisateurs actifs, Instagram offre à Threads une rampe de lancement dont n’auraient pu rêver de plus petits compétiteurs de Twitter, comme Mastodon ou Bluesky, ou ceux prisés par les ultra-conservateurs, comme Truth Social, Parler, Gettr ou Gab.

    L’équation est simple : si un utilisateur d’Instagram avec un nombre important d’abonnés – [Kim] Kardashian ou [Justin] Bieber ou [Lionel] Messi – se met à poster sur Threads régulièrement, cette nouvelle plateforme pourrait se développer rapidement et je pense que les budgets publicitaires suivraient dans un délai resserré”, écrit l’analyste Brian Wieser sur la plateforme Substack.

    Sur Threads, les nouveaux inscrits peuvent déjà retrouver de nombreux comptes d’acteurs institutionnels, comme Netflix ou Spotify. Mais également des sites d’information comme The Hollywood Reporter, le Washington Post, l’agence de presse Reuters et le journal The Economist. Ou encore des célébrités, comme les chanteuses Shakira et Jennifer Lopez, les acteurs Hugh Jackman et Jack Black ou encore la mannequin Karlie Kloss.

    Le nouveau réseau social ne sera pas disponible tout de suite en Europe

    Threads n’est pas encore accessible pour les habitants de l’Union européenne. Une décision de Meta manifestement liée à la réglementation européenne. Le patron d’Instagram, Adam Mosseri, a expliqué que si le géant américain avait dû attendre l’aval de Bruxelles, la mise en ligne aurait, elle aussi, dû attendre de nombreux mois. “J’étais inquiet de voir notre fenêtre se fermer, parce que le timing est important”, a-t-il justifié auprès du site spécialisé Platformer.

    Au sein de l’UE, un nouveau règlement des marchés numériques est entré en vigueur début mai. Or ce règlement vise à imposer des mesures spécifiques aux entreprises incontournables d’internet, notamment Meta, pour éviter des pratiques anti-concurrentielles. Le groupe cofondé par Mark Zuckerberg a déjà subi plusieurs revers ces derniers mois sur les terrains judiciaire et réglementaire de l’UE. La Cour de justice de l’UE a par exemple estimé que Meta avait porté atteinte aux intérêts et aux droits des utilisateurs de ses services en collectant, sans autorisation, des données personnelles à des fins de publicité ciblée.

    Fin mai, la maison mère de Facebook s’est vu infliger par la Commission irlandaise pour la protection des données une amende record de 1,2 milliard d’euros pour avoir enfreint les règles européennes sur la protection des données (RGPD) via Facebook. Or, dans sa présentation sur les boutiques d’application aux Etats-Unis, Threads précise aux utilisateurs qu’elle collecte une grande variété de leurs données personnelles, notamment sur leur santé, leurs finances, leur historique de navigation, leur localisation, leurs achats, leurs contacts, leur historique de recherches et d’autres informations sensibles.

    Par ailleurs, Elon Musk a menacé d’attaquer Meta en justice après le lancement de Threads, qu’il accuse de plagier Twitter. Le milliardaire a déclaré sur son propre réseau social qu’il allait “défendre [son] bébé” et qu’il ne laisserait pas Meta “voler [son] idée”. Il a également qualifié Mark Zuckerberg de “copieur sans imagination” et a invité ses utilisateurs à rester fidèles à Twitter.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *