Le droit à la réparation devient un droit à la possession


  • FrançaisFrançais

  • Le mouvement du droit à la réparation (Right to Repair) devient progressivement le droit à la possession vu les pratiques frauduleuses et écoeurantes des entreprises technologiques.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram

    Le mouvement du droit à la réparation (Right to Repair) devient progressivement le droit à la possession vu les pratiques frauduleuses et écoeurantes des entreprises technologiques.

    Autocad est un logiciel de référence pour la conception assistée par ordinateur. Avec l’avènement des impressions 3D, ce type d’outil permet à de nombreuses personnes de créer leur propre produit. Allant du passionné de cuisines qui peut faire des moules personnalisés jusqu’à un handicapé qui peut se robotiser selon ses besoins. Pendant très longtemps, vous pouviez acheter une licence à vie d’Autocad. Vous payez une fois et vous l’utilisiez à vie sans aucun problème.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Autodesk vient de changer les termes de la licence et désormais, vous devez passer à un abonnement annuel. Et en fait, tous les logiciels aujourd’hui, vous devez les louer à l’année plutôt que d’acheter. Steam a popularisé le processus et même si les débiles ont promus la facilité, ils ne comprennent pas qu’avec ce mécanisme, vous ne possédez aucun de vos jeux puisqu’il vous faut obligatoirement Steam pour les lancer ou les réinstaller.

    Le Shift des produits Adobe est aussi un basculement net. Autrefois, vous achetiez une seule licence d’Adobe et vous pouviez l’utiliser pendant des années. C’était à vous de décider si vous vouliez passer à la nouvelle version. Aujourd’hui, c’est impossible et vous devez passer par un abonnement à 300 balles l’année pour profiter “des dernières mises à jour sur Cloud”. On peut passer en Open Source, mais ce principe d’avoir ramené l’informatique d’IBM comme une nouveauté est de plus en plus insupportable. Comme le monde est de plus en plus fauché, on se met à compter chaque centime et on se rend compte qu’on dépense parfois des centaines de dollars par mois pour des services qu’on utilise à l’occasion.

    Le droit à la réparation (Right de Repair), principalement né aux Etats-Unis, a fait du chemin. Plusieurs lois ont été voté en ce sens face aux pratiques sectaires et pompes à fric d’Apple et consorts. Ou délibérément, ces entreprises rendent difficiles le droit de réparer ses produits ou de les modifier pour inciter à acheter constamment du neuf.

    On pourrait croire que seul des teubés achètent du Apple par logique sectaire, car ils ne peuvent pas sortir de la boucle, reconnaissant avoir été trompé pendant des années. Mais vous avez eu aussi l’affaire John Deereles agriculteurs ne pouvaient plus réparer leur tracteur qu’ils ont acheté 500 000 dollars. Il fallait appeler un concessionnaire agréé, le technicien venait, appuyait sur un bouton sur le tracteur, vous facturait 1000 dollars la prestation et vous pouviez remercier le progrès de la technologie.

    C’est pourquoi, les partisans du droit à la réparation se rendent compte que le vrai combat est le droit à la possession. Le droit à la propriété est inaliénable, mais vous avez des forces en présence qui veulent le détruire. Cela va de votre droit à la propriété physique jusqu’à l’aspect numérique. Vous ne posséderez rien, vous louerez tout et vous gagnerez des clopinettes pour le louer.

    Et surtout que le droit à la réparation ne peut pas exister sans le droit à la possession. Si vous ne pouvez posséder l’appareil, vous ne pouvez pas le réparer ou le modifier. Si vous louez uniquement le logiciel, vous êtes à la merci des changements de l’éditeur comme on l’a vu avec Autocad. Donc, le droit à la possession peut uniquement exister dans l’Open Source. Et même ce dernier peut se prendre des balles dans la tête par les corporations. L’affaire Redhat en est révélatrice.

    L’entreprise qui se targuait de gagner de l’argent avec l’Open Source et qui combattait les méchants rapaces microsoftiens, commence à verrouiller son code à moins que vous n’achetiez un abonnement. Ce qui est contraire au principe même de l’Open Source. Par morceaux de salami, l’abonnement est devenue la norme et plus, on acceptera et plus cela empirera. L’abonnement donne un revenu à vie aux entreprises et une pauvreté à vie aux utilisateurs.

    A vous de choisir le modèle qui vous convient, mais ensuite, il ne faudra pas venir se plaindre.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *