Des chercheurs utilisent des méthodes du 21e siècle pour enregistrer 2 000 ans de graffitis anciens en Égypte


  • Français


  • Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram


    Les chercheurs de l’Université Simon Fraser en apprennent davantage sur les graffitis anciens – et leurs comparaisons intrigantes avec les graffitis modernes – en produisant un enregistrement 3D de pointe du temple d’Isis à Philae, en Égypte.

    En collaboration avec l’Université d’Ottawa, les chercheurs ont publié leurs premiers résultats dans Archéologie égyptienne et sont revenus à Philae pour faire avancer le projet.

    “C’est fascinant parce qu’il y a des similitudes avec les graffitis d’aujourd’hui”, déclare Nick Hedley, professeur de géographie à SFU, co-chercheur du projet financé par le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH). “L’architecture emblématique de l’Égypte ancienne a été construite par des personnes en position de pouvoir et de richesse, mais les graffitis enregistrent les voix et les activités de tous les autres. Le bâtiment agit comme une éponge géante ou un bloc-notes pour des générations de personnes de cultures différentes depuis plus de 2 000 ans. .”

    En tant qu’expert en capture de réalité spatiale, Hedley dirige les efforts de visualisation innovants de l’équipe, documentant les graffitis, leur contexte architectural et les espaces dans lesquels ils se trouvent à l’aide de méthodes avancées telles que la photogrammétrie, la lumière rasante et le balayage laser. “J’enregistre la réalité en trois dimensions – la dimensionnalité dans laquelle elle existe”, explique-t-il.

    Avec des centaines, voire des milliers de graffitis, certains gravés à moins d’un millimètre de profondeur sur les colonnes, les murs et le toit du temple, la précision est essentielle.

    En règle générale, les graffitis seraient enregistrés à travers une série de photographies – une étape au-dessus des documents dessinés à la main – permettant aux chercheurs d’emporter des morceaux du site et de continuer à travailler.

    Sabrina Higgins, archéologue de la SFU et co-chercheuse du projet, affirme que les photographies et les plans en deux dimensions ne permettent pas de considérer le site sur le terrain comme un espace dynamique, multicouche et évolutif. “Les techniques que nous appliquons au projet vont complètement changer la façon dont les graffitis et le temple peuvent être étudiés”, dit-elle.

    Hedley va au-delà de l’imagerie bidimensionnelle de base pour créer un enregistrement tridimensionnel de pointe de toute la surface du temple. Cela permettra à l’intérieur et à l’extérieur du temple, ainsi qu’aux graffitis, d’être vus et étudiés à des points de vue autrement impossibles, de pratiquement n’importe où – sans compromettre les détails.

    Cette visualisation en trois dimensions permettra également aux chercheurs d’étudier la relation entre un graffito figuratif, tout graffiti qui l’entoure, et son emplacement par rapport à la structure de l’architecture du temple.

    Bien que cela soit transformateur pour la visualisation et l’étude du temple et de ses inscriptions, Hedley souligne le potentiel global de l’application de la technologie de capture de la réalité spatiale au domaine de l’archéologie et au-delà.

    “Bien que mon rôle principal dans ce projet soit d’aider à construire l’ensemble définitif de plans muraux numériques pour le Mammisi à Philae, je démontre également comment les méthodes émergentes de capture de la réalité spatiale peuvent changer fondamentalement la façon dont nous recueillons et produisons des données et transformons notre capacité à interpréter et analyser ces espaces. C’est un espace à regarder !” dit Hedley.

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *