Les chevaux modernes ont perdu leurs orteils supplémentaires, confirment les scientifiques


  • FrançaisFrançais


  • Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram


    Les ancêtres lointains des chevaux modernes avaient des orteils sabots au lieu d’un seul sabot, qui ont disparu avec le temps, selon les chercheurs.

    Les animaux, comme l’Éocène Hyracotherium, avait des pieds comme ceux d’un tapir moderne : quatre orteils à l’avant et trois à l’arrière, chacun individuellement saboté avec un coussinet plantaire sous-jacent.

    En revanche, les équidés modernes tels que les chevaux, les ânes et les zèbres n’ont qu’un seul orteil, le troisième orteil d’origine restant sur chaque pied, enfermé dans un sabot kératineux à paroi épaisse, avec une grenouille triangulaire sous-jacente sur la semelle qui agit comme un amortisseur.

    Une équipe internationale de scientifiques, du Royaume-Uni, des États-Unis et des Pays-Bas, a analysé les empreintes de sabots et les os des pieds des chevaux modernes et des archives fossiles pour découvrir ce qui est arrivé aux chiffres perdus.

    L’auteur, la professeure Christine Janis de l’École des sciences de la Terre de l’Université de Bristol, a expliqué : “Les parties supérieures – les restes des os supplémentaires de la main et du pied – restent comme des ‘os d’attelle’ fusionnés avec le reste central, mais où sont les doigts et les orteils ?”

    “Dans les chevaux fossiles ultérieurs, il n’y avait que trois orteils à l’avant et à l’arrière. Les orteils supplémentaires, appelés orteils latéraux, chez ces chevaux étaient plus petits et plus courts que chez un tapir, et ne touchaient probablement pas le sol dans des circonstances normales, mais ils peuvent avoir fourni un soutien dans des situations exceptionnelles, telles qu’un glissement ou un impact violent.”

    Dans les conclusions, publiées aujourd’hui dans Science ouverte de la Société royaleils confirment la notion plus ancienne selon laquelle ces orteils ont vraiment été complètement perdus au cours de l’évolution, et non retenus d’une manière ou d’une autre dans le sabot, comme proposé dans un autre article récent publié dans la même revue en 2018.

    L’auteur principal, le professeur Alan Vincelette, du séminaire St. John’s, à Camarillo, en Californie, a souligné : “Bien qu’il semble que des restes des parties proximales (parties supérieures) des chiffres latéraux aient été conservés chez les chevaux modernes, comme le prétendait l’article précédent de 2018, les parties distales (parties inférieures ou orteils) ont simplement été perdues.

    L’article de 2018 a proposé que chez les chevaux modernes, ces orteils latéraux soient retenus dans le sabot de l’orteil central, contribuant en partie à la grenouille – bien qu’il n’y ait pas d’os réels dans la grenouille.

    Ceci était en partie basé sur une interprétation des empreintes de sabots d’un cheval à trois doigts éteint, Hipparion (pas sur la ligne directe avec les chevaux modernes) de Laetoli en Tanzanie il y a 3,7 millions d’années, le même site qui a donné les fameuses empreintes de pas de l’hominidé Australopithèque. Ces empreintes de sabots manquaient apparemment d’une grenouille, et cela a ajouté du poids à l’idée que les orteils latéraux des chevaux aiment Hipparion contribuent maintenant à la grenouille des chevaux modernes.

    Bien que toutes les empreintes de sabots de chevaux modernes avec des grenouilles n’enregistrent pas sa présence, une grenouille incontestable peut être vue dans de nombreuses empreintes de sabots connues pour avoir été faites par des chevaux à trois doigts. Ces observations jettent un doute sur l’idée que la grenouille des sabots de chevaux modernes s’est formée à partir des orteils latéraux des équidés tridactyles.

    L’auteur, la professeure Christine Janis de l’École des sciences de la Terre de l’Université de Bristol, a déclaré : “Bien que l’idée que les chevaux modernes aient conservé tous leurs orteils d’origine en tant que restes de sabots est nouvelle, et donc plutôt attrayante, on peut montrer qu’elle est Incorrect.”

    Alan Vincelette a ajouté : “La grenouille du sabot du cheval évolué indépendamment des orteils latéraux comme une structure unique assurant l’absorption des chocs et la traction pendant la locomotion.”

    L’équipe montre également que les pieds des chevaux à un doigt ont une forme différente de l’orteil principal du pied des chevaux à trois doigts, étant ronds plutôt qu’ovales, une différence qui peut être liée à des différences de répartition du poids et/ou écologiques. habitat.

    Papier:

    ‘Pistes d’Hipparion et orteils des chevaux : l’évolution du sabot unique des équidés’ par Alan Vincelette, Christine Janis et al. dans Société royale Science ouverte.

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *