De nouvelles recherches biomécaniques révèlent qu’Anomalocaris canadensis était rapide, mais pas assez fort pour casser les coquilles de trilobites


  • FrançaisFrançais



  • Des études biomécaniques sur les «pattes» avant ressemblant à des arachnides d’un prédateur au sommet éteint montrent que l’animal marin de 2 pieds (60 centimètres) Anomalocaris canadensis était probablement beaucoup plus faible qu’on ne le supposait autrefois. L’un des plus grands animaux à avoir vécu pendant le Cambrien, il était probablement agile et rapide, se précipitant après des proies molles en eau libre plutôt que de poursuivre des créatures à carapace dure au fond de l’océan. L’étude est publiée aujourd’hui dans la revue Actes de la Royal Society B.

    Découvert pour la première fois à la fin des années 1800, Anomalocaris canadensis– qui signifie « crevette étrange du Canada » en latin – a longtemps été considérée comme responsable de certains des exosquelettes de trilobites cicatrisés et écrasés que les paléontologues ont trouvés dans les archives fossiles.

    “Cela ne me convenait pas, car les trilobites ont un exosquelette très solide, qu’ils fabriquent essentiellement à partir de roche, alors que cet animal aurait été principalement mou et spongieux”, a déclaré l’auteur principal Russell Bicknell, chercheur postdoctoral à l’American Division de paléontologie du Musée d’histoire naturelle, qui a mené les travaux à l’Université de la Nouvelle-Angleterre en Australie.

    Des recherches récentes sur les pièces buccales blindées en forme d’anneau de A. canadensis met en doute la capacité de l’animal à traiter les aliments durs. La dernière étude visait à déterminer si les longs appendices avant épineux du prédateur pourraient faire le travail à la place.

    La première étape pour l’équipe de recherche, qui comprenait des scientifiques d’Allemagne, de Chine, de Suisse, du Royaume-Uni et d’Australie, consistait à construire une reconstruction 3D de A. canadensis des fossiles extraordinairement bien conservés, mais aplatis, de l’animal qui ont été trouvés dans les schistes de Burgess au Canada, vieux de 508 millions d’années. En utilisant des scorpions fouets et des araignées fouet modernes comme analogues, l’équipe a pu montrer que les appendices segmentés du prédateur étaient capables d’attraper des proies et pouvaient à la fois s’étirer et fléchir.

    Une technique de modélisation appelée analyse par éléments finis a été utilisée pour montrer les points de contrainte et de déformation sur ce comportement de préhension de A. canadensis, illustrant que ses appendices auraient été endommagés en attrapant des proies dures comme des trilobites. Les chercheurs ont utilisé la dynamique des fluides computationnelle pour placer le modèle 3D du prédateur dans un courant virtuel afin de prédire quelle position corporelle il utiliserait probablement en nageant.

    La combinaison de ces techniques de modélisation biomécanique – utilisées ensemble dans un article scientifique pour la première fois – brosse un tableau différent de A. canadensis qu’on ne le supposait auparavant. L’animal était probablement un nageur rapide, filant après des proies molles dans la colonne d’eau avec ses appendices avant tendus.

    “Les conceptions précédentes étaient que ces animaux auraient vu la faune des schistes de Burgess comme un assortiment, poursuivant tout ce qu’ils voulaient, mais nous constatons que la dynamique des réseaux trophiques cambriens était probablement beaucoup plus complexe que nous ne le pensions autrefois”, a déclaré Bicknell. a dit.

    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *