L’araignée de mer moderne a commencé à se diversifier au Jurassique, selon une étude


  • FrançaisFrançais



  • Une collection extrêmement rare de fossiles d’araignées de mer datant de 160 millions d’années du sud de la France est étroitement liée aux espèces vivantes, contrairement aux fossiles plus anciens de leur espèce.

    Ces fossiles sont très importants pour comprendre l’évolution des araignées marines. Ils montrent que la diversité des araignées de mer qui existent encore aujourd’hui avait déjà commencé à se former par le Jurassique.

    L’auteur principal, le Dr Romain Sabroux de l’École des sciences de la Terre de l’Université de Bristol, a déclaré : “Les araignées de mer (Pycnogonida) sont un groupe d’animaux marins qui est globalement très peu étudié.

    “Cependant, ils sont très intéressants pour comprendre l’évolution des arthropodes [the group that includes insects, arachnids, crustaceans, centipedes and millipedes] car ils sont apparus relativement tôt dans l’arbre de vie des arthropodes. C’est pourquoi nous nous intéressons à leur évolution.

    “Les fossiles d’araignées de mer sont très rares, mais nous en connaissons quelques-uns d’époques différentes. L’une des faunes les plus remarquables, par sa diversité et son abondance, est celle de La Voulte-sur-Rhône qui remonte au Jurassique, il y a environ 160 millions d’années.”

    Contrairement aux fossiles d’araignées de mer plus anciens, les pycnogonidés de La Voulte sont morphologiquement similaires (mais pas identiques) aux espèces vivantes, et des études antérieures ont suggéré qu’ils pourraient être étroitement liés aux familles d’araignées de mer vivantes. Mais ces hypothèses étaient limitées par la limitation de leurs moyens d’observation. Comme il était impossible d’accéder à ce qui était caché dans les fossiles de roche, le Dr Sabroux et son équipe se sont rendus à Paris et ont entrepris d’étudier cette question avec des approches de pointe.

    Le Dr Sabroux a expliqué : “Nous avons utilisé deux méthodes pour réexaminer la morphologie des fossiles : la microtomographie aux rayons X, pour “regarder à l’intérieur” de la roche, trouver des caractéristiques morphologiques cachées à l’intérieur et reconstruire un modèle 3D du spécimen fossilisé ; et l’imagerie par transformation par réflectance, une technique d’image qui s’appuie sur l’orientation variée de la lumière autour du fossile pour améliorer la visibilité des éléments discrets à leur surface.

    “De ces nouvelles connaissances, nous avons tiré de nouvelles informations morphologiques pour les comparer aux espèces existantes”, a expliqué le Dr Sabroux.

    Cela a confirmé que ces fossiles sont des parents proches des pycnogonidés survivants. Deux de ces fossiles appartiennent à deux familles de pycnogonides vivants : Colossopantopodus boissinensis était un Colossendeidae tandis qu’un autre, Palaeoendeis elmii était un Endeidae. La troisième espèce, Palaeopycnogonides gracilissemble appartenir à une famille aujourd’hui disparue.

    “Aujourd’hui, en calculant la différence entre les séquences d’ADN d’un échantillon d’espèces et en utilisant des modèles d’évolution de l’ADN, nous sommes en mesure d’estimer le moment de l’évolution qui lie ces espèces entre elles”, a ajouté le Dr Sabroux.

    “C’est ce que nous appelons une analyse d’horloge moléculaire. Mais tout comme une vraie horloge, elle doit être calibrée. Fondamentalement, nous devons dire à l’horloge :” nous savons qu’à ce moment-là, ce groupe était déjà là. ” Grâce à nos travaux, nous savons maintenant que les Colossendeidae et les Endeidae étaient déjà “là” par le Jurassique.”

    Désormais, l’équipe peut utiliser ces âges minimaux comme étalonnages de l’horloge moléculaire et étudier le moment de l’évolution de Pycnogonida. Cela peut les aider à comprendre, par exemple, comment leur diversité a été impactée par les différentes crises de biodiversité qui se sont réparties sur l’histoire de la Terre.

    Ils prévoient également d’étudier d’autres faunes fossiles de pycnogonidés comme la faune de Hunsrück Slate, en Allemagne, qui date du Dévonien, il y a environ 400 millions d’années.

    Avec la même approche, ils viseront à redécrire ces espèces et à comprendre leurs affinités avec les espèces existantes ; et enfin, de replacer dans l’arbre de vie des Pycnogonides tous les fossiles de pycnogonides de toutes époques.

    Le Dr Sabroux a ajouté : “Ces fossiles nous donnent un aperçu des araignées de mer vivant il y a 160 millions d’années.

    “C’est très excitant quand on travaille depuis des années sur les pycnogonides vivants.

    “Il est fascinant de voir à quel point ces pycnogonidés ont l’air à la fois très familiers et très exotiques. Familier, car vous pouvez certainement reconnaître certaines des familles qui existent encore aujourd’hui, et exotique en raison de petites différences comme la taille des pattes, la longueur du corps. , et quelques autres caractéristiques morphologiques que vous ne trouvez pas dans les espèces modernes.

    “Nous attendons maintenant avec impatience les prochaines découvertes de fossiles – du Jurassique et d’autres périodes géologiques – afin de pouvoir compléter le tableau !”

    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *