Des épines fossiles révèlent le passé des profondeurs marines


  • FrançaisFrançais



  • Au fond des profondeurs marines, les premières formes de vie très simples sur Terre sont probablement apparues il y a longtemps. Aujourd’hui, les fonds marins sont connus pour leur faune bizarre. Des recherches intensives sont menées sur l’évolution du nombre d’espèces vivant sur les fonds marins entre-temps. Certaines théories affirment que les écosystèmes des grands fonds marins ont émergé à maintes reprises après de multiples extinctions massives et bouleversements océaniques. La vie actuelle dans les profondeurs marines serait donc relativement jeune dans l’histoire de la Terre. Mais il est de plus en plus évident que certaines parties de ce monde sont beaucoup plus anciennes qu’on ne le pensait auparavant.

    Une équipe de recherche dirigée par l’Université de Göttingen a fourni les premières preuves fossiles d’une colonisation stable des fonds marins par des invertébrés supérieurs depuis au moins 104 millions d’années. Les épines fossiles d’échinoïdes irréguliers (oursins) témoignent de leur existence de longue date depuis le Crétacé, ainsi que de leur évolution sous l’influence de conditions environnementales fluctuantes. Les résultats ont été publiés dans la revue PLOS UN.

    Les chercheurs ont examiné plus de 1 400 échantillons de sédiments provenant de forages dans les océans Pacifique, Atlantique et Austral, représentant d’anciennes profondeurs d’eau de 200 à 4 700 mètres. Ils ont trouvé plus de 40 000 fragments d’épines, qu’ils ont classés dans un groupe appelé échinoïdes irréguliers, en fonction de leur structure et de leur forme. À titre de comparaison, les scientifiques ont enregistré les caractéristiques morphologiques des épines, telles que la forme et la longueur, et ont déterminé l’épaisseur d’environ 170 épines provenant de chacune des deux périodes. Comme indicateur de la masse totale des oursins dans leur habitat – leur biomasse – ils ont déterminé la quantité de matière épineuse présente dans les sédiments.

    Ce que ces épines fossiles documentent, c’est que les eaux profondes ont été continuellement peuplées d’échinoïdes irréguliers depuis au moins le début du Crétacé, il y a environ 104 millions d’années. Et ils fournissent d’autres aperçus passionnants du passé : l’impact dévastateur d’une météorite à la fin du Crétacé il y a environ 66 millions d’années, qui a entraîné une extinction massive mondiale — avec les dinosaures comme principales victimes — a également provoqué des perturbations considérables. dans les profondeurs de la mer. Ceci est démontré par les changements morphologiques des épines : elles étaient plus fines et de forme moins diversifiée après l’événement qu’avant. Les chercheurs interprètent cela comme « l’effet Lilliput ». Cela signifie que les espèces plus petites ont un avantage en matière de survie après une extinction massive, ce qui conduit à une taille corporelle plus petite d’une espèce. La cause pourrait être le manque de nourriture au fond des profondeurs marines.

    “Nous interprétons les changements dans les épines comme une indication de l’évolution et de l’émergence constantes de nouvelles espèces dans les profondeurs marines”, explique le Dr Frank Wiese du département de géobiologie de l’université de Göttingen, auteur principal de l’étude. Il souligne une autre découverte : « Il y a environ 70 millions d’années, la biomasse des oursins a augmenté. Nous savons que l’eau s’est refroidie en même temps. va changer en raison du réchauffement climatique induit par l’homme. »

    Outre l’Université de Göttingen, les Universités de Heidelberg et de Francfort ainsi que le Museum für Naturkunde Berlin ont été impliqués dans le projet de recherche.

    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *