Maurice : le gouvernement sévit contre les messages haineux et racistes sur Facebook


  • FrançaisFrançais



  • Le combat contre les propos racistes et haineux sont une chose, mais on doit déterminer le contenu au cas par cas. Les dérives liberticides commencent toujours contre la haine et le racisme et sont ensuite généralisé à d’autres types de contenu

    (Agence Ecofin) – A Maurice, une dizaine d’internautes ont été arrêtés et placés en garde-à-vue dans les bureaux de la Cybercrime Unit, pour avoir « proféré des menaces jugées racistes ou fait des commentaires déplacés sur Facebook notamment ». Désormais, ils sont suspectés de cybercriminalité et seront traduits en justice.

    Selon le journal « L’Express » de Maurice, les suspects auraient publié sur leurs murs Facebook «des commentaires à caractère raciste». Ce qui a suscité des réactions d’animosité d’autres internautes. Ils ont alors posté des messages haineux et insultants vis-à-vis des religions.

    Les autorités mauriciennes ont décidé de combattre la haine et le racisme sur Internet.

    Dans un communiqué publié ce 7 septembre 2015, le ministère de la Technologie, de la Communication et de l’Innovation a condamné la création des profils Facebook pour inciter à la violence et provoquer la « haine raciale ». D’ailleurs, des actions sont annoncées pour retracer ces internautes, a prévenu le ministère. La lutte est menée par la Cybercrime Unit et le Central Criminal Investigation Department.

    A Maurice, les peines d’emprisonnement et des amendes sont prévues à l’encontre des cybercriminels, en application du ICTA Act de 2001 et du Computer Misuse and Cyber Crime Act de 2003.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    Estelle Dufresne

    Ancienne journaliste dans plusieurs titres de la presse régionale. Mais comme la presse régionale n'existe plus, je me suis recyclé dans les rubriques internationales de plusieurs sites en ligne.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *