Madagascar : Le BACC bâclé aux bougies


  • FrançaisFrançais

  • Le régime Rajoelina s’est encore empêtré dans l’épreuve du BACC avec des coupures de courant qui ont frappé l’examen et des sujets qui ont fuités. Mais ce n’est pas propre à ce régime.


    Le régime Rajoelina s'est encore empêtré dans l'épreuve du BACC avec des coupures de courant qui ont frappé l'examen et des sujets qui ont fuités. Mais ce n'est pas propre à ce régime.

    A chaque année, quand le BACC approche, alors on se demande quelle sera la douille qui va frapper les épreuves. Pendant le régime de Hery, nous avions eu tous les sujets qui avaient fuité avant l’examen. Cette fois, c’est le double jackpot, car non seulement, le sujet de l’histoire géo a fuité et de nombreuses villes ont subi des délestages et les étudiants ont dû passer l’examen aux bougies ou dehors pour y voir plus clair. Après la fuite de sujets, les élèves sont resté jusqu’à 20 heures ce qui est une première dans l’histoire de cet examen. Siteny a balancé les photos de ces classes dans le noir et cela a fait un tollé.

    Ainsi, l’épreuve de l’histoire géo pourrait être repassé, mais cela reste facultatif pour les étudiants. Parfois, je plains Rajoelina, car on dit souvent que la poisse n’arrive jamais seule et on peut dire qu’il est servi. Après la nationalité française, son intervention qui fait la risée sur les réseaux sociaux, désormais, c’est le BACC qu’il a raté. Mais il n’est que partiellement responsable.

    Le régime Rajoelina s'est encore empêtré dans l'épreuve du BACC avec des coupures de courant qui ont frappé l'examen et des sujets qui ont fuités. Mais ce n'est pas propre à ce régime.

    N’importe quel abruti doté de bon sens aurait dû prévoir de ne pas faire de délestages pendant la semaine du BACC. Ils l’ont fait pour le 26 juin, alors pourquoi pas pour cette épreuve qui reste cruciale pour de nombreux étudiants, soit pour faire des études supérieures locales ou pour aller à l’étranger. Ils auraient dû le prévoir et cela montre un gouvernement disloqué. Où la présidence fait des trucs dans son coin, les ministères semblent s’en foutre et cela provoque un merdier pas possible. Il a fallu la médiatisation de classes dans le noir pour que le gouvernement se bouge le cul.

    Pour la fuite des sujets, le secteur de l’éducation est corrompu depuis des années. Il n’y a pas si longtemps, on pouvait acheter le BACC pour 300 000 ariary et un diplome supérieur pour 1 million d’ariary. Bien sûr, le gouvernement actuel, via le ministère de l’Education est responsable de purger la corruption. Mais c’est difficile pour les enseignants d’être intègres quand il leur manque la moitié de leur paye pour bien vivre avec l’inflation et des retards de salaire.

    Rajoelina a perdu l’aura de sacralité qu’il avait. Et maintenant que les élections sont très proches, le moindre événement sera une munition supplémentaire pour l’exploser en plein vol. Je l’avais dit au début de 2023 que le comportement de son gouvernement devra être irréprochable pour cette dernière année. On peut dire qu’il a fait le contraire dans tous les domaines.

    Mais je souhaite bonne chance aux candidats du BACC, qu’ils réussissent malgré tous ces obstacles.

    Madagascar : Entre crises perpétuelles et espoirs sans lendemain

    Si dans les cartes postales, Madagascar possède une image idyllique, faisant baver les occidentaux qui respirent de la brique à longueur de journée, la réalité est toute autre. Pauvreté, misère, famine, corruption, népotisme, autant de mots qui sont coupables des maux malgaches.

    Sur Amazon ou Acheter directement

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *