Un rétrécissement du cerveau pour les coureurs d'Ultra-marathons


  • FrançaisFrançais

  • Les courses Ultra-Marathons ou Ultrafond sont parmi les plus intenses et les plus longues. Des chercheurs pointent plusieurs problèmes pour les coureurs de ce type de course, notamment un rétrécissement cérébral. Mais c’est uniquement temporaire.


    Un rétrécissement temporaire du cerveau pour les coureurs d'Ultra-marathon

    Pour de nombreuses personnes, le marathon est le défi ultime du Fitness. Mais une minorité va encore plus loin en participant à des Ultra-marathons ou Ultrafond tels que le Trans Europe Foot Race qui fait plus de 4 500 kilomètres sans aucun jour de repos allant du sud de l’Italie jusqu’à la Norvège en 64 jours. Cette course équivaut à 100 marathons (un marathon normal ne doit pas dépasser 42,195 km) et les chercheurs ont étudié les impacts d’une telle course sur l’organisme des coureurs.

    Uwe Schütz de l’University Hospital à Ulm en Allemagne et ses collègues ont passé 6 années à analyser ces impacts. En 2009, ils ont suivi un groupe de 44 coureurs pendant que ces derniers participaient à un Ultra-marathon pendant 9 semaines. L’équipe a utilisé un scanner IRM portable et ils ont scanné les jambes, les pieds, le coeur, le cerveau et le système cardiovasculaire des athlètes. Ils ont également pris des échantillons d’urine et de sang.

    En scannant les jointures des pieds et des jambes pendant 900 kilomètres, Schütz et son équipe ont mesuré la quantité d’eau qui était libérée du cartilage qui absorbe le choc entre les os. Cette quantité permet de déterminer si le cartilage est sur le point de se briser. Ils ont découvert que le cartilage des coureurs se dégrade les premiers 2 500 km de la course. Mais après cette distance, soit environ 60 marathons, le cartilage semble se régénérer selon Schütz qui a présenté ses travaux à la réunion annuelle de la Radiological Society of North America. On pensait que le cartilage pouvait se régénérer uniquement pendant les jours de repos. Mais pour la première fois, on a démontré qu’il peut se régénérer sans aucun problème alors que la personne continue de courir.

    Rétrécissement de la taille du cerveau

    Et les jointures des coureurs n’étaient pas les seuls qui étaient affectés. Les premières analyses des mêmes coureurs ont montré que leur cerveau rétrécit temporairement de 6 % pendant toute la période de la course. Ce rétrécissement peut être simplement le résultat d’une fatigue extrême et d’une sous-nutrition, mais Schütz pense que c’est lié au manque de stimulation. L’une des 4 régions cérébrales, qui était la plus affectée, implique le traitement visuel. Et pendant la course, cette zone cérébrale n’avait quasiment aucune stimulation puisque le coureur ne voyait pas autre chose que la route.

    D’autres chercheurs ont suggéré que les cerveaux des athlètes peuvent se réorganiser d’eux-mêmes pour transférer l’énergie dans la motivation. Il est difficile d’expliquer ce qui se passe selon Schütz, mais on voit une récupération totale après 6 mois. Schütz a ajouté que les coureurs de marathons normaux n’ont pas la même dégradation. En général, l’aérobic est assez bénéfique pour le cerveau puisqu’il réduit la dépression et la démence.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.