vendredi , 15 décembre 2017

Futures mamans, inutile de manger du placenta

Une étude menée par des chercheurs du programme UNLV montre que la prise de capsules de placenta a peu ou pas d’effet sur l’humeur post-partum, les liens maternels ou la fatigue par rapport à un placebo. L’étude observe quand même quelques effets sur les hormones, mais il n’y a pas de quoi en tirer des conclusions définitives.


Futures mamans, inutile de manger du placenta
Crédit : nalayachakana.com
On remarque une tendance récente de consommer du placenta (sous forme de pilule) après l’accouchement dans les pays industrialisés tels que le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, l’Australie et les États-Unis. Même si des estimations précises ne sont pas encore disponibles, la plupart des experts s’accordent à dire qu’il y a plusieurs milliers de femmes aux États-Unis qui pratiquent la placentophagie maternelle. Et tandis que la pratique semble être plus fréquente dans les milieux de naissance à domicile, elle s’est aussi propagée sur les naissances à l’hôpital.

La consommation du placenta, une pratique de plus en plus populaire

Les partisans de la consommation du placenta estiment qu’étant donné que la placentophagie maternelle est fréquente chez les mammifères dans la nature, elle offre aussi probablement des avantages aux mères humaines. L’étude actuelle, qui comprenait 12 femmes qui ont pris des capsules de placenta et 15 qui ont pris des pilules placebo dans les semaines après l’accouchement, a été menée par des chercheurs du Département d’anthropologie et de l’École de médecine de l’UNLV. L’équipe de recherche a testé l’efficacité des capsules de placenta dans la promotion de divers avantages pour la santé incluant compris la réduction du baby blues (déprime post natale) et la dépression des nouvelles mères. Les résultats de la nouvelle étude constatent que de telles affirmations ne sont pas clairement soutenues.

Une étude menée par des chercheurs du programme UNLV montre que la prise de capsules de placenta a peu ou pas d'effet sur l'humeur post-partum, les liens maternels ou la fatigue par rapport à un placebo. L'étude observe quand même quelques effets sur les hormones, mais il n'y a pas de quoi en tirer des conclusions définitives.

Mais le travail du groupe de recherche a montré que l’ingestion de capsules de placenta produit des changements faibles, mais détectables dans les concentrations d’hormones qui apparaissent dans les niveaux d’hormones en circulation d’une mère. L’étude a été publiée dans la revue Women and Birth.1 L’an dernier, l’équipe a publié une étude montrant que la consommation de placenta n’était pas une bonne source de fer comme le suggèrent les partisans.

Pas d’effet significatif sur la consommation de placenta

Le professeur Daniel Benyshek, auteur principal de l’étude, a suggéré que les partisans comme les sceptiques pourraient exploiter ces nouveaux résultats. Les partisans de la placentophagie peuvent indiquer que nous avons vu des preuves que de nombreuses hormones détectées dans les capsules de placenta étaient légèrement élevées chez les mères du groupe placentaire selon Benyshek.

De même pour les sceptiques, nos résultats pourraient être considérés comme une preuve que la placentophagie ne fonctionne pas vraiment parce que nous n’avons pas trouvé de différences claires et robustes entre les niveaux hormonaux maternels et l’humeur post-partum entre le groupe placentaire et le groupe placebo.

Donc, même si l’étude ne fournit aucune preuve claire des avantages de la placentophagie par rapport à un placebo, qui est la norme scientifique, elle montre que la pratique est capable d’influencer les niveaux hormonaux maternels et qu’elle pourrait avoir un effet thérapeutique. Mais on ignore la portée de cet effet.

Même si l’étude n’apporte pas un soutien ferme pour ou contre les allégations sur les avantages de la placentophagie, elle éclaire ce sujet très controversé en fournissant les premiers résultats d’un essai clinique testant spécifiquement l’impact des suppléments de placenta sur les hormones post-partum, l’humeur et l’énergie selon le Dr Sharon Young, auteur principal de l’étude. Nous avons découvert des domaines intéressants pour une exploration future tels que de petits impacts sur les niveaux d’hormones pour les femmes prenant des capsules de placenta et de petites améliorations de l’humeur et de la fatigue dans le groupe placentaire.

La consommation du placenta, une pratique promue par les stars

Comme d’habitude et on l’a déjà vu avec le syndrome d’Angelina Jolie, des pratiques thérapeutiques, qui n’ont pas été prouvées clairement, ont toujours été promus agressivement par des stars. Dans le cas de la consommation du placenta, des stars comme Courtney Kardashian, Alicia Silverstone, Mayim Balik ou Kim Zolciak ont annoncé publiquement qu’elles consommaient des pilules de placenta. Dans certains cas, elles ont demandé à ce que leur propre placenta soit transformé en pilule.2

En juin 2017, le CDC a rapporté le cas d’une infection d’un enfant, issu d’une grossesse et d’un accouchement sans aucune complication, parce que sa mère avait pris des pilules de placenta.3 Même si c’est un cas isolé, cela montre que cela peut provoquer des effets indésirables et que la fabrication de ces pilules par des entreprises ne respecte pas forcément les normes en vigueur puisque l’étude actuelle montre qu’il n’y a pas de bienfaits significatifs à la consommation de placenta et que par conséquent, on ignore les précautions à prendre pour créer ce type de pipule.

Sources

1.
Young SM, Gryder LK, Cross C, Zava D, Kimball DW, Benyshek DC. Placentophagy’s effects on mood, bonding, and fatigue: A pilot trial, part 2. W. November 2017. doi: 10.1016/j.wombi.2017.11.004
2.
Celeb Moms Who Ate Their Placentas. parents.com. http://www.parents.com/parenting/celebrity-parents/moms-dads/placentas/.
3.
Buser GL, Mató S, Zhang AY, Metcalf BJ, Beall B, Thomas AR. Notes from the Field: Late-Onset Infant Group B Streptococcus Infection Associated with Maternal Consumption of Capsules Containing Dehydrated Placenta — Oregon, 2016. M. 2017;66(25):677-678. doi: 10.15585/mmwr.mm6625a4
N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?

Aucun avis particulier

A propos de Jacqueline Charpentier

mm

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d’emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l’actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG