Déclin des morts associés à la chaleur en dépit d’une augmentation des températures en Espagne

Contrairement aux craintes, le changement climatique n’a pas entrainé une hausse des morts associés à la chaleur en Espagne.


Contrairement aux craintes, le changement climatique n'a pas entrainé une hausse des morts associés à la chaleur en Espagne.

Les températures estivales en ont augmenté de plus de 1 degré Celsius depuis 1980 en raison du . Malgré cette augmentation, et contrairement aux attentes, les décès liés à la chaleur ont diminué. Cette tendance suggère que la population espagnole s’est adaptée au changement, réduisant sa vulnérabilité aux températures estivales. Telles sont les conclusions d’une étude coordonnée par l’Institut de Santé Globale de Barcelone.1

Une baisse des morts liés à la chaleur

L’étude, publiée dans PLoS Medicine, a analysé les données sur les températures journalières et les décès dans 47 capitales provinciales espagnoles pour chaque été de 1980 à 2015. Les résultats de leur analyse révèlent deux tendances opposées : d’une part, une augmentation progressive de la moyenne d’été de 0,33 degré Celsius par décennie ; et d’autre part, une diminution progressive du risque de mortalité liée à la chaleur au cours de la même période. Le résultat de ces deux tendances opposées a été une légère diminution de la mortalité liée à la chaleur d’environ un demi-point de pourcentage par décennie.

On suppose généralement que le changement climatique s’accompagnera d’une augmentation de la mortalité liée à la chaleur, en particulier dans les endroits où l’âge moyen de la population augmente selon Hicham Achebak, auteur principal de l’étude et chercheur à ISGlobal et au Centre pour les études démographiques à l’Université Autonome de Barcelone. Mais dans notre étude, nous avons observé que cela ne se produit pas nécessairement si, comme dans le cas de l’Espagne, l’augmentation de la température est compensée par un déclin soutenu et généralisé de la vulnérabilité aux températures modérées et extrêmes.

Une adaptation sanitaire et technologique de la société

Selon Joan Ballester, chercheur à l’ISGlobal, auteur principal de l’étude, nous sommes de moins en moins vulnérables à la chaleur grâce à l’adaptation de la société aux températures plus élevées et au développement socio-économique que nous avons connu ces dernières décennies. La climatisation, les progrès dans les services de santé et les campagnes de sensibilisation sont autant de facteurs qui peuvent avoir contribué à la tendance observée, mais nous ne savons toujours pas si cette tendance à la baisse se poursuivra si le changement climatique devient plus intense à l’avenir.

Les décès dus à des causes respiratoires constituent la principale exception à la tendance générale à la baisse observée à la fois dans la mortalité liée à la chaleur et dans la vulnérabilité aux températures élevées ; ceux-ci ont augmenté de façon continue depuis 1980, en particulier chez les femmes. Cette tendance pourrait être due au vieillissement de la population et à l’augmentation de l’incidence de certaines maladies chroniques selon Hicham Achebak.

L’analyse des données par sexe a également révélé l’existence d’un écart entre les sexes : il y a plus de décès liés à la chaleur chez les femmes que chez les hommes. Cette différence a également été observée dans les données sur la vulnérabilité aux températures modérées et extrêmes. Bien qu’il ait diminué avec le temps, l’écart entre les sexes a persisté et a été observé chaque année au cours des quatre dernières décennies.

Sources

1.
Heat-related mortality trends under recent climate warming in Spain: A 36-year observational study. PLOS Medicine. 10.1371/journal.pmed.1002617″ target=”_blank” rel=”noopener noreferrer”>https://doi.org/10.1371/journal.pmed.1002617. Published July 24, 2018. Accessed July 24, 2018.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *