Les probiotiques, inefficaces dans la plupart des cas

On voit beaucoup d’annonces sur les effets bénéfiques des probiotiques. Mais 2 recherches montrent que c’est plus nuancé. Des probiotiques standardisés n’ont quasiment aucun impact sur le microbiome alors que c’est l’objectif principal. La colonisation bactérienne reste un traitement thérapeutique, mais il faut l’adapter à chaque personne.


On voit beaucoup d'annonces sur les effets bénéfiques des probiotiques. Mais 2 recherches montrent que c'est plus nuancé. Des probiotiques standardisés n'ont quasiment aucun impact sur le microbiome alors que c'est l'objectif principal. La colonisation bactérienne reste un traitement thérapeutique, mais il faut l'adapter à chaque personne.

Des probiotiques à toutes les sauces

On trouve des probiotiques partout, allant du chocolat aux cornichons en passant par les lotions pour les mains et les préparations pour nourrissons et des millions de personnes achètent des suppléments de probiotiques pour stimuler la santé digestive. Mais de nouvelles recherches suggèrent qu’elles pourraient ne pas être aussi efficaces que nous le pensons.

Grâce à une série d’expériences à l’intérieur de l’ humain, les chercheurs montrent que le tube digestif de nombreuses personnes empêche la colonisation des probiotiques standard. De plus, la prise de probiotiques, pour contrebalancer les antibiotiques, pourrait retarder le retour des bactéries intestinales normales et l’expression génique intestinale à leur état natif. La recherche est publiée dans la revue Cell.1

Les effets présupposés des probiotiques

Les gens apprécient les probiotiques, même si la littérature sous-jacente à notre compréhension est très controversée. Nous voulions déterminer si les probiotiques tels que ceux que vous achetez au supermarché colonisent le tractus gastro-intestinal comme ils sont censés le faire et ensuite si ces probiotiques ont un impact sur l’hôte humain selon l’auteur principal Eran Elinav, immunologiste à l’Institut Weizmann des sciences en Israël. Étonnamment, nous avons vu que de nombreux volontaires sains étaient réellement résistants dans la mesure où les probiotiques ne pouvaient pas coloniser leur tractus gastro-intestinal. Cela suggère que les probiotiques ne devraient pas être universellement donnés comme un supplément unique, mais être adaptés aux besoins de chaque individu.

Bien que des études antérieures aient étudié des questions similaires, elles ont toutes utilisé les excréments des patients comme indicateur de l’activité microbienne dans le tractus gastro-intestinal. Au lieu, Elinav et ses collègues ont mesuré directement la colonisation intestinale.

Dans la première étude, 25 volontaires humains ont subi des endoscopies et des coloscopies supérieures pour échantillonner leur de base dans les régions de l’intestin. 15 de ces volontaires ont ensuite été divisés en deux groupes. Le premier groupe a consommé des souches de probiotiques génériques tandis que le second a reçu un placebo. Les deux groupes ont ensuite subi un deuxième cycle d’endoscopies et de coloscopies supérieures pour évaluer leur réponse interne avant d’être suivis pendant deux mois supplémentaires.

Des personnes résistantes et persistantes aux probiotiques

Les scientifiques ont découvert que les probiotiques ont colonisé avec succès les voies gastro-intestinales de certaines personnes, appelées les persistantes, tandis que les microbiomes intestinaux des résistants les ont expulsés. De plus, les profils de persistance et de rémanence détermineraient si les probiotiques, chez une personne donnée, auraient un impact sur leur microbiome indigène et leur . Les chercheurs ont pu prédire si une personne serait une personne persistante ou résistante simplement en examinant leur profil d’expression génique du microbiome et de l’intestin.

Ils ont également constaté que les selles ne sont que partiellement corrélées au fonctionnement du microbiome à l’intérieur de l’organisme. Bien que tous nos volontaires, qui consomment des probiotiques, aient présenté des probiotiques dans leurs selles, seuls certains d’entre eux en avaient dans leur intestin ce qui est le comportement voulu des probiotiques selon Segal. Si certaines personnes résistent et que certaines personnes les autorisent, alors les bénéfices des probiotiques standard que nous prenons tous ne peuvent pas être aussi universels que nous le pensions auparavant. Ces résultats mettent en évidence le rôle du microbiome intestinal dans des différences cliniques très spécifiques.

Les probiotiques peuvent parfois provoquer l’effet inverse

Dans la deuxième étude, les chercheurs se sont demandé si les patients devaient prendre des probiotiques pour contrer les effets des antibiotiques, comme on leur dit souvent de le faire pour repeupler le après qu’il ait été éliminé par un traitement .2 Pour ce faire, 21 volontaires ont reçu des antibiotiques et ont été répartis au hasard en trois groupes. Le premier était un groupe de surveillance qui laissait son microbiome se rétablir tout seul. Le deuxième groupe a reçu les mêmes probiotiques génériques utilisés dans la première étude. Le troisième groupe a été traité avec une greffe de microbiome fécal (aFMT) constituée de ses propres bactéries collectées avant de leur administrer l’antibiotique.

Après la disparition des antibiotiques, les probiotiques standard pouvaient facilement coloniser l’intestin de tous les membres du deuxième groupe, mais à la surprise de l’équipe, cette colonisation empêchait le profil d’expression microbienne et intestinale normal de l’hôte de revenir à son état pendant des mois. En revanche, l’aFMT a eu pour résultat que le microbiome intestinal natif du troisième groupe et le programme génique reviennent à la normale en quelques jours.

Contrairement au dogme actuel selon lequel les probiotiques sont inoffensifs et profitent à tout le monde, ces résultats révèlent un nouvel effet indésirable potentiel de l’utilisation de probiotiques avec des antibiotiques qui pourraient même avoir des conséquences à long terme selon Elinav. En revanche, le fait de reconstituer l’intestin avec ses propres microbes est un traitement personnalisé, conçu par la mère, qui a permis d’inverser complètement les effets des antibiotiques.

Segal ajoute : Cela ouvre la porte à des diagnostics qui nous mèneraient d’une consommation universelle empirique de probiotiques, qui semble inutile dans de nombreux cas, à une consommation adaptée à chaque individu et pouvant être prescrite à différentes personnes en fonction de leurs caractéristiques de base.

Sources

1.
Personalized gut mucosal colonization resistance to empiric probiotics is associated with unique host and microbiome features. Cell. https://www.cell.com/cell/fulltext/S0092-8674(18)31102-4. Published September 4, 2018. Accessed September 4, 2018.
2.
Post-antibiotic gut mucosal microbiome reconstitution is impaired by probiotics and improved by autologous FMT. Cell. https://www.cell.com/cell/fulltext/S0092-8674(18)31108-5. Published September 4, 2018. Accessed September 4, 2018.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *