La résistance antimicrobienne en chiffres et l’ampleur du problème

Si on n’arrive pas à régler le problème de la résistance antimicrobienne, alors elle pourrait être plus mortelle que le diabète, la tuberculose et le VIH/Sida réunis.


Si on n'arrive pas à régler le problème de la résistance antimicrobienne, alors elle pourrait être plus mortelle que le diabète, la tuberculose et le VIH/Sida réunis.
Image parUlrike Leone de Pixabay

Selon vous, quelle est la maladie la plus dangereuse sur la planète ? Les maladies cardiaques, les problèmes respiratoires et la tuberculose hantent les citoyens des pays en développement. Mais alors que le traitement de ces maladies est de plus en plus disponible, entraînant une chute du nombre de décès pour les trois, il existe une autre menace, moins connue, qui augmente chaque année.

  • La résistance antimicrobienne tue 700 000 personnes chaque année
  • A l’horizon 2050, la résistance aux antibiotiques pourrait tuer 10 millions de personnes
  • Les coûts de développement élevés freinent la mise au point de nouveaux traitements

La résistance antimicrobienne

Déjà, plus de 700 000 personnes dans le monde meurent chaque année de maladies causées par des bactéries qui ont développé résistance antimicrobienne (RAM). L’Organisation mondiale de la santé estime que si les tendances actuelles se maintiennent, le problème pourrait tuer 10 millions de personnes chaque année d’ici 2050, rendant la résistance aux antimicrobiens plus dangereuse que le diabète, la tuberculose et le VIH/Sida réunis.

La résistance antimicrobienne frappera particulièrement les pays en développement. Les infections peuvent être contractées par n’importe qui, n’importe où, simplement en étant exposées à de dangereuses bactéries. Mais ceux qui disposent de l’assainissement le moins fiable, de l’eau la plus polluée et du pire accès à des interventions médicales simples, telles que des lingettes antibiotiques, porteront le fardeau le plus lourd.

Ce ne sont pas que des projections désastreuses. Environ 200 000 nouveau-nés meurent chaque année parce qu’ils contractent des infections qui ne réagissent tout simplement pas aux médicaments. La recherche à ce sujet est inégale, mais selon l’OMS, environ 40 % des infections contractées par les nouveau-nés résistent aux traitements disponibles. La grande majorité des décès qui en résultent surviennent dans les pays en développement.

Le bilan économique de la résistance aux antimicrobiens

Survivre à une infection résistante aux antibiotiques a également des coûts. En l’absence de traitement immédiat, les patients peuvent être amenés à essayer des médecines alternatives dans l’espoir que leur infection guérira. Au lieu d’un traitement antibiotique, deux, trois ou même quatre peuvent être nécessaires, ce qui exerce des pressions financières sur les patients, les familles et les systèmes de santé locaux. Ces coûts supplémentaires pour la résistance antimicrobienne pourraient atteindre 1 billion de dollars par an d’ici 2050, prévient la Banque mondiale.

Résistance antimicrobienne - Si on n'arrive pas à régler le problème de la résistance antimicrobienne, alors elle pourrait être plus mortelle que le diabète, la tuberculose et le VIH/Sida réunis.

Image parUlrike Leone de Pixabay

Pour cette raison, la Banque mondiale estime que les pays à faible revenu pourraient perdre jusqu’à 5 % de leur PIB dans le même laps de temps, aggravant ainsi l’impact financier de la résistance aux antimicrobiens par rapport à celui de la crise financière de 2008. Plus de 25 millions de personnes dans les pays les plus pauvres pourraient sombrer dans l’extrême pauvreté, a déclaré la banque dans un rapport marquant de 2016.

Compte tenu de ces coûts élevés, les dépenses financières nécessaires pour lutter contre la résistance antimicrobienne semblent minimes. Kevin Outterson, chercheur en droit à l’Université de Boston, estime que le coût total de l’éradication de la résistance aux antimicrobiens serait d’environ 10 milliards de dollars. C’est à peu près autant d’argent que les États membres de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques s’engagent chaque année pour le Fonds vert pour le climat.

Les obstacles de la lutte contre la résistance antimicrobienne

Alors, qu’est-ce qui freine les progrès sur cette crise mondiale ? Tout d’abord, la résistance antimicrobienne est un problème complexe. Les bactéries évoluent constamment et il est difficile de déterminer celles qui sont devenues résistantes. Parmi les plus dangereux figurent Staphylococcus aureus, également connu sous le nom SARM (Staphylococcus aureus résistant à la méticilline), Neisseria Gonorrhoeae, responsable de la maladie sexuelle appelée blennorragie et de E. coli, responsable des maladies diarrhéiques.

Malheureusement, les pays en développement sont autant une cause du problème qu’ils en sont victimes. Pour être efficaces, les antibiotiques doivent être pris régulièrement et pendant un cycle complet, allant généralement d’une à six semaines. Mais dans les endroits où les médicaments sont chers ou difficiles à obtenir, de nombreux patients interrompent leur cycle de traitement dès qu’ils se sentent mieux et conservent les comprimés restants pour une utilisation ultérieure.

La surcription est également un problème. Dans les régions où les maladies bactériennes telles que la diarrhée et les infections de la gorge sont courantes, les médecins prescrivent souvent des antibiotiques sans diagnostic approprié ou, à titre de précaution, ce qui aggrave la surexploitation.

De plus, l’utilisation prophylactique d’antibiotiques est courante chez les animaux de ferme. Alors que l’Union européenne interdisait certains antibiotiques dans l’élevage en 1997 et 1999, leur utilisation pour maintenir la santé du bétail dans les pays en développement se poursuit sans relâche.

Que fait-on ?

Pour aggraver les choses, la mise au point de nouveaux antibiotiques est coûteuse, les coûts de R&D à eux seuls peuvent facilement atteindre 300 millions de dollars par médicament, auxquels une entreprise doit ajouter 3 à 4 millions de dollars supplémentaires pour les frais d’approbation selon une étude commandée par le Royaume-Uni sur la résistance aux antimicrobiens mise au point en 2015. Toutefois Grâce à une réglementation internationale stricte, le coût des médicaments reste bas, ce qui rend le développement moins rentable et donc peu attrayant pour les sociétés pharmaceutiques.

Heureusement, les gouvernements, les entreprises et les organismes internationaux sont de plus en plus conscients de la nécessité de prendre des mesures pour lutter contre la résistance antimicrobienne. En 2016, plus de 100 entreprises se sont associées pour former l’AMR Industry Alliance. Ils ont soumis un rapport sur les problèmes liés au coût de la résistance aux antimicrobiens au Forum économique mondial de Davos.

Dans leur déclaration, les entreprises ont déclaré qu’elles dépensaient déjà près de 2 milliards de dollars par an pour développer de nouveaux médicaments antibiotiques. Cependant, ils ont également appelé les gouvernements à contribuer au financement de recherches économiquement risquées et à résoudre des problèmes tels que la surprescription et l’utilisation inappropriée au moyen d’une meilleure réglementation.

Si un meilleur contrôle de l’utilisation des antibiotiques est essentiel pour lutter contre la résistance aux antimicrobiens, les experts soulignent que l’accès à ces médicaments doit être élargi et non restreint. Environ 6 millions de personnes meurent chaque année de sepsie dans les pays en développement, car elles n’ont pas accès aux antibiotiques, soit dix fois plus que celles qui meurent d’une résistante aux antibiotiques.

L’ le plus célèbre, et toujours le plus utilisé, la pénicilline a été découvert en 1928 par Alexander Fleming. Conscient des millions de vies qu’il sauverait, Fleming a fait don gratuitement de la formule au monde entier. Aujourd’hui, près de 100 ans plus tard, le défi consiste à préserver ce don et à en sauver plusieurs autres millions.

Traduction d’un article sur SciDev par Inga Vesper.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *