jeudi , 23 novembre 2017

Le cercle vicieux de l’inégalité et de la violence

Une étude à grande échelle sur plusieurs pays démontre un cercle vicieux entre les inégalités économiques et la domination des groupes au sommet de la société.


Le cercle vicieux de l’inégalité et de la violence
L‘un des principaux dilemmes dans notre société est la répartition des ressources entre les différents individus et groupes. Toutes les sociétés, qui ont une production excédentaire, sont organisées comme des hiérarchies sociales où certains groupes de personnes possèdent de plus en plus de ressources et d’opportunités que d’autres groupes. Certaines sociétés, telles que le système des castes indiennes, sont fortement hiérarchisées tandis d’autres comme les nations scandinaves sont plus équitables. Cependant, même en Scandinavie, certains groupes, comme les Danois ou les Norvégiens natifs, occupent un statut supérieur à celui des autres groupes comme les immigrants et les réfugiés.

L’inégalité sociale est proportionnelle aux raisons de domination

Des chercheurs de Norvège (Université d’Oslo), du Danemark (Université d’Aarhus), de la Nouvelle-Zélande (Université Victoria Wellington) et des États-Unis (Université d’Harvard) ont mené une enquête sur l’association concernant l’inégalité sociétale, l’instabilité et les motifs psychologiques pour la domination de groupe sur 45 000 personnes dans 27 pays et 30 États américains.

Le résultat est sans appel : plus l’inégalité et l’instabilité sociétale sont importantes et plus les groupes au sommet de la société ont tendance à soutenir une hiérarchie entre les groupes en protégeant leur propre statut de privilégiés.

On remarque immédiatement un cercle vicieux où une plus grande inégalité sociétale motive le groupe au sommet à utiliser même des moyens violents pour maintenir cette inégalité. Cette oppression par le groupe de domination crée encore plus d’inégalités et cela peut déboucher sur une violence extrémiste selon Lotte Thomsen, auteur principal de l’étude et professeur agrégé en psychologie à l’Université d’Oslo.

Même si vous êtes très désavantagé au bas de la hiérarchie et qu’on vous refuse l’accès à des ressources de logement et de nourriture, vous serez quand même mieux placé si vous restez en dehors des conflits de domination que vous allez perdre de toute façon. Le résultat est qu’une forme de domination est condamnée à apparaitre du moment que certains ont plus et que d’autres ont moins. Cette analyse des chercheurs est très intéressante, car elle distingue 3 parties de la société. Vous avez les plus riches (politiciens, médias, etc.), vous avez les plus pauvres et vous avez les militants. L’étude suggère que si vous êtes un militant, alors votre niveau de perte sera bien plus élevé que le pauvre qui essaie de se faire tout petit. Tout conflit en tant que militant de votre part entrainera votre défaite à tous les coups.

Un lien limpide entre l’inégalité et la domination dans 27 pays

Les chercheurs ont comparé les réponses des participants aux questions sur leur soutien à la hiérarchie par rapport à l’égalité entre les groupes avec des macro-indicateurs de l’ONU, de la Banque mondiale et de Reporters sans frontières.

Nous voyons un lien limpide dans 27 pays selon Jonas Kunst, premier auteur de l’étude et qui est postdoctorat en psychologie de l’Université d’Oslo. Plus l’inégalité sociétale est grande et plus l’orientation de la dominance sociale (SDO) est importante parmi les membres du groupe dominant dans le pays. L’orientation de la domination sociale de la population est systématiquement plus élevée dans les pays qui affichent les pires résultats sur les macro-indicateurs pour le risque de conflits violents, l’absence de bonne gouvernance (comme la corruption et l’absence de l’état de droit), le manque de progrès social en termes de réponses aux besoins fondamentaux de la population, la garantie de l’accès aux soins de santé et à l’éducation, le manque de démocratie, le manque d’une presse libre et le manque de l’égalité des sexes.

Les conséquences : Persécution violente des immigrants, Racisme et Sexisme

Dans la deuxième partie de l’étude, les chercheurs ont de nouveau demandé à plus de 4 000 citoyens américains blancs dans 30 États américains s’ils soutiennent la hiérarchie ou l’égalité entre les différents groupes de personnes. Ils ont également posé des questions sur le racisme, le sexisme et si les sujets seraient prêts à participer à la persécution ethnique des immigrants.

C’est une mesure extrémiste qui s’inscrit dans la ligne de l’extrême-droite. Nous avons simplement demandé aux gens d’imaginer que le gouvernement décide d’interdire les organisations d’immigrants à l’avenir et on a ensuite demandé à chaque participant s’ils dénonceraient des organisations d’immigrés à la police. Les chercheurs ont précisé aux sujets qu’à cause de cette dénonciation, la police chasserait les immigrants et elle attaquerait les sièges sociaux des immigrants en utilisant la force physique et qu’elle tuerait même les leaders qui dirige les mouvements des migrants selon Lotte Thomsen.

Et le résultat est de nouveau sans appel, car les chercheurs ont trouvé une association systématique avec une structure sociétale à grande échelle. En utilisant le coefficient de gini pour mesurer le degré d’inégalité économique et l’US Peace index pour indiquer la présence de violence dans chaque état, ils ont constaté que les deux prédisaient les motifs de domination parmi les participants. Cela signifie que les Américains blancs adaptent leurs dominations psychologiques proportionnellement au niveau d’inégalité économique et de violence leur Etat de résidence.

Les résultats de cette étude sont graves, car nous savons que les motifs de la domination du groupe psychologique sont liés à une augmentation du racisme et du sexisme sans oublier une volonté de participer à la violence contre d’autres groupes. Le résultat final est un cercle vicieux d’inégalité et de violence. Et étant donné que l’inégalité économique augmente dans de nombreuses parties du monde, on peut dire qu’il y a de quoi s’inquiéter selon les chercheurs.

Source : PNAS (http://www.pnas.org/cgi/doi/10.1073/pnas.1616572114)

N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?

Aucun avis particulier

A propos de Jacqueline Charpentier

mm

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d’emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l’actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG