Nous sommes prédisposés à pardonner

Selon une nouvelle étude, lorsqu’on évalue le caractère moral des autres, les gens s’accrochent à de bonnes impressions, mais ils ajustent facilement leurs opinions sur ceux qui se sont mal comportés.


Selon une nouvelle étude, lorsqu'on évalue le caractère moral des autres, les gens s'accrochent à de bonnes impressions, mais ils ajustent facilement leurs opinions sur ceux qui se sont mal comportés.

Cette flexibilité à juger les transgresseurs pourrait aider à expliquer à la fois comment les humains pardonnent et pourquoi ils restent parfois dans de mauvaises relations selon les auteurs de l’étude. Les recherches, menées par des psychologues à Yale, à l’Université d’Oxford, à l’University College London et à l’École internationale d’études avancées, ont été publiées dans la revue Nature Human Behavior.

Une première bonne impression persistante

Le cerveau forme des impressions sociales qui permettent le pardon selon Molly Crockett, auteure principale du journal et psychologue de Yale. Étant donné que les gens se comportent parfois mal par accident, nous devons être en mesure de mettre à jour les mauvaises impressions qui se révèlent être erronées. Sinon, nous pourrions mettre un terme prématuré aux relations et manquer les nombreux avantages de la connexion sociale.

À travers une série d’expériences, plus de 1 500 sujets ont observé les choix de deux étrangers confrontés à un moral : infliger des chocs électriques douloureux à une autre personne en échange d’argent. Alors que le bon étranger refusait pour la plupart d’électrocuter une autre personne pour de l’argent, le mauvais étranger avait tendance à maximiser ses profits malgré les conséquences douloureuses. On a demandé aux sujets leurs impressions sur le caractère moral des étrangers et sur leur confiance en eux.

Prompt au pardon

Les sujets formaient rapidement des impressions stables et positives du bon étranger et étaient très confiants quant à leurs impressions. Cependant, les sujets étaient beaucoup moins convaincus que le mauvais étranger était vraiment mauvais et pouvaient changer d’avis rapidement. Par exemple, lorsque le mauvais étranger a occasionnellement fait un choix généreux, les impressions des sujets se sont immédiatement améliorées, jusqu’à ce qu’ils soient témoins de la prochaine transgression de l’étranger.

Ce modèle de mise à jour des impressions peut donner un aperçu de la raison pour laquelle les gens conservent parfois de mauvaises relations selon Crockett. Nous pensons que nos découvertes révèlent une prédisposition fondamentale à donner aux autres, même aux étrangers, le bénéfice du doute. L’esprit humain est construit pour maintenir des relations sociales, même lorsque les partenaires se comportent parfois mal.

La recherche pourrait également aider à faire la lumière sur les troubles psychiatriques impliquant des difficultés sociales telles que le . La capacité à former avec précision des impressions sur le caractère des autres est cruciale pour le développement et le maintien de relations saines selon Jenifer Siegel, doctorante à Oxford et auteure principale du document. Nous avons développé de nouveaux outils pour mesurer la formation des impressions, ce qui pourrait nous aider à mieux comprendre le dysfonctionnement relationnel.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, moyenne : 4,25 sur 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *