Des chercheurs mettent en évidence les symptômes neurologiques du COVID-19 et la nécessité d’études rigoureuses


  • FrançaisFrançais



  • Le SRAS-CoV-2 a été initialement identifié comme un virus respiratoire, mais il peut affecter tout le corps, y compris le système nerveux. Dans un nouveau Point de vue publié dans La science, Avindra Nath, MD, directrice clinique de l’Institut national des troubles neurologiques et des accidents vasculaires cérébraux (NINDS) des National Institutes of Health, et Serena Spudich, MD, Yale School of Medicine, New Haven, Connecticut, soulignent ce que l’on sait actuellement sur les effets de SARS-CoV-2 sur le cerveau, l’importance d’une recherche accrue sur les causes sous-jacentes de Long Covid et les moyens possibles de traiter ses symptômes.

    Les symptômes neurologiques qui ont été signalés avec le COVID-19 aigu comprennent la perte de goût et d’odorat, les maux de tête, les accidents vasculaires cérébraux, le délire et l’inflammation cérébrale. Il ne semble pas y avoir d’infection étendue des cellules cérébrales par le virus, mais les effets neurologiques peuvent être causés par une activation immunitaire, une neuroinflammation et des dommages aux vaisseaux sanguins du cerveau.

    L’infection aiguë au COVID-19 peut parfois entraîner des effets durables, qui ont été collectivement appelés « Long Covid », et peuvent inclure une grande variété de symptômes dans le cerveau et le système nerveux qui vont d’une perte de goût et d’odorat, une concentration altérée , fatigue, douleur, troubles du sommeil, troubles autonomes et/ou maux de tête à des effets psychologiques comme la dépression ou la psychose.

    Drs. Nath et Spudich décrivent la compréhension scientifique actuelle des réponses potentielles du corps à une infection aiguë au COVID-19 et comment ces réponses pourraient entraîner des symptômes de Long Covid. Ils établissent également des parallèles entre les symptômes ressentis par les personnes atteintes de Long Covid et ceux vivant avec l’encéphalomyélite myalgique/syndrome de fatigue chronique (EM/SFC) ou la maladie post-Lyme, ce qui suggère qu’il pourrait y avoir des facteurs de risque communs impliqués.

    Enfin, en raison de la variabilité importante des symptômes d’une personne à l’autre et du fait que de nombreuses personnes atteintes de Long Covid étaient en bonne santé avant une infection COVID-19 relativement bénigne, les auteurs soulignent le besoin urgent d’efforts de recherche importants pour identifier toute l’étendue de Les complications du long Covid et leurs causes. Ce type de recherche, qui comprendrait l’étude minutieuse d’individus atteints de Long Covid classés selon leurs symptômes spécifiques, est crucial pour le développement d’outils diagnostiques et thérapeutiques pour identifier et traiter ce qui devient un problème de santé publique de plus en plus important. L’initiative NIH RECOVER COVID est un programme de recherche ambitieux pour atteindre ces objectifs.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par NIH/Institut national des troubles neurologiques et des accidents vasculaires cérébraux. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.