Les hommes hypertendus ont une perception biaisée de la colère des autres


  • FrançaisFrançais



  • Les hommes souffrant d’hypertension artérielle ont une perception biaisée de la colère des autres, comme le montre une nouvelle étude.

    L’hypertension est une maladie. Cependant, dans la majorité des cas, il n’y a pas d’explication médicale claire, appelée « hypertension essentielle ». Des facteurs psychologiques pourraient-ils jouer un rôle ? Dans ce contexte, les psychologues de la santé biologique de Constance Alisa Auer et le professeur Petra Wirtz ont mené une étude sur des participants masculins pendant plusieurs années avec des collègues de Constance (Allemagne) et de Suisse. Les chercheurs ont voulu mieux comprendre les mécanismes psychobiosociaux de l’hypertension, car les travaux antérieurs dans ce domaine ont laissé de nombreuses questions ouvertes.

    Dans un article publié dans le Annales de médecine comportementale le 22 mars 2022, ils montrent que par rapport à un groupe témoin sain, les hommes souffrant d’hypertension essentielle reconnaissaient plus souvent des expressions de colère lorsqu’ils regardaient le visage des autres. De plus, ce biais de reconnaissance de la colère semble contribuer à l’augmentation de la pression artérielle au fil du temps si quelqu’un a tendance à éprouver de la colère fréquemment et intensément. Cette tendance est appelée « colère de trait ».

    Reconnaissance des émotions mixtes

    Dans leur étude portant sur 145 hommes hypertendus et normotendus, les chercheurs ont présenté différentes images de personnes en colère. Cependant, les images ne montraient pas seulement de la colère, mais combinaient la colère avec l’une des trois autres émotions : la peur, le bonheur et la tristesse. Le contexte de cette approche est que, dans la vie de tous les jours, les visages des gens montrent rarement une seule émotion. Les émotions mixtes sont plus répandues. Chacune des images transformées par ordinateur montrait deux émotions avec des intensités d’affect variables. On a demandé aux participants quelle émotion ils voyaient dans les images.

    « Les hommes hypertendus ont reconnu la colère plus souvent que toute autre émotion », explique Alisa Auer. « Donc, ils ont surestimé la colère affichée sur le visage des autres par rapport à notre groupe témoin en bonne santé. » Petra Wirtz ajoute: « La colère excessive affichée par d’autres personnes semble affecter le fait qu’un « trait de colère » élevé contribue à l’augmentation de la pression artérielle au fil du temps. » Ainsi, des facteurs interpersonnels semblent jouer un rôle dans l’hypertension artérielle essentielle. L’attente d’associations entre l’hypertension et les aspects sociaux était l’une des raisons pour lesquelles l’étude a été soutenue par le groupe d’excellence « Centre pour l’étude avancée du comportement collectif ».

    Améliorer le traitement de l’hypertension artérielle essentielle

    Auer et Wirtz espèrent que leurs résultats seront examinés et confirmés par d’autres chercheurs. « Ensuite, une prochaine étape serait d’offrir aux personnes souffrant d’hypertension essentielle un accompagnement plus ciblé », précise Alisa Auer, qui termine actuellement son doctorat en psychologie. Auer pense à « des traitements thérapeutiques qui s’adressent à la perception qu’a une personne des environnements sociaux afin de la protéger de la colère des autres ».

    De telles interventions thérapeutiques seraient importantes, car les médicaments antihypertenseurs ne traitent que les conséquences de l’hypertension, mais ne s’attaquent pas aux causes potentielles. De plus, l’hypertension est l’un des principaux facteurs de risque des maladies cardiovasculaires. En 2020, comme les années précédentes, l’Office fédéral de la statistique (Destatis) a classé les maladies cardiovasculaires comme la principale cause de décès en Allemagne. « 338 001 décès, soit plus d’un tiers de tous les décès (34%), peuvent être attribués aux maladies cardiovasculaires », rapporte Destatis. Les maladies cardiovasculaires sont particulièrement mortelles pour les personnes âgées : 93 % des personnes décédées des suites d’une maladie cardiovasculaire avaient 65 ans ou plus.

    Qu’en est-il des femmes? Les chercheurs espèrent que les futures études incluront des femmes. Étant donné que les femmes peuvent différer de celles des hommes dans leur reconnaissance des émotions et que moins de femmes souffrent d’hypertension, l’étude s’est d’abord concentrée sur les hommes.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Université de Constance. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.