Comment réduire les préjugés sexistes avec le choix des mots —


  • FrançaisFrançais



  • Sur le lieu de travail, même des différences subtiles dans le choix de la langue peuvent influencer la perception du genre, pour le meilleur ou pour le pire. Ces choix se répartissent en deux catégories principales : minimiser le rôle du sexe en utilisant des termes non sexistes ou mettre l’accent sur le sexe d’un individu par le biais du « marquage du sexe ». Dans un commentaire du journal Tendances en sciences cognitivesle spécialiste du comportement Stav Atir affirme qu’en utilisant ces deux approches de manière réfléchie, on peut promouvoir l’égalité des sexes.

    « Si quelqu’un suggérait de dire » femme politique « ou » femme scientifique « , je pense que beaucoup diraient » non, merci «  », déclare Atir, professeur adjoint à l’Université du Wisconsin à Madison, qui étudie comment les préjugés sexistes peuvent affecter les perceptions des professionnels. .

    L’approche non sexiste consiste à utiliser des mots comme « homme d’affaires » au lieu de « homme d’affaires » ou « femme d’affaires », ou d’utiliser des pronoms non sexistes comme « ils » au lieu de « il » ou « elle ». L’utilisation de ce langage peut effacer la conception selon laquelle les hommes et les femmes sont des êtres extrêmement différents, et il combat notre tendance naturelle à nous fier aux stéréotypes dans notre pensée, selon des études.

    « Mais la neutralité sexuelle totale dans la langue n’est pas la panacée », déclare Atir. Cette approche souffre du fait que les termes non sexistes ont tendance à être considérés comme masculins par défaut.

    « Même lorsque le sexe n’est pas explicitement spécifié, les stéréotypes remplissent souvent le vide de genre », explique Atir. « Des mots de profession tels que ‘homme d’affaires’ ou ‘chirurgien’, bien que techniquement neutres en termes de genre, évoquent probablement l’image d’un homme ; de même, ‘infirmière’ (également techniquement neutre en termes de genre) évoque l’image d’une femme. »

    L’alternative – en utilisant une approche de marquage du genre – peut être utilisée pour mettre en évidence le succès des femmes dans des domaines à prédominance masculine. « Afin de mettre en lumière les briseurs de plafonds de verre et ceux qui suivent leurs traces, nous devons mentionner leur sexe », explique Atir.

    Cette approche a ses propres inconvénients, comme le renforcement des stéréotypes négatifs. « Le marquage du genre ne doit donc pas être utilisé à la légère », déclare Atir. « Bien que cela puisse attirer l’attention sur les professionnels dont le sexe est sous-représenté, cela peut aussi avoir des conséquences ironiques, incitant à une pensée stéréotypée et renforçant la perception des femmes comme des exceptions exotiques à la règle masculine. »

    « Nous pourrions être tentés de baisser les bras et d’abandonner l’effort d’utiliser le langage pour exprimer et promouvoir nos croyances. Ce serait une erreur », déclare Atir. « Le langage reste un outil dans notre boîte à outils pour le changement social, et, contrairement à certains de nos autres outils, c’est un outil que nous pouvons tous utiliser. La clé pour utiliser efficacement cet outil est d’adapter notre langage au contexte, en tenant compte de notre situation – des objectifs spécifiques. »

    Source de l’histoire :

    Matériel fourni par Presse cellulaire. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.