Nos interactions sociales commencent à un jeune âge —


  • FrançaisFrançais



  • Quel est le point commun entre construire des pyramides, aller sur la lune, pagayer dans un canoë à deux ou danser une valse ? Toutes ces actions sont le résultat d’un objectif commun entre plusieurs partenaires et débouchent sur un sentiment d’obligation réciproque, appelé « engagement conjoint ». Cette capacité à coopérer est universelle chez l’homme et chez certaines espèces d’animaux, comme les grands singes.

    Cependant, les humains semblent avoir une prédisposition unique et un fort désir d’interaction sociale qui peut être l’une des composantes de l’émergence du langage, selon les auteurs de l’étude. En quoi nos interactions sociales diffèrent-elles des autres espèces ? Et pourquoi? Pour répondre à ces questions, une équipe internationale a analysé les interactions de 31 enfants âgés de 2 à 4 ans dans quatre écoles maternelles aux États-Unis (10 heures par enfant). « Il n’y a eu que peu d’analyses quantitatives des interactions sociales spontanées des enfants de 2 et 4 ans en interaction avec leurs pairs, bien que ce soit un âge critique pour le développement des capacités socio-cognitives des enfants. Et celles qui existent ne sont pas basées sur des enregistrements vidéo étendus suivant des enfants individuels pendant plusieurs jours ou ne permettent tout simplement pas une comparaison facile avec les interactions sociales des grands singes », ajoute Federico Rossano, premier auteur de l’étude et professeur adjoint à l’Université de Californie à San Diego. Ils ont ensuite comparé leurs résultats avec des interactions similaires chez les adultes et les grands singes

    Multiplication des partenaires sociaux

    Les chercheurs ont analysé les facteurs environnementaux (nombre de partenaires, types d’activités, etc.) entourant les enfants. Ils ont constaté que les enfants ont des interactions sociales plus fréquentes (une moyenne de 13 interactions sociales distinctes par heure) et plus courtes (une moyenne de 28 secondes) avec leurs pairs que les grands singes dans des études comparables. Adrian Bangerter, co-auteur de l’étude et professeur à l’Université de Neuchâtel explique pourquoi : « En étant exposés à de nombreux partenaires, les enfants apprennent rapidement la nécessité de se coordonner entre eux. » Les chiffres confirment cet apprentissage rapide : les enfants de 4 ans participent déjà plus souvent à des interactions sociales coopératives que les enfants de 2 ans et se battent moins que les enfants de 2 ans. « Apprendre à se coordonner avec les autres et à communiquer pour s’engager dans des activités conjointes va de pair avec apprendre à minimiser les conflits », ajoute Rossano.

    Les interactions sociales sont généralement marquées par une phase d’entrée et une phase de sortie (lorsqu’on entame une conversation avec un contact visuel et un « bonjour » puis signale qu’elle se termine en répétant « d’accord, d’accord » ou avec un « au revoir »). Ces signaux sont également présents dans 90% des engagements sociaux chez les bonobos et 69% chez les chimpanzés. Il semble que les jeunes enfants n’utilisent ces signaux que 66 à 69 % du temps, moins fréquemment que les bonobos et les adultes. « D’une part, cela pourrait être dû à l’appréciation qu’ils interagiront à nouveau avec les mêmes enfants tout au long de la journée, comme deux passagers assis l’un à côté de l’autre dans un avion commençant et arrêtant des conversations rapides tout au long d’un vol sans utiliser de salutations à chaque fois qu’ils reprennent D’un autre côté, cela peut refléter le fait que toutes les interactions sociales ne sont pas basées sur un engagement commun les uns envers les autres, c’est-à-dire que parfois les jeunes enfants peuvent se frayer un chemin au bulldozer et supposer que les autres enfants s’adapteront simplement à eux plutôt que de se coordonner,  » explique Rossano. Des recherches plus empiriques seront nécessaires pour confirmer ces comportements, mais cette étude est une première étape dans la compréhension du rôle de l’engagement conjoint dans l’interaction sociale humaine et de son impact sur l’évolution du langage.

    Coopération chez les enfants suisses

    Une étude similaire est actuellement menée dans le cadre du NCCR Evolving Language, un centre de recherche suisse qui vise à démêler les fondements biologiques du langage, son passé évolutif et les défis imposés par les nouvelles technologies. Une équipe comprenant les co-auteurs de l’Université de Neuchâtel travaille avec les structures d’accueil périscolaire de Neuchâtel et vise à comprendre le développement de l’action conjointe chez les enfants en observant comment leur utilisation des mots dits de contre-courant (euh, d’accord) change au fil du temps lorsqu’ils jouent à un jeu coopératif LEGO®. Adrian Bangerter explique pourquoi ces termes sont importants à analyser : « Nous utilisons des « petits » mots comme d’accord, euh-huh, ouais, ou juste tout le temps pour synchroniser notre comportement avec nos partenaires. Pourtant, on sait si peu de choses sur la façon dont les jeunes enfants acquièrent leur utilisation. »

    Les interactions sociales ont facilité l’évolution du langage

    L’article a été publié dans le cadre d’un numéro spécial (https://evolvinglanguage.ch/special-issue-on-social-interaction/) qui se concentre sur l’hypothèse du « moteur d’interaction ». Cette hypothèse postule que les capacités sociales et les motivations chez l’homme ont été des facteurs déterminants dans l’évolution du langage humain, dont les origines restent inconnues. Dans une série de 14 articles édités par Raphaela Heesen de l’Université de Durham et Marlen Fröhlich de l’Université de Tübingen, les chercheurs étudient les capacités socio-cognitives qui ont ouvert la voie à l’émergence du langage en proposant une approche multidisciplinaire et comparative. Le NCCR Evolving Language fait partie de ce numéro spécial avec sept de ses chercheurs co-auteurs de 4 articles.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par PRN Evolving Language (Pôle de recherche national). Original écrit par Emilie Wyss. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.