Les enfants qui disent la vérité sans ambages, au lieu de mentir, sont jugés plus sévèrement par les adultes


  • FrançaisFrançais



  • De nouvelles découvertes, publiées aujourd’hui, suggèrent que les enfants disent des vérités brutales telles que « Je ne veux pas de ce cadeau – c’est moche! » sont jugés plus sévèrement par les adultes que ceux qui déforment la vérité pour être polis ou protéger les autres.

    Publié dans le peer-reviewed Journal d’éducation moralela recherche démontre les messages mitigés que les adultes transmettent aux enfants sur le fait de mentir ou de dire la vérité dans différents contextes.

    « Cette recherche tend à montrer qu’il existe une relation compliquée avec la vérité que les enfants doivent naviguer pour apprendre ce qui est socialement acceptable », explique l’auteur principal, le Dr Laure Brimbal de la School of Criminal Justice & Criminology de la Texas State University.

    « La plupart des parents auront été embarrassés ou contrariés par l’honnêteté brutale de leurs enfants à un moment donné. Apprendre à dire des mensonges fait partie intégrante du développement social des enfants. »

    Elle ajoute : « On enseigne aux enfants que mentir est mal, mais ils développent la capacité de mentir dès leur plus jeune âge. À ce jour, nous en savons peu sur les mécanismes et les processus qui sous-tendent le développement et la formation de la compétence sociale critique du mensonge prosocial. , malgré les messages contradictoires des adultes sur l’acceptabilité du mensonge par opposition à la vérité.

    « Ce que nos résultats révèlent, c’est que les enfants apprennent l’honnêteté dans un environnement assez compliqué. Il semble être une compétence sociale importante de mentir pour s’adapter aux attentes des autres, mais c’est malgré les messages potentiellement contradictoires de leurs soignants adultes qu’il c’est mal de mentir… alors qu’en plus, c’est parfois perçu comme méchant pour être honnête. »

    Les résultats suivent 267 adultes, du nord-est des États-Unis, à qui on a montré des vidéos d’enfants, âgés de 6 à 15 ans, disant la vérité ou mentant dans diverses situations sociales.

    Dans certains scénarios, les 24 enfants différents ont menti pour protéger les autres. Par exemple, un enfant qui mentait là où se cachait sa sœur, qui avait des problèmes avec ses parents. Dans d’autres scénarios, les enfants ont menti par politesse, comme dire un « mensonge blanc » pour éviter de blesser les sentiments de quelqu’un.

    Les enfants ont mis en scène quatre variantes de mensonges ou de vérités « bruts » ou « subtils ». Par exemple, dans le scénario de la sœur cachée, le « mensonge grossier » était « elle est allée à la bibliothèque pour faire ses devoirs » ; la vérité subtile était « je pense qu’elle pourrait être dehors » ; le mensonge subtil était « Je pense qu’elle aurait pu aller se coucher ou quelque chose comme ça » ; et la vérité crue était « Elle est sous le porche. »

    Après avoir regardé chaque vidéo, les adultes ont évalué leur impression du caractère de l’enfant, y compris sa fiabilité, sa gentillesse, sa fiabilité, sa compétence, sa sympathie, son intelligence et son honnêteté. En imaginant qu’ils étaient le parent de l’enfant, les participants ont également évalué la probabilité qu’ils punissent ou récompensent l’enfant pour ses mensonges ou ses vérités.

    Les résultats ont montré que les adultes jugeaient les diseurs de vérité crus plus sévèrement que ceux qui mentaient ou disaient des vérités vagues, mais seulement lorsqu’ils mentaient par politesse. Lorsque les enfants mentaient pour protéger les autres, dire des vérités crues ou des mensonges avait moins d’influence sur la façon dont les adultes percevaient l’enfant.

    Dans l’ensemble, les participants à l’étude ont déclaré qu’ils récompenseraient le plus les enfants pour avoir dit des « vérités subtiles » – telles que « je pense qu’elle pourrait être dehors » dans l’exemple de la sœur cachée.

    Les résultats de l’étude brossent un tableau complexe de la façon dont nous, les adultes, percevons les mensonges que les enfants racontent dans le but de s’intégrer et d’être vus sous un jour positif. En examinant quels comportements les adultes récompenseraient ou puniraient chez les enfants, les résultats suggèrent également comment ces perceptions façonnent le processus d’apprentissage des enfants à se comporter d’une manière acceptable pour la société – ce que l’on appelle la « socialisation ».

    Le Dr Brimbal ajoute : « Compte tenu de l’impact généralisé des influences de la socialisation sur le comportement des enfants, ainsi que des messages mitigés que les enfants reçoivent à propos du mensonge, il n’est pas étonnant qu’ils se livrent à des mensonges nuancés dès leur plus jeune âge.

    « Notre étude illustre à quel point les adultes sont incohérents dans leurs évaluations et leurs réponses comportementales autodéclarées aux enfants d’âges différents qui mentent ou disent la vérité. Des questions subsistent quant à savoir si leur comportement en personne suivrait, mais il est probable que ces messages explicites et implicites contradictoires sur l’honnêteté et la malhonnêteté agissent comme des influences de socialisation et façonnent le comportement précoce des enfants. »

    Les limites de cette étude comprennent la taille de l’échantillon et l’emplacement étroit des participants, mais il y avait une répartition 50/50 femmes/hommes et une gamme mixte d’ethnies représentées. Les adultes ont également été invités à évaluer dans quelle mesure les enfants étaient crédibles pour déterminer si la qualité de leurs talents d’acteur pouvait fausser les résultats.

    Les prochaines étapes de la recherche consisteront à étudier comment ces processus de socialisation précoce affectent le développement de la vérité et du mensonge des enfants au fil du temps à mesure qu’ils deviennent adultes.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *