Les récompenses ne favorisent la coopération que si l’autre personne les apprend également


  • FrançaisFrançais



  • Des chercheurs de l’Institut Max Planck de Plön montrent que la réputation joue un rôle clé dans la détermination des politiques de récompense que les gens adoptent. En utilisant la théorie des jeux, ils expliquent pourquoi les individus apprennent à utiliser les récompenses pour promouvoir spécifiquement un bon comportement.

    Souvent, nous utilisons des incitations positives comme des récompenses pour promouvoir un comportement coopératif. Mais pourquoi récompensons-nous principalement la coopération ? Pourquoi la défection est-elle rarement récompensée ? Ou plus généralement, pourquoi prenons-nous la peine de nous engager dans une quelconque forme de récompense en premier lieu ? Les travaux théoriques réalisés par les chercheurs Saptarshi Pal et Christian Hilbe du groupe de recherche Max Planck « Dynamique du comportement social » suggèrent que les effets de réputation peuvent expliquer pourquoi les individus apprennent à récompenser socialement.

    Avec les outils de la théorie des jeux évolutifs, les chercheurs construisent un modèle où les individus d’une population (les joueurs) peut adopter différentes stratégies de coopération et de récompense dans le temps. Dans ce modèle, la réputation des joueurs est un élément clé. Les acteurs savent, avec une certaine certitude (caractérisée par la transmissibilité des informations de la population), comment leurs partenaires d’interaction vont réagir à leur comportement (c’est-à-dire quels comportements ils jugent dignes de récompenses). Si la transmissibilité de l’information est suffisamment élevée, les joueurs apprennent à récompenser la coopération. En revanche, sans informations suffisantes sur leurs pairs, les joueurs s’abstiennent d’utiliser des récompenses. Les chercheurs montrent que ces effets de réputation se jouent également de manière similaire lorsque des individus interagissent en groupes de plus de deux individus.

    Antisocial enrichissant

    En plus de mettre en évidence le rôle de la réputation dans la catalyse de la coopération et de la récompense sociale, les scientifiques identifient quelques scénarios où la récompense antisociale peut évoluer. La récompense antisociale nécessite soit que les populations soient assorties, soit que les récompenses soient mutuellement bénéfiques pour le destinataire et le fournisseur de la récompense. « Ces conditions dans lesquelles les gens peuvent apprendre à récompenser la défection sont cependant un peu contraignantes puisqu’elles nécessitent en plus que les informations soient rares » ajoute Saptarshi Pal.

    Les résultats de cette étude suggèrent que les récompenses ne sont efficaces pour promouvoir la coopération que lorsqu’elles peuvent inciter les individus à agir de manière opportuniste. Ces acteurs opportunistes ne coopèrent que lorsqu’ils anticipent une récompense pour leur coopération. Une plus grande transmissibilité de l’information augmente à la fois l’incitation à récompenser les autres pour leur coopération et l’incitation à coopérer en premier lieu. Dans l’ensemble, le modèle suggère que lorsque les gens récompensent la coopération dans un environnement où la transmissibilité de l’information est élevée, ils en profitent finalement eux-mêmes. Cette interprétation élimine l’altruisme de la récompense sociale – les gens peuvent ne pas utiliser les récompenses pour améliorer le bien-être des autres, mais pour s’aider eux-mêmes.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Max-Planck-Gesellschaft. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *