Découverte d’une capacité jusque-là inconnue du système nerveux autonome


  • FrançaisFrançais



  • Le système nerveux autonome est connu comme le centre de contrôle des processus corporels involontaires tels que les battements de notre cœur et notre respiration. Le fait que cette partie du système nerveux a également la capacité de restaurer spontanément la fonction musculaire suite à une lésion nerveuse a été découvert par un groupe de recherche du département de chirurgie plastique, reconstructive et esthétique de MedUni Vienne dans le cadre de leur étude récemment publiée dans le Journal des neurosciences. Leurs découvertes pourraient servir de base à l’amélioration et au développement d’interventions pour traiter les lésions nerveuses.

    L’équipe de recherche dirigée par Vlad Tereshenko et Oskar Aszmann du Laboratoire clinique de reconstruction bionique des membres du Département de chirurgie plastique, reconstructive et esthétique de MedUni Vienne a découvert cette facette de l’interaction entre les nerfs et les muscles – qui était auparavant inconnue de la science – dans au cours de ses recherches précliniques sur les nerfs et les muscles faciaux. Après qu’un nerf a été blessé ou sectionné, il n’est plus capable de contrôler la fonction motrice des muscles faciaux, ce qui entraîne une paralysie faciale chez le modèle animal.

    Dans certains cas, les scientifiques ont observé une récupération spontanée de la fonction musculaire des jours ou des semaines après la lésion nerveuse. En utilisant des techniques nouvelles et complexes, ils ont pu établir que le système nerveux autonome prend en charge la fonction du nerf blessé, pour ainsi dire. « Jusqu’à présent, nous ignorions que le système nerveux autonome peut contrôler la fonction motrice musculaire avec des impulsions nerveuses. Comme nous l’avons vu dans nos expériences, les fibres nerveuses parasympathiques forment de nouvelles synapses neuromusculaires fonctionnelles pour ce faire. En même temps, les modèles de les fibres musculaires sont modifiées et, par conséquent, les propriétés physiologiques des muscles réinnervés de manière autonome sont modifiées », explique le premier auteur Vlad Tereshenko, décrivant les principales conclusions de l’étude.

    Acteur potentiel de la reconstruction nerveuse

    À la suite de blessures ou de certaines maladies, les nerfs peuvent temporairement ou définitivement perdre leur capacité à assurer le contrôle moteur des muscles. Des concepts thérapeutiques bien établis tels que la relocalisation des nerfs ou les greffes nerveuses sont maintenant disponibles pour remédier aux déficits moteurs qui en résultent. Cependant, les résultats cliniques peuvent être affectés par plusieurs facteurs, tels que la lenteur de la régénération nerveuse ou le manque de nerfs donneurs. « En identifiant cette capacité jusque-là inconnue du système nerveux autonome, nous avons découvert un nouvel acteur potentiel dans la reconstruction nerveuse. Les résultats de notre étude peuvent donc contribuer à améliorer les mesures thérapeutiques existantes et à en développer de nouvelles », explique Vlad Terechenko, qui étudie l’avenir. Des études de suivi devraient approfondir nos connaissances sur cette nouvelle facette du système neuromusculaire. L’une des questions à aborder est de savoir si et comment les fibres nerveuses autonomes peuvent être relocalisées chirurgicalement afin de restaurer la fonction musculaire de manière temporaire ou permanente.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Université médicale de Vienne. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *