Des motifs contradictoires régissent le sens de l’équité, selon une étude


  • FrançaisFrançais



  • La perception que les ressources sont inéquitablement réparties est à l’origine de nombreux conflits sociaux. Des chercheurs de l’Université de Zurich ont étudié les motifs qui influencent notre perception de la justice dans la distribution des ressources. Ils ont constaté que bien que les gens ressentent une aversion pour l’inégalité, ils sont également réticents à nuire aux autres et à bouleverser les hiérarchies sociales existantes.

    Est-il juste de créer une égalité économique si cela signifie que certaines personnes subissent une baisse de statut social et sont nettement moins bien loties qu’avant ? La justice distributive fait l’objet de nombreux débats politiques et sociaux. La recherche montre que deux motifs contradictoires jouent un rôle particulièrement important dans l’évaluation de la justice distributive : l’aversion aux inégalités et la réticence à nuire aux autres.

    Activité cérébrale mesurée lors d’une expérience de redistribution

    Pour comprendre comment ces motifs interagissent les uns avec les autres, une équipe composée des neuroéconomistes Jie Hu et Christian Ruff de l’Université de Zurich a utilisé la tomographie par résonance magnétique fonctionnelle (fMRT) pour étudier l’activité cérébrale des participants au test lors d’une tâche de redistribution. Les participants ont été confrontés à un scénario dans lequel deux personnes avaient des sommes d’argent inégales, et ils pouvaient choisir diverses options pour réduire l’inégalité. Les chercheurs ont observé quelles options étaient choisies pour différentes distributions initiales et ont vérifié si les régions du cerveau montrant une activité correspondaient au motif qui, selon les modèles théoriques, devrait guider la sélection.

    Réduire les inégalités mais maintenir la hiérarchie

    Les participants étaient généralement plus disposés à aggraver financièrement la situation financière des autres si cela réduisait l’inégalité, en particulier si l’inégalité initiale était substantielle. Cependant, il semblait y avoir une limite : une redistribution qui rendait la personne initialement avantagée plus défavorable que l’autre n’était pas choisie, même si cela conduirait à plus d’égalité dans l’ensemble. « Apparemment, ce type d’inversion de statut est perçu comme un cas de préjudice particulièrement grave », déclare Jie Hu, auteur principal de l’étude.

    Les inégalités et les dommages activent différentes régions du cerveau

    Les mesures de l’activité cérébrale pendant les tâches de redistribution ont montré que les considérations d’inégalité étaient liées à l’activité dans la zone du striatum du cerveau. En revanche, les considérations sur le préjudice d’une distribution donnée étaient liées à l’activité dans le cortex préfrontal dorsomédian. Chez les participants qui étaient particulièrement réticents à nuire aux autres avec leurs décisions, les fluctuations d’activité dans les deux régions du cerveau étaient plus étroitement coordonnées. « Il se peut que les régions activées par des considérations de préjudice influencent ou affaiblissent l’activité liée aux inégalités dans le striatum », explique le co-auteur Christian Ruff, « mais cela doit être confirmé dans d’autres études ».

    Comprendre comment différents motifs influencent nos préférences et notre comportement est au cœur de la discussion sur la redistribution. Jie Hu donne un exemple de la pertinence de telles études : « Une implication pourrait être qu’une taxation plus élevée des super-riches peut être plus facilement acceptée dans une société très inégalitaire que dans une société égalitaire, parce que dans le premier cas cela ne suffit pas. affecter la hiérarchie des statuts. »

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Université de Zürich. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *