Lien supplémentaire identifié entre l’auto-immunité et la schizophrénie


  • FrançaisFrançais



  • Des liens ont été signalés entre la schizophrénie et les protéines produites par le système immunitaire qui peuvent agir contre son propre corps, appelées auto-anticorps. Dans une étude publiée le mois dernier dans Comportement cérébral et immunité, des chercheurs japonais ont identifié des auto-anticorps ciblant une “protéine d’adhésion synaptique”, la neurexine 1α, chez un sous-ensemble de patients atteints de schizophrénie. Injectés à des souris, les auto-anticorps ont provoqué de nombreux changements liés à la schizophrénie.

    Qu’est-ce qu’une protéine synaptique et pourquoi pourrait-elle être liée à la schizophrénie ? Les protéines d’adhésion synaptiques sont des protéines spécialisées qui se lient pour créer des connexions physiques entre les cellules du cerveau. Ces connexions, appelées synapses, permettent aux cellules de communiquer en faisant passer des molécules dans les deux sens. Les synapses et l’auto-immunité sont connues pour être associées à la schizophrénie, c’est pourquoi l’équipe de recherche de l’Université médicale et dentaire de Tokyo (TMDU) a décidé d’étudier les auto-anticorps qui ciblent les protéines synaptiques chez les patients atteints de schizophrénie.

    “Chez environ 2 % de notre population de patients, nous avons identifié des auto-anticorps dirigés contre la protéine synaptique neurexine 1α, qui est exprimée par une cellule de la synapse et se lie à des protéines appelées neuroligines sur l’autre cellule de la synapse”, explique l’auteur principal de l’étude. étudier Hiroki Shiwaku. “Une fois que nous avons identifié ces auto-anticorps, nous avons voulu voir s’ils étaient capables de provoquer des changements liés à la schizophrénie.”

    Pour ce faire, les chercheurs ont isolé des auto-anticorps de certains des patients atteints de schizophrénie et les ont injectés dans le liquide céphalo-rachidien de souris, afin que les auto-anticorps se déplacent dans le cerveau. Chez ces souris, les auto-anticorps ont bloqué la liaison de la neurexine 1α et de la neuroligine et ont modifié certaines propriétés synaptiques associées. L’administration de ces auto-anticorps a également entraîné une diminution du nombre de synapses dans le cerveau des souris et des comportements liés à la schizophrénie, tels qu’un comportement social réduit envers des souris inconnues et une fonction cognitive réduite.

    “Ensemble, nos résultats suggèrent fortement que les auto-anticorps dirigés contre la neurexine 1α peuvent provoquer des changements liés à la schizophrénie, du moins chez la souris”, explique Hiroki Shiwaku. “Ces auto-anticorps peuvent donc représenter une cible thérapeutique pour un sous-ensemble de patients atteints de schizophrénie.”

    La schizophrénie présente une grande variété de symptômes et de réponses au traitement, et de nombreux patients présentent des symptômes qui résistent aux options de traitement actuellement disponibles. Par conséquent, l’identification d’éventuels auto-anticorps pathogènes est importante pour améliorer le contrôle des symptômes chez les patients atteints de schizophrénie. On espère que les résultats de cette enquête permettront aux patients porteurs d’auto-anticorps ciblant la neurexine 1α – qui étaient tous résistants au traitement antipsychotique dans la présente étude – de mieux contrôler leurs symptômes à l’avenir.

    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *