Des lauréats du Nobel défendent la vivisection en Europe


  • FrançaisFrançais



  • vivisection-europe

    Des lauréats du Nobel estiment que la recherche sur les animaux en Europe doit se poursuivre sous peine d’un retour en arrière dans la recherche biomédicale.


     

    16 lauréats du Nobel ont rejoint plus de 149 organisations scientifiques pour défendre la recherche sur les animaux en Europe. Dans une lettre ouverte, ces groupes avertissent qu’un changement dans la réglementation actuelle sera néfaste à la recherche biomédicale en Europe.

    Près de 1 millions de citoyens dans 26 pays ont demandé à la Commission Européenne de supprimer une directive de 2010 qui autorise l’utilisation des animaux dans la recherche scientifique. Cette initiative de l’ECI appelée Stop Vivisection European Citizens a été soumise à la Commission européenne en mars dernier. Elle consiste à appeler à un changement drastique sur la manière dont on utilise les animaux dans la recherche biomédicale et toxicologique. Les citoyens veulent que les chercheurs utilisent des méthodes plus précises et plus humaines. La Commission va examiner cette demande et elle donnera sa réponse en juin prochain.

    Dans une lettre ouverte au Times et au Frankfurter Allgemeine Zeitung, les lauréats du Nobel demandent à la Commission d’ignorer cette initiative citoyenne. Ils estiment que cela pourrait provoquer un énorme retour en arrière pour le bien-être des animaux et la recherche européenne. Selon ces lauréats, on ne veut pas impliquer éternellement les animaux dans la recherche, mais pour le moment, on n’a aucune solution à notre portée.

    La directive Stop Vivisection est la troisième du genre à atteindre la Commission via l’ECI (European Citizen Initiative). Ce dernier est un outil de démocratie directe qui permet aux citoyens d’intervenir directement auprès de la Commission. La Commission a déjà rejeté les 2 précédentes directives incluant celle qui demandait à l’Europe d’arrêter le financement sur les cellules souches.

    Toutefois, les experts estiment que la Commission ne risque pas d’accepter ce changement demandé par les citoyens. La directive autorisant la vivisection a été obtenue au prix de longues négociations et un changement ramènera la recherche européenne dans les années 1980. De plus, l’Europe est pionnière dans les alternatives à la recherche sur les animaux. Cette directive a permis à l’Europe d’élever ses normes de recherche en utilisant des méthodes plus humaines dans ce domaine. Mais même si cette initiative pour stopper la vivisection n’a aucune chance d’aboutir, elle a le mérite d’avertir la Commission et les scientifiques que les citoyens sont capables de se mobiliser sur les sujets importants. Et que les scientifiques n’ont pas à prendre ce type de décision dans leur coin sans demander l’avis de personne.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

    Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.