La foi et la science peuvent trouver des terrains d'entente



Le Pape François tente de créer un pont entre 2 camps farouchement opposés. Les religieux extrémistes et les protecteurs de l’environnement.

Ces dernières semaines, nous avons appris que le Pape François a incité le président cubain Raoul Castro à envisager un retour au catholicisme. Le pape a également mis fin à une dispute impliquant des nonnes américaines qui leur permet d’aider les pauvres sans être suspectées d’hérésie. Mais le plus surprenant est que le Pape a suggéré que les humains ne devraient pas copuler comme des lapins en dépit du fait que son église continue d’interdire le contrôle des naissances. Le Pape François est clairement un homme qui veut faire bouger les choses. Et il est capable de créer un point entre la et le mouvement anti- de nombreuses religions.

Dans sa récente encyclique sur les humains et l’environnement, le pape François a décrit la dégradation environnementale avec une grande précision scientifique. Il a également lié cette dégradation à l’exploitation économique au détriment des plus pauvres. Et cette déclaration est un sacré défi pour les protestants conservateurs qui estiment que les humains, puisqu’ils sont créés à l’image de Dieu, possèdent le droit divin d’exploiter le monde. Mais l’argument du Pape est puissant et il peut faire plier les gens puissants, notamment aux États-Unis. On peut citer l’exemple du sénateur républicain James Inhofe de l’Oklamhoma. Ce sénateur est un climato-sceptique acharné sur le réchauffement climatique. Il a déclaré que Dieu a créé les ressources naturelles pour les humains et que les humains sont arrogants pour croire qu’ils peuvent perturber le plan divin. En revanche, les protecteurs de l’environnement estiment que l’humanité doit protéger la nature pour sa valeur intrinsèque et que cette valeur ne doit pas être perturbée par l’exploitation humaine.

En proposant des mesures pour protéger l’environnement tout en promouvant les valeurs spirituelles humaines, le Pape veut rassembler des intérêts qui sont extrêmes. Il prend le côté le plus modéré de chaque camp pour tenter de faire avancer les choses. Le Pape a commencé avec l’environnement, mais on voit clairement qu’il espère que cette conciliation permettra aussi de diluer les sources de tension entre la science et la . On dit souvent qu’un scientifique ne peut pas être un chrétien. Et c’est le même message qu’on entend dans les églises : Choisissez entre la science et la . Et on voit la même cristallisation parmi les fondamentalistes de la science et les nouveaux athées qui sont menés par Richard Dawkins. Cette cristallisation qui existe depuis des années a fait en sorte qu’aux États-Unis, la majorité des scientifiques sont athées et que le combat entre la science et la religion est souvent présent dans la politique et la culture. Mais peu de gens savent que le catholicisme officiel ne s’oppose pas à l’évolution. Le créationnisme est une invention très récente. Elle est le fruit d’une interprétation littérale des 3 premiers chapitres du livre de la Genèse. Le catholicisme se base plus sur une interprétation des écritures qui sont enracinées dans une tradition de raison pour informer sur la foi. Pourtant, la majorité des étudiants en biologie estiment qu’il y a un conflit entre la foi et l’évolution.

Ces étudiants estiment que l’évolution, mais également le changement climatique, les cellules souches, l’avortement et le mariage gay sont exploités pour la guerre entre les 2 parties. Et la science est le principal dommage collatéral de cette guerre. Cette guerre force les gens à choisir l’un des 1 camps et le respect de la science s’invite également dans la politique puisqu’il influence le vote de lois qui favorise tel ou tel camp selon l’influence dominante. Aux États-Unis, la protection de l’environnement est devenue extrêmement bipartisane. L’environnement est devenu le fer de lance chez les extrémistes que ce soit chez les religieux ou les écologistes.

En 1972, le président Richard Nixon a voté la Clean Water Act qui a permis de ressusciter le lac Érié. Cette loi a permis de restaurer l’une des plus grandes sources de poissons d’eau douce au monde. Mais les efforts des écologistes sont souvent supportés par les démocrates et détruits par les républicains. Certains adeptes, membres de l’extrémisme religieux, estiment que la protection de l’environnement nuit au bien-être de l’être humain. Et étant donné que le monde est temporaire, alors une protection sur le long terme n’est pas nécessaire. Et ce point de vue écarte les scientifiques qui ont prouvé que la protection de l’environnement peut bénéficier aux humains comme au reste de la nature.

Les extrémistes religieux doivent apprendre de grands hommes. Martin Luther, qui envisageait une réforme drastique du Protestantisme, avait déclaré : Même si le monde était détruit demain, je continuerais à planter mon pommier aujourd’hui. Et si le Pape François peut convaincre un communiste comme Raoul Castro à reconsidérer le catholicisme, alors on peut espérer que le dialogue constructif du Pape permettra de créer un pont durable entre la science, la foi et les législateurs. Sa reconnaissance que l’économie et l’environnement sont inextricablement connectés, notamment pour la survie des plus pauvres propose une base bien plus solide que la récente récente guerre des 2 camps aux États-Unis.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *