Un scientifique raciste interdit son logiciel aux pays qui accueillent les migrants


Le type d'information qu'on peut collecter avec Treefinder, un logiciel désormais interdit par son développeur aux pays qui accueillent les migrants.

Un scientifique allemand a décidé d’interdire son logiciel de bioinformatique aux pays qui sont favorables à l’accueil. Oui, c’est aussi abject que ça en a l’air.

Un scientifique allemand a révoqué la licence de son logiciel de bioinformatique aux chercheurs qui travaillent dans des pays qui permettent à trop de migrants de passer leurs frontières. À partir du 1er octobre 2015, les scientifiques en Allemagne, en Autriche, en France, aux Pays-Bas, en Belgique, au Royaume-Uni, en Suède et au Danemark ne pourront pas utiliser le logiciel TreeFinder qui a été développé par Gangolf Jobb, l’informaticien qui a développé ce logiciel.

Treefinder a été utilisé dans des centaines de papiers scientifiques pour créer des arbres phylogénétiques. Ce type d’arbre consiste en des diagrammes qui montrent la relation de l’évolution entre les différentes espèces. Même si l’interdiction de ce logiciel pourrait nuire à certains chercheurs, la communauté scientifique estime que c’est un inconvénient mineur et qu’il existe d’autres logiciels du même type. Treefinder n’a pas été mis à jour depuis des années et ces scientifiques donnent même une liste des logiciels alternatifs à Treefinder.

Gangolf Jobb

Gangolf Jobb

L’immigration me nuit et à mon pays, il nuit ma famille et mon peuple. Ceux qui invitent ou qui souhaitent la bienvenue aux migrants en Europe et en Allemagne sont mes ennemis selon la déclaration de Jobb sur son site. L’immigration reflète l’effondrement du capitalisme dans sa phase finale selon toujours cet informaticien.

En février 2015, Jobb a déjà interdit son logiciel à des chercheurs aux États-Unis. Ce n’est pas une attaque personnelle contre les chercheurs américains, mais contre les USA selon sa déclaration de l’époque. Mon interdiction est contre une petite élite qui utilise le pouvoir des États-Unis pour dominer le monde. Les États-Unis sont notre pire ennemi. Dans une autre partie de son site, Jobb écrit que le système scientifique est manipulé pour promouvoir les objectifs d’une petite élite et que des vieux maléfiques règnent sur le monde.

Le papier décrivant le logiciel Treefind a été écrit par Jobb et Korbinian Strimmer, un bioinformaticien à l’Imperial College London. Strimmer a déclaré qu’il n’a pas vu Jobb depuis 10 ans. Il a coupé le contact après que Jobb ait envoyé des mails grotesques d’un hallucinant à des professeurs en Allemagne. Sa nouvelle diatribe contre les migrants est incroyable selon Strimmer. Strimmer a déclaré que Jobb a commencé son doctorat au Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology à Leipzig en Allemagne sous la tutelle d’Arndt von Haeseler qui est désormais au Center for Integrative Bioinformatics à Vienne. Arndt est également l’un des co-auteurs du papier de 2004. Par la suite, Jobb a interrompu son doctorat et il a rejoint le groupe de Strimmer pendant 1 an. Selon Strimmer, pendant cette période, je l’ai persuadé d’écrire le papier sur Treefinder, mais il ignorait si Jobb avait un emploi à ce moment (Sur son site web, Jobb a déclaré que je ne peux pas travailler en tant que scientifique parce que mes opinions et valeurs traditionnelles sont en conflit avec la doctrine de l’élite).

L’interdiction de Treefinder ne sera pas une grande perte selon Sandra Baldauf, une biologiste de l’Uppsala University en Suède. Un papier, co-écrit par Baldauf l’année dernière dans la revue Current Biology [cite]10.1016/j.cub.2014.01.036[/cite], a utilisé le logiciel Treefinder parce qu’un collège était un habitué de ce programme. Mais étant donné que ce collègue est parti, Baldauf utilise le logiciel qui est à la base de Treefinder et qui s’appelle Consel. C’est Consel qui propose la vraie puissance statistique derrière Treefinder. Et elle ajoute qu’elle aurait arrêté d’utiliser Treefinder au vu des déclarations racistes de Jobb même si je dois écrire les statistiques avec un papier et un stylo.

Une autre chercheuse, la biologiste Maria Nilsson-Janke, du LOEWE Biodiversity and Climate Research Centre à Frankfurt en Allemagne, a déclaré que son équipe utilise ce logiciel et qu’elle a découvert l’interdiction après l’article publié dans Insider. Avec son équipe, elle cherche des alternatives et elle a déjà trouvé des programmes plus intéressants. De plus, elle va analyser de nouveau les anciennes données proposées par Treefinder pour voir s’il y a un problème. Cette affaire montre que le racisme infecte tous les secteurs incluant la science, mais elle soulève aussi l’importance de s’informer sur la licence des logiciels. Antoine Branca, un biologiste en évolution à l’université Paris-Sud en France, qui a co-écrit un papier pour Nature Communications [cite]doi:10.1038/ncomms3876[/cite] l’année dernière, a aussi utilisé Treefinder. Étant donné que Jobb possède la licence, il peut l’interdire à n’importe qui. C’est pourquoi il est important de promouvoir et d’utiliser des licences comme la GPL qui offrent une liberté absolue aux utilisateurs. Ce chercheur espère que cette affaire va inciter les scientifiques à regarder vers les licences libres.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Pas de réponses

  1. denis dit :

    Bonjour,
    l’article sur-estime l’importance de cet outil dans la communauté des phylogénéticiens et des biologistes de l’évolution. Il est très très peu utilisé, et pas adapté aux données modernes. Aucun chercheur sérieux de ferait de la phylogénie sous Windows avec des outils en fenêtre graphique …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *