Combien pour ce prix Nobel dans la vitrine ?



En apparence, les prix représentent le plus grand accomplissement dans des domaines qui ont aidé l’humanité à progresser. Mais les prix font également partie d’un business lucratif puisque de nombreux lauréats ont vendu leurs médailles au cours des dernières années.

Vous voulez un prix Nobel, mais vous n’avez pas la solution pour faire la paix au Moyen-Orient ou résoudre le problème de la gravitation dans la mécanique quantique ? Ce n’est pas grave, car vous pouvez acheter les prix Nobel qui sont vendus par leurs lauréats. En 114 ans, on a eu 889 prix Nobel pour récompenser des progrès dans la médecine, la paix, la physique, la littérature. Mais au fil des années, à cause des aléas de la vie, de nombreux médailles et diplômes du Nobel ont atterri dans une table de vente aux enchères.

Et c’est plus facile d’acheter un Nobel puisqu’on n’a pas besoin d’apporter le plus grand bienfait à l’humanité comme c’est stipulé par le testament d’Alfred Nobel quand il a créé les prix. Mais tous les médiateurs vous diront que la paix a toujours un prix et un Nobel n’est pas aussi exorbitant qu’on pourrait le penser. Le Nobel le moins cher est celui du français Aristide Briand, honoré en 1926 pour son rôle dans la courte réconciliation entre la France et l’Allemagne. Son prix Nobel s’est vendu pour 12 200 euros. C’est un peu moins que celui de l’anglais William Randal Cremer qui a gagné un Nobel en 1903 et qui l’a vendu pour 1 7000 dollars en 1985.

Mais désormais, les prix peuvent atteindre les sommets et cela incite surtout les familles des lauréats à vendre la médaille du plus grand bienfaiteur de l’humanité au plus offrant. Depuis 2014, on sait qu’il y a 8 médailles du Nobel qui ont été vendues. La maison Christie’s a déclaré que certains collectionneurs et nouveaux riches ne veulent plus acheter de manoirs, de voitures de luxe, mais plutôt des symboles des plus grands progrès dans l’humanité et donc oui, il y a un intérêt grandissant pour les Nobel depuis quelques années. Récemment, des prix Nobel en physique, en chimie et en économie se sont vendu de 300 000 à 400 000 dollars.

Mais les prix montent progressivement. Le Nobel de la paix du Belge Auguste Beernaert en 1909 s’est vendu pour 661 000 dollars tandis que celui de l’Argentin Carlos Saavedra Lamas de 1936 a atteint 1,16 million de dollars.

Le Donald Trump du monde scientifique

Mais c’est le Nobel de médecine qui atteint le record de prix. L’américain James Watson, qui a gagné le Nobel de médecine de 1962, pour sa co-découverte de la structure de l’ADN, est l’un des rares lauréats à l’avoir vendu alors qu’il est encore vivant. Il a atteint une somme de 4,76 millions de dollars en décembre 2014, soit le double du montant de celui de Francis Crick qui l’avait vendu 2 mois auparavant. Franck Rick avait partagé le prix avec Watson. Watson est très reconnu dans la communauté scientifique, surtout par ces déclarations souvent douteuses et on le considère comme le Donald Trump du monde scientifique. En 2007, il avait notamment déclaré que les Africains étaient d’une intelligence inférieure. Par la suite, l’acheteur de sa médaille, un milliardaire russe, lui a retourné le Nobel pour exprimer sa gratitude.

On a également Leon Lederman, âgé de 93 ans, qui a vendu son Nobel pour 765 000 dollars en mai 2015. Mais parfois, les vendeurs sont déçus. La famille de l’écrivain William Faulkner, qui a gagné le prix Nobel de Littérature en 1949, a retiré la médaille de la vente après qu’elle ait échoué à atteindre un prix de 500 000 dollars.

Les médailles du Nobel de la paix sont composées de 150 grammes d’or de 18 carats. Sur une face de la médaille, on a le profil d’Alfred Nobel et sur l’autre, on a trois hommes nus qui forment un cercle. L’or de la médaille vaut environ 5 500 dollars.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *