Découverte d'un Mega Tsunami de 170 mètres au Cap-Vert


Cette image satellite du volcan Fogo au Cap-Vert nous raconte son effondrement.

Il y a 73 000 ans, l’effondrement du volcan Fogo au Cap-Vert avait provoqué un Mega d’une dimension de 170 mètres selon la découverte des chercheurs.

Quand le flanc d’un volcan du Cap-Vert s’est effondré dans la mer il y 73 000 ans, il a généré des vagues gigantesques qui ont atteint une hauteur de 170 mètres avant d’aller s’écraser sur l’île voisine. C’est la découverte de géophysiciens qui est publiée dans la revue Advances (http://dx.doi.org/10.1126/sciadv.1500456) et ce Mega Tsunami est l’un des plus gros dans notre histoire.

Et ce type d’évènements apocalyptiques pourrait se reproduire même si c’est impossible de prédire quand et où selon Ricard Ramalho, un géophysicien de l’université de Briston et co-auteur de l’étude. La plupart des jeunes volcans océaniques tels que ceux des Açores ou des îles Canaries sont très hauts et escarpés. De ce fait, il y a une possibilité qu’on puisse voir ce type d’effondrement à l’avenir.

Les flancs de certains volcans océaniques s’effondrent régulièrement. De gigantesques roches glissent et tombent dans la mer en provoquant des Tsunamis. Par exemple, l’effondrement d’un volcan à Hawaï il y a 100 000 ans, a provoqué un Tsunami qui a inondé toute l’île jusqu’à des hauteurs de 300 mètres [cite]10.1126/science.226.4680.1312[/cite]. Et on ignore encore les mécanismes derrière ces glissements massifs.

Découverte de débris de roche

En 2011, une équipe de géologues européens a publié des preuves de tsunamis de taille modeste qui ont frappé l’île Santiago au Cap-Vert qui est un archipel sur la cote du Sénégal. Selon le papier [cite]10.1016/j.sedgeo.2011.06.006[/cite], les événements, qui se sont produits il y a 100 000 ans, ont provoqué l’effondrement du volcan Fogo qui se trouve à plus de 55 kilomètres de distance.

Comme il lisait le papier, Ramalho se souvient que lorsqu’il menait ses recherches sur l’île Santiago en 2007, il a remarqué des roches gigantesques sur un plateau à une hauteur de 200 mètres au dessus du niveau de la mer. Il a réalisé que pour déplacer ces roches, il fallait une vague beaucoup plus grande que celle qui a été suggérée dans le papier de 2011.

Ramalho et ses collègues sont retournés à Santiago et ils ont pris des échantillons des roches. Ils ont découvert que la roche était la même que celle qu’on trouvait sur bords du plateau. D’autres débris tels que des fossiles marins ont pointé vers un tsunami. Ils ont calculé que seule une vague de 170 mètres de hauteur était capable de déplacer ces roches sur la cote, mais que l’inondation a atteint une hauteur de 270 mètres dans l’île.

Le type de roche gigantesque qui a été amené par le mega Tsunami de Fogo.

Le type de roche gigantesque qui a été amené par le mega Tsunami de Fogo.

Pour dater précisément le tsunami, des collaborateurs, du Lamont’ Doherty Earth Observatory à l’université de Columbia, ont mesuré les concentrations d’isotopes d’hélium dans les débris des roches. On a une production d’helium-3 quand les rayons cosmiques du soleil frappent des minerais tels que l’olivine dans ce type de roche. En mesurant la quantité d’hélium-3 sur la surface des roches qui ont été exposées depuis l’impact du Tsunami, les chercheurs ont pu dater l’événement. L’analyse montre que le tsunami s’est produit il y a 70 000 ans. D’autres estimations pointent que le volcan Fogo s’est effondré il y a 65 000 à 124 000 ans [cite]10.1016/j.quageo.2008.07.002[/cite].

Des risques inconnus

Ces découvertes permettront aux chercheurs de créer de meilleurs modèles sur les effondrements des volcans selon Raphael Paris, un volcanologue de l’université Blaise Pascal à Clermont-Ferrand et qui est co-auteur du papier de 2011. Ramalho a déclaré que les chercheurs doivent se concentrer sur le comportement des vagues qui sont générés par le glissement des roches. Ce type de mega tsunamis ne s’étendent pas sur de longues distances comme ceux qui sont provoqués par les tremblements de terre sous-marins comme celui de 2004 qui s’est propagé sur des centaines de kilomètres.

Plusieurs chercheurs ont aussi déclaré qu’il faut d’autres analyses pour mesurer l’effondrement du flanc d’un volcan. Puisque nous n’avons jamais vu ce type d’événement sur une île océanique, on n’a aucune expérience sur l’effondrement selon Michael Polan, un géophysicien de l’US Geological Survey à Washington.

Fogo est un volcan qui montre régulièrement des signes d’activités et il a déjà fait une éruption au début de 2015. Les déformations sont le signe d’un effondrement imminent. Mais on peut aussi utiliser des éléments géochimiques tels que l’hélium ou le radon dans le gaz et l’eau souterraine pour mesurer et prédire ce type d’effondrement selon Gary McMurtry, un géophysicien de l’université de Hawaii à Honolulu.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 3,00 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *