Le prix Nobel de médecine 2015 honore les pionniers des traitements antiparasitaires



3 scientifiques, qui ont développé des traitements contre les infections parasitaires, ont obtenu le prix de 2015. La Chinoise Youyou a créé le médicament Artémisinine et elle est également l’une des lauréates. Ce prix est un hommage à ces 3 chercheurs qui ont permis de faire des progrès spectaculaires sur la Sante.

Les vainqueurs du prix Nobel 2015 de médecine sont : William C. Campbell, un microbiologiste à la Drew University de Madison, Satoshi Omura de la Kitasato University au Japon et Youyou Tu, une pharmacologue à la China Academy of Chinese Medical Sciences à Pékin. Omura a permis d’identifier des bactéries dans le sol qui étaient de bonnes candidates pour des médicaments anti-microbiales. Campbell a étudié ces souches d’Omura et il a trouvé que l’une d’elles était efficace contre les vers ronds chez les animaux. Les découvertes d’Omura et de Campbell ont été publiées dans la revue Antimicrobial Agents and Chemotherapy. L’article d’Omura [cite]10.1128/AAC.15.3.361[/cite], l’article de Campbell [cite]10.1128/AAC.15.3.372[/cite]

Campbell et Omura ont découvert une classe de composants, appelés Avermectines, qui tue les vers ronds responsables des infections telles que la cécité des rivières ou l’Éléphantiasis. Le plus puissant de ces composants a été proposé sur le marché sous la forme d’un médicament appelé Ivermectine. Tu, qui avait gagné le prix Lasker en 2011, a développé la drogue antipaludique appelée Artémisinine en 1970. Elle est la première scientifique, basée en Chine, à gagner un prix Nobel de médecine. Notons que Youyou a trouvé l’idée de ce médicament à partir de la médecine traditionnelle chinoise. Une recette dans un livre de médecine chinoise de 1700 ans lui a permis de développer une nouvelle méthode pour extraire le composant actif.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *