Un chiffrement basé sur le fond diffus cosmologique

Si vous avez un secret à cacher, alors pourquoi ne pas le garder dans le ciel ? Des physiciens proposent d’utiliser le fond diffus cosmologique pour créer les clés de chiffrement.


Un chjiffrement qui utilise le fond diffus cosmologique

La sécurité de nombreuses méthodes de se base sur la génération de grands nombres aléatoires qui vont fonctionner comme des clés pour chiffrer ou déchiffrer l’information. Les ordinateurs peuvent créer ces clés avec différents algorithmes, mais ils ne sont jamais réellement aléatoires. Le risque est qu’un ordinateur avec le même algorithme peut potentiellement dupliquer les clés. Une alternative est d’utiliser l’aléatoire de la physique telle que le bruit thermique sur une puce ou le délai des frappes de clavier d’un utilisateur. Mais Jeffrey Lee et Gerald Cleaver de l’université Baylor à Waco au Texas nous proposent une méthode extrême avec le fond diffus cosmologique ou Cosmic Microwave Background () qui est la radiation thermique du Big Bang.

Des chaines totalement aléatoires

Il existe plusieurs manières d’extraire des chiffres à partir du . Par exemple, vous pouvez diviser un morceau du ciel en pixels et mesurer la force du signal radio CMB qu’on ne peut jamais dupliquer. Au fil du temps, chaque pixel va générer une chaine de différentes forces. Ces dernières étant juste des nombres et le fait d’utiliser les chaines de chaque pixel vont vous donner un très grand nombre aléatoire.

Un adversaire mesurant le même morceau du ciel exactement de la même manière au même moment ne pourra pas avoir les mêmes valeurs selon Lee. Le pattern correspondant de chiffres dans une mesure CMB ne peut pas être obtenu par un autre observateur et cela augmente la difficulté pour casser le chiffrement. Mads Haahr du Trinity College Dublin en Irlande gère un site qui s’appelle random.org qui utilise le bruit du climat pour générer des nombres aléatoires. Il a déclaré que le Hardware serait le principal problème avec le chiffrement CMB. Il serait intéressant de connaitre les couts d’un bon radiotélescope, la quantité d’espace nécessaire et une vision claire vers le ciel.

Lee admet que tout le monde ne peut pas s’offrir un radiotélescope et que le CMB n’offre pas un meilleur chiffrement que celui basé sur le climat, mais le concept d’utiliser le Big Bang comme un générateur de nombre aléatoire est alléchant. Il permet de réunir 2 disciplines qui se rencontrent rarement, à savoir, la cosmologie du début de l’univers et le chiffrement.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *