Cérès : les mystérieux points lumineux sont probablement du sel


  • FrançaisFrançais

  • Le vaisseau Dawn de la NASA a exploré la planète naine Cérès. Les mystérieux points lumineux sont probablement du sel. Le terme à retenir est probablement.


    Les points lumineux sur Cérès sont probablement du seil

    Des roches mélangées avec du sel et de la glace. Quand la lumière du soleil frappe ce mélange, alors la glace se sublime dans une brume mystérieuse autour des 2 cratères de Cérès. Ces observations ont été publiées dans la revue Nature. Mais les scientifiques ignorent comment la glace, le sel et la brume sont liés. On n’a pas une vue d’ensemble de ce qui se passe selon Andreas Nathues, un planétologue du Max Planck Institute en Allemagne. Il est le principal auteur de l’étude.

    Le vaisseau Dawn a également trouvé de l’argile riche en ammoniaque sur Ceres. L’ammoniaque est plus fréquente dans les parties les plus froides du système solaire plutôt que dans la ceinture d’astéroïde où se trouve Cérès. La découverte suggère que Ceres a pu collecter certains matériaux provenant des confins du système solaire. On pourrait même suggérer que Cérès s’est formé à côté de Neptune avant de migrer vers la partie interne du système solaire.

    Tous ces travaux proviennent des observations du vaisseau Dawn. Le vaisseau a été lancé en 2007. Il a visité l’astéroïde Vesta en 2011/2013 et il est arrivé sur Cérès en mars 2015.

    Une vision brumeuse de Ceres

    Avec un diamètre de 950 kilomètres, Cérès n’est pas seulement le plus grand astéroïde du système solaire, mais également une protoplanète. L’origine et l’évolution de Cérès permettront aux chercheurs de mieux comprendre la formation des autres planètes. Dans le passé, les scientifiques ont calculé qu’un quart de Cérès est composé d’eau. Et cela suggère qu’il y a une couche de glace sous la surface de Cérès.

    La brume sur Cérès

    La brume sur Cérès

    Les points lumineux de Cérès sont un premier aperçu de cette glace souterraine. Dawn a identifié près de 130 points lumineux et la plupart se trouvent dans des impacts de cratères. Le point le plus lumineux de Cérès se trouve dans le cratère Occator qui fait plus de 90,5 kilomètres. Le second point lumineux est situé dans le cratère Oxo qui fait 10 kilomètres (Les noms des zones de Cérès proviennent de divinités agricoles).

    Le vaisseau Dawn a détecté la brume sur Occator et Oxo selon Nathues. La caméra du vaisseau l’a capturé dans les bords du cratère aux premières heures du matin, mais la brume disparaît l’après-midi. La brume se forme probablement lorsque le soleil réchauffe la surface. Cela provoque une sublimation et élève la poussière et les particules de glace. Quand la surface se refroidit, la sublimation s’arrête et la brume disparait. En 2014, des chercheurs ont analysé les mesures par le Herschel Space Observatory et ils ont découvert de la vapeur d’eau dans l’atmosphère de Cérès à côté d’Occator.

    Des processus géologiques continuent d’alimenter la glace sur la surface de Cérès et cela renouvelle la glace qui est perdue selon Nathues. Occator et Oxo sont des cratères relativement jeunes. Les autres points lumineux sur Cérès peuvent représenter d’anciens impacts où il n’y a plus de brume. Dawn ne sera plus capable de détecter ces brumes. Le vaisseau a pu les photographier d’un angle oblique lorsqu’il s’est approché de Cérès. L’équipe de Nathues a également analysé le spectre de lumière sur les points lumineux. Ces mesures suggèrent que les points de Cérès contiennent du sel. Ce sel est sans doute du sulfate de magnésium.

    Des questions basiques persistent sur Cérès

    Dans la seconde étude, les autres scientifiques de Dawn rapportent la découverte d’ammoniaque dans du minerai d’argile sur la surface sombre de Cérès. On avait déjà détecté de l’ammoniaque auparavant, mais les données précédentes pouvaient suggérer que ce sel provenait d’autres minerais selon Andrew Rivkin, un planétologue de la Johns Hopkins University au Maryland. Mais le nouveau spectre confirme bien l’ammoniaque. Normalement, on trouve de l’ammoniaque dans les confins du système solaire derrière Netpune selon Maria Christina De Sanctis, chef d’équipe des données de Dawn et astronome à l’Istituto di Astrofisica e Planetologia Spaziali situé à Rome.

    Une possibilité est que des roches, riches en ammoniaque, se sont abattues sur Cérès. Cérès est assez large pour avoir une chaleur suffisante provenant de sa partie interne radioactive. Cette chaleur a pu fondre et traiter les débris de ces roches pour qu’elles deviennent de l’argile d’ammoniaque selon Carol Raymond, une planétologue du Jet Propulsion Laboratory de la NASA. Et elle ajoute que ces découvertes sur Cérès sont fascinantes.

    Mais il y a encore beaucoup de questions sans réponses. De Sanctis et ses collègues analysent désormais les données d’un nouveau spectre sur les points lumineux de Cérès. Cela permettra de confirmer la présence du sel une bonne fois pour toutes. Le vaisseau Dawn est en train d’amorcer une descente en spirale pour atteindre son orbite finale. Il va l’atteindre aux environs du 18 décembre 2015. Ensuite, Dawn va étudier Cérès d’une distance de 385 kilomètres jusqu’à la fin de sa mission à cause de l’absence de financement ou si on ne peut plus le contrôler pour pointer vers la bonne direction.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *