Est-ce que nous vivons dans une nouvelle Renaissance ?


  • FrançaisFrançais

  • Si Michel-Ange naissait aujourd’hui dans cette époque troublée et violente, est-ce qu’il deviendrait l’un plus grands génies de tous les temps ? Oui, car les époques troublées sont le terreau idéal des génies.


    Notre époque est tellement historique qu'on peut la considérer comme une nouvelle Renaissance.

    Chaque année, des millions de personnes vont visiter la chapelle Sixtine pour admirer la Création d’Adam par Michel-Ange Buonarroti. Des millions d’autres personnes rendent hommage à la Mona Lisa de Leonard de Vinci. Depuis plus de 5 siècles, nous préservons et nous chérissons ces chefs d’oeuvre de la Renaissance comme des objets de beauté et d’inspiration. Mais ces oeuvres nous lancent aussi un défi.

    Les artistes, qui ont créé ces oeuvres, ne vivaient pas dans un monde merveilleux de paix et de douceur, mais une époque tumultueuse par des découvertes et des étapes historiques, mais également par des soulèvements populaires sans précédent. Le monde basculait dans une autre époque grâce à un certain Gutenberg qui avait inventé l’imprimerie (en 1450), la découverte de Colomb du Nouveau Monde (en 1492) et la découverte de Vasco de Gama de la route vers l’Asie (1497). Mais certains changements étaient plus radicaux. La Peste noire disparaissait progressivement et la population européenne se remettait doucement, mais surement. La santé, l’éducation et la richesse augmentaient dans la population.

    Les génies fleurissent dans ces conditions et la preuve est les accomplissements artistiques, notamment de 1450 à 1520. Copernic a révolutionné la manière dont on voyait le cosmos (en 1510) et on avait des avancées similaires en biologie, en ingénierie, en navigation sans oublier la médecine. Des vérités d’un prétendu bon sens, figées pendant des siècles, ont été pulvérisées. La terre n’était pas le centre de l’univers et le soleil ne tournait pas autour d’elle. Le monde connu était une fraction de toute la planète. Le coeur n’était pas l’âme humaine, mais une simple pompe. En quelques décennies, l’imprimerie a permis la production de millions de livres, et ces nouvelles vérités étranges se sont mises à traverser les frontières à une vitesse de plus en plus rapide pour bouleverser le coeur des hommes et leur monde.

    Mais la partie lumineuse s’accompagne toujours des ténèbres. De nouvelles maladies se sont propagés comme des feux de forêt des 2 cotés de l’Atlantique. L’Empire ottoman, avec la découverte de la poudre à canon, menaçait toute l’Europe. Martin Luther a utilisé la puissance de la nouvelle imprimerie pour menacer l’Église catholique en déclenchant les plus grandes guerres religieuses à travers le continent. L’église, qui était une autorité absolue depuis des millénaires, était menacée et la fracture a laissé des traces jusqu’à aujourd’hui.

    Imaginez une telle époque avec son lot de sang, de larmes et de cadavres. Mais dans cette époque, le 8 septembre 1504 à Florence en Italie, Michel-Ange a dévoilé sa statue de David dans la principale place publique de la ville. Culminant à 5 mètres de hauteur et pesant plus de 6 tonnes de marbre de Carrara, David était un instantané de la richesse de Florence et du talent exceptionnel de son sculpteur. David et Goliath est une histoire de l’Ancien Testament. Et tout d’un coup, ce sculpteur a marqué cette histoire dans la pierre alors qu’elle était considérée comme une simple relique. La statue a dû jeter une confusion parmi l’assistance. Le visage et le cou de David étaient tendus par l’effort, ses sourcils étaient froncés, ses yeux étaient concentrés sur un point distant. David se tenait debout, triomphant, sur le corps du géant avec une résolution implacable. La statue de David n’est pas un monument biblique pour Michel-Ange. Cette statue montre un moment très subtil entre l’action et la décision. La statue disait à cette petite foule de Florence qu’elle vivait dans une époque similaire au combat biblique. Et nous, mortels de 2016, nous sommes exactement cette foule de Florence.

    David de Michel-Ange

    Notre époque actuelle est marquée par le conflit. Les bonnes et mauvaises conséquences de la mondialisation et du développement humain entre des forces d’inclusion et d’exclusion. Nous avons des génies et des risques qui fleurissent. Les risques ont le potentiel de provoquer l’effondrement de notre civilisation, mais les génies nous promettent des lendemains flamboyants. La population actuelle ne s’en rend peut-être pas compte, mais elle a la chance inouïe d’être née dans un moment historique. Des événements tragiques et exceptionnels vont survenir, c’est une certitude. Et les choix que nous allons faire ne détermineront pas seulement nos vies, mais de nombreuses vies des générations futures.

    Certes, chaque génération pense qu’elle est l’élue, mais cette fois, les signes ne trompent pas. Les faits parlent plus que notre propre égo. Les humains s’entassent dans de grandes cités. Et ce sont nos ancêtres néolithiques qui ont commencé cette migration il y a 10 000 ans. Nous sommes les premières générations de l’épopée urbaine. La pollution de carbone a propulsé les gaz à effet de serre dans l’atmosphère avec des concentrations qu’on n’a jamais vues auparavant. Nous avons eu 14 des 15 années les plus chaudes dans l’histoire du climat qui se sont produites au 21e siècle. Pour la première fois, le nombre de personnes pauvres a chuté (un milliard de personnes sont sorties de la pauvreté depuis les années 1990). Les scientifiques vivant aujourd’hui surpassent en nombre tous les scientifiques qui vivaient dans les années 1980 grâce à l’espérance de vie qui est beaucoup plus longue.

    L’histoire s’écrit en très peu de temps. Il y a 20 ans, internet n’existait pas encore. 1 milliard de personnes était connecté en 2005, 2 milliards en 2010 et 3 milliards en 2015, soit la moitié de la planète. La Chine s’est réveillée de sa léthargie pour devenir le plus grand exportateur du monde et la plus grande économie par la même occasion. L’Inde est seconde sur le podium. Le Mur de Berlin est détruit en emportant la bataille des idéologies économiques avec lui. Mais ce sont des nouvelles de la préhistoire pour les gens qui vivent en 2016. On a eu le 11 septembre, des tsunamis et des cyclones dévastateurs. Nous avons vu un pays riche comme les USA qui tombaient dans les affres du Tiers Monde après l’ouragan Katrina. Nous avons eu une crise financière qui a ébranlé le monde. Nous avons eu un accident nucléaire dans l’un des pays les plus sûrs de la planète. Nous avons des bombes qui explosent en plein coeur de Paris. Nous avons l’explosion du mobile et des réseaux sociaux. Nous avons décodé le génome humain, inventé l’impression en 3D et nous avons découvert les ondes gravitationnelles. De vieux tabous sont tombés avec l’acceptation du mariage gay. Nous découvrons des planètes similaires à la Terre à l’extérieur du système solaire.

    Chaque jour, un nouveau choc malveillant ou bienveillant semble nous frapper de plein fouet. Et ce choc est une preuve irréfutable que notre époque est différente. Le choc n’est pas positif ou négatif, car c’est notre preuve personnelle d’un changement historique, une collision psychique entre la réalité et nos espérances. Ces chocs vont survenir les uns après les autres et nous allons écarquiller les yeux avec chaque découverte ou malheur. La question est de savoir si vous êtes la foule qui admire la statue à Florence ou le jeune sculpteur avec son marteau et son burin.

    Extrait du livre Age of Discovery: Navigating the Risks and Rewards of Our New Renaissance par Ian Goldin et Chris Kutarna.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *