lundi , 24 juillet 2017

La régénération des salamandres suggère des pistes contre l’infertilité humaine

La régénération des ovaires chez les salamandres suggère des pistes pour des traitements contre l’infertilité chez les humains.


La régénération des salamandres suggère des pistes contre l’infertilité humaine
Les salamandres Axolotl sont très résistantes, mais il y a peu de recherches sur leurs incroyables capacités à régénérer les organes internes et les ovules. Dans une étude publiée dans la revue Stem Cells, Jame Monaghan et son équipe de l’université de Northeastern ont découvert que les salamandres ne peuvent pas seulement régénérer leurs membres, mais également leurs ovaires et ils produisent des ovules pendant leur durée de vie.1 Quand nous supprimons une grande partie de l’ovaire, alors cela active de nombreuses cellules souches endogènes pour réparer cet ovaire selon Monaghan. Ces salamandres peuvent se réparer après une blessure et ils peuvent produire de grandes quantités d’ovules en ayant un système de reproduction femelle très prolifique.

Et cette capacité de l’Axolotl à régénérer ses ovaires après une blessure traumatique pourrait donner des pistes dans la médecine régénérative pour traiter l’infertilité chez les humains. Nous avons trouvé que la plupart des gènes qui sont impliqués dans le développement humain et dans les cellules souches du système d’ovaires chez les humains sont également présents dans les cellules souches ovariennes de ces salamandres.

Le laboratoire va désormais cibler les signaux qui stimulent la régénération dans la salamandre pour les traduire dans d’autres modèles tels que la souris et ensuite, on pourra envisager une application humaine. Si nous comprenons les signaux qui déclenchent la régénération, alors on peut les reproduire. La salamandre Axolotl est unique parce qu’elle peut régénérer de nouveaux follicules et des cellules de support. Dans une précédente étude, le laboratoire de Monaghan avait identifié un facteur sécrété par les nerfs de la salamandre qui est essentiel pour la régénération des membres.2 Cette découverte avait infirmé une hypothèse datant d’un siècle qui postulait que les nerfs ne jouaient aucun rôle dans la régénération. Même si les scientifiques s’intéressent à cette capacité unique de l’axolotl, il n’y a pas beaucoup de recherches qui sont dédiées à cette salamandre.

Le laboratoire de Monaghan a commencé à comparer la capacité de régénération de chaque organe en commençant par l’ovaire et en passant ensuite aux poumons et au coeur. Chacun de ces organes montre une réaction de régénération considérable. Si nous pouvons identifier l’empreinte de régénération qui est partagée par ces différents organes et même chez les tous les animaux capables de se régénérer, alors on pourra utiliser ces découvertes pour la biologie régénérative. Mais il ne faut pas trop s’exciter, car il faudra des années pour qu’on puisse comprendre le mécanisme de régénération et encore plus pour une application possible chez les humains.

Sources

1.
Erler P, Sweeney A, Monaghan JR. Regulation of Injury-Induced Ovarian Regeneration by Activation of Oogonial Stem Cells. STEM CELLS. novembre 2016. doi: 10.1002/stem.2504
2.
Farkas JE, Freitas PD, Bryant DM, Whited JL, Monaghan JR. Neuregulin-1 signaling is essential for nerve-dependent axolotl limb regeneration. Development. 2016;143(15):2724-2731. doi: 10.1242/dev.133363
N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?


A propos de Jacqueline Charpentier

mm
Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Un commentaire

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG