Découverte des plus anciennes traces de la variole dans une momie enfant

Une momie enfant, enterrée dans une crypte en Lituanie, possède la preuve génétique la plus ancienne de la variole.


Une momie enfant, enterrée dans une crypte en Lituanie, possède la preuve génétique la plus ancienne de la variole.
Crédit : KIRIL CACHOVSKIJ/LITHUANIAN MUMMY PROJECT, 2015

 Les traces de la ont été découvertes dans une datant de 1654 selon Anna Duggan, généticienne et ses collègues dans la revue Current Biology.1 Auparavant, une équipe de chercheurs avaient rapporté la découverte de variole dans une momie sibérienne datant de 300 ans.2

Certaines momies égyptiennes, datant de 3 000 ans, présentent des traces que les scientifiques ont interprétées comme des signes de la variole indiquant que cette maladie touche les humains depuis des millénaires. L’une des caractéristiques de la variole est une éruption cutanée de type pustuleuse. Mais il est difficile de déterminer si cette éruption provient de la variole, de la varicelle ou la rougeole.

L’équipe de Duggan a analysé la peau provenant de la momie, qui semble être un garçon qui est mort à l’âge de 2 ou 4 ans. Ils ont trouvé de l’ADN provenant d’une ancienne souche de la variole et ils l’ont comparé avec des dizaines de souches du 20e siècle. Les souches anciennes et modernes n’étaient pas si différentes et ils partagent un ancêtre commun qui date du 16e siècle et c’est à la même période que la mort du garçon.

Et cette similarité est étrange, car si on considère que la variole existe depuis l’Égypte Antique, alors on doit trouver des variations beaucoup plus importantes. Cela suggère que la chronologie de la variole chez les humains n’est pas si profonde que ça. Et les archives historiques sur la mortalité suggèrent qu’aux environs du 16e siècle, la variole est passée d’une infection occasionnelle à une maladie épidémique. Mais on ne peut pas encore déterminer l’époque où la variole a touché les humains sur de grandes échelles et la présence de variole chez les momies égyptiennes reste une question ouverte.

Sources

1.
Duggan AT, Perdomo MF, Piombino-Mascali D, et al. 17th Century Variola Virus Reveals the Recent History of Smallpox. Current Biology. décembre 2016. doi: 10.1016/j.cub.2016.10.061
2.
Biagini P, Thèves C, Balaresque P, et al. Variola Virus in a 300-Year-Old Siberian Mummy. N Engl J Med. 2012;367(21):2057-2059. doi: 10.1056/nejmc1208124

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *