Actualités scientifiques de la semaine #31

Toutes les actualités scientifiques du 27 mars au 1er avril 2017. Toutes les sources sont en anglais.


Toutes les actualités scientifiques du 27 mars au 1er avril 2017. Toutes les sources sont en anglais.

Les études scientifiques sont de plus en plus difficiles à lire

Une recherche suggère que les papiers scientifiques sont de plus en plus imbuvables à cause du peu de temps consacré à leur écriture. En général, ces papiers sont écrits par de jeunes chercheurs sans aucune expérience dans l’écriture et cela donne des phrases remplies de jargon qui ne font aucun sens dans certains cas. Il faut que les scientifiques arrêtent de copier Scientific American et se mettent à Alexandre Dumas.

Première utilisation des cellules souches pluripotentes induites d’un autre donneur

Un japonais de 60 ans a bénéficié d’une implantation de cellules souches pluripotentes induites provenant d’une autre personne pour traiter sa dégénérescence maculaire. Les cellules souches pluripotentes induites sont plus « éthiques » que les cellules souches normales. On prélève des cellules souches normales d’une autre personne, par exemple, sur sa peau et on les ramène à leur état embryonnaire. Le risque d’une telle implantation est que la correspondance génétique ne sera pas parfaite et donc, on peut avoir un rejet immunitaire, mais d’autres interventions similaires n’ont pas montré des effets secondaires notables.

La police allemande envisage une utilisation étendue de l’analyse par l’ADN

Après le viol et le meurtre d’une étudiante médicale, l’Allemagne envisage une utilisation plus élargie de l’analyse par ADN. C’est déjà le cas aujourd’hui, mais cette extension permettra d’utiliser ce qu’on appelle la région codante de l’ADN. En général, les autorités utilisent l’ADN pour comparer l’échantillon avec celui dans leur base de données. C’est uniquement pour la correspondance, mais on ne peut pas déterminer des caractéristiques de l’agresseur s’il n’est pas dans la base. L’utilisation des échantillons des régions codantes permet de déterminer le sexe de l’individu, mais également sa couleur de cheveux et d’autres patterns d’identification. Étant donné que cette étudiante a été agressée par un réfugié afghan, il est triste que cette législation soit votée avec précipitation sans prendre les précautions. L’Allemagne a toujours refusé ce type de mesure à cause de son héritage du Troisième Reich et de l’eugénisme proposé par les nazis, mais il semble que la pression des politiciens et du public fasse oublier les abus que cela peut provoquer.

La peau sensible du Tyrannosaure

Une recherche suggère que la peau du visage du tyrannosaure était beaucoup plus sensible, notamment sur le crâne. Dans ce dernier, il avait une série de trous qui permettent la circulation de nerfs et de vaisseaux sanguins. Cela suggère que cette peau sensible du T-Rex lui donnait un avantage pour détecter des proies. Mais ce n’est qu’un seul fossile provenant d’une espèce de T-Rex appelée Daspletosaurus horneri et on ignore si tous les T-Rex ont le même visage « sensible ».

La Commission européenne devient sérieuse sur la publication scientifique en Open Access

On en parlait la semaine dernière avec la fondation Gates qui lance sa propre venture en Open Access. Il semble que la veut aussi se lancer en proposant sa plateforme. On pensait que c’était uniquement en discussion, mais la décision est déjà prise selon des fuites qui ont émané d’une réunion interne. La dépense environ 10 milliards d’euros dans la recherche et cela pourrait être un sacré boost pour l’Open Access. Évidemment, les éditeurs européens privés ne sont pas contents puisqu’ils estiment que c’est un « gaspillage de l’argent public ». Ironique quand on sait que les abonnements aux revues sont le meilleur exemple du gaspillage de l’argent public puisqu’une partie non négligeable des budgets universitaires passe dans les abonnements.

L’EPA envisage des tests de pollution sur les humains

L’EPA, l’agence de protection de l’environnement aux États-Unis envisagent des tests très controversés sur la pollution de l’air. Elle veut exposer des volontaires contre rémunération à des substances qui pourraient être nocives dans l’air. La justification est que cela permet de collecter des données qui sont impossibles par des moyens conventionnels. Toutefois, la décision est très critiquée et il faudra que les volontaires connaissent exactement les risques qu’ils courent via des contrats de consentement dans un langage le plus clair possible.

Les utilisateurs du Dark Web ne sont pas si anonymes

On parle souvent du Dark Web comme le lieu privilégié pour bénéficier d’un anonymat optimal. Le Dark Web est caractérisé par des sites qui sont hébergés sur le réseau TOR, mais une recherche révèle que l’anonymat est relatif. Sur les 1,5 millions de pages testées par les chercheurs, près de 20 % avaient des éléments qui provenaient du web « normal » tel que des éléments javascript, du CSS et même des métadonnées.

Charles Darwin était un fainéant et vous devriez l’être aussi

Quand on pense à , Henri Poincaré ou Charles Dickens, vous pensez tout de suite à des personnages illustres qui étaient des bourreaux du travail. Et bien, c’est tout le contraire. Les personnes les plus créatives consacraient très peu de temps à leur travail, mais cela ne signifiait pas qu’elles étaient flemmardes. Elles faisaient d’autres activités en parallèle tels que les balades, le sport ou discuter avec des amis. Par exemple, Darwin se consacrait à son travail de 8 heures à midi et il avait l’habitude de dire qu’il avait passé une bonne journée. Ces 4 heures de travail incluaient la réponse aux lettres et la lecture des médias. Mais en général, il passait environ 3 heures et demie à son activité principale.

Notons que Darwin était quasiment maniaque sur l’utilisation de son temps et ce n’est pas parce qu’on travaille 12 heures par jour qu’on a fait réellement quelque chose. Henri Poincaré est un autre exemple. Auteur de 30 livres et près de 500 papiers sur la théorie des nombres, la mécanique céleste, l’astronomie et la philosophie, Poincaré était sans doute l’un des penseurs les plus universalistes du 20e siècle. Il voulait homogénéiser les fuseaux horaires, supervisés le réseau ferroviaire en France, il était inspecteur général au Corps des Mines et professeur à la Sorbonne. Et pourtant, il passait à peine 4 heures par jour dans les réflexions les plus intenses. G.H. Hardy, l’un des mathématiciens britanniques les plus célèbres du 20e siècle avait l’habitude de dire que 4 heures d’activité créative est la limite pour un mathématicien. La vie de ces personnalités est totalement à l’encontre de notre mode de vie actuel et du discours dominant sur le travail. C’est peut-être pour ça qu’on est dans la merde.

Pourquoi avez-vous envie de sauter lorsque vous êtes en haut d’un immeuble ?

Quand quelqu’un est au bord d’un précipice, d’un pont ou d’un immeuble, ce n’est pas le vertige qui lui fait peur, mais bien qu’il pourrait sauter sans aucune crainte. L’, qui est la peur des hauteurs, se base sur plusieurs mécanismes. Premièrement, on mesure très mal les hauteurs. Des participants dans une étude ont surestimé les grandes hauteurs d’un tiers au double dans la majorité des cas. Ensuite, on a aussi une forme de mal des transports où le corps n’arrive pas déterminer une stabilité optimale. Le se produit lorsqu’il y a un conflit entre votre système visuel et vestibulaire. Imaginez un levier sur votre tête qui réagit à la gravité et au mouvement qui est composé de liquide dans 3 canaux dans vos oreilles. Quand nous avons le sur un navire, le système vestibulaire sait que vous vous déplacez, mais notre système visuel nous montre un état stationnaire ce qui provoque la nausée. La même chose se produit lorsqu’on se trouve en hauteur.

L’acrophobie n’est pas une phobie ordinaire, car dans les autres phobies, les personnes vont s’enfuir face à des araignées ou des serpents. Mais l’acrophobie provoque directement l’envie de sauter. Dans une étude de 400 personnes qui n’avaient aucune envie suicidaire, la moitié a eu envie de sauter lorsqu’elle est en hauteur. L’explication provient d’une mauvaise interprétation des signaux cérébraux. Notre circuit de la peur fonctionne plus vite que notre traitement conscient. Donc, quand vous êtes au bord du vide, le circuit de la peur envoie une alerte, mais le traitement conscient n’arrive pas à comprendre la raison de l’alerte. Quand nous reculons précipitamment d’un précipice, ce traitement conscient n’arrive pas à comprendre pourquoi nous le faisons et donc, il nous dit qu’il n’y pas de danger et qu’il nous pousse vers l’avant. Au final, notre envie de vivre et de mort passent dans des frontières floues au bord des abysses. Le Pont de Deception Pass aux États-Unis a provoqué près de 400 morts depuis sa construction en 1935. Un homme, qui avait sauté, avait crié « Yahoo » comme si c’était un jeu. On peut proposer toutes les explications qu’on veut, mais l’Appel du Vide restera un mystère fascinant et morbide et c’est peut-être une bonne chose.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *