Actualités scientifiques de la semaine #35

Toutes les actualités scientifiques de la semaine du 24 au 29 avril 2017. Toutes les sources sont en anglais.


Toutes les actualités scientifiques de la semaine du 24 au 29 avril 2017. Toutes les sources sont en anglais.

Les premiers humains sont arrivés aux Amériques il y a 130 000 ans

Une étude très controversée prétend que les premiers humains sont arrivés aux Amériques il y a 130 000 ans, soit 100 000 plus tôt que les précédentes estimations qui tournaient autour de 20 000 à 30 000 ans. Les seules preuves des humains seraient les restes d’un animal proche des éléphants connu comme un Mastodon. Selon les chercheurs, il semblerait que certains ossements possèdent une forme très régulière comme s’ils avaient été taillés pour en faire des outils. Mais le consensus scientifique a déjà établi que les humains sont arrivés il y a environ 20 000 ans d’où le scepticisme face au nouveau papier. La principale critique est qu’on n’a trouvé aucune trace de la présence humaine dans le voisinage du site. Est-ce encore un papier qui prétend une découverte révolutionnaire pour tomber dans l’oubli la semaine prochaine ?

L’arbre généalogique des chiens révèle une grande diversité canine

Comme les chats ou les vaches, on pensait que les chiens et leurs croisements respectifs provenaient des mêmes espèces que nos ancêtres avaient domestiquées. Mais il semble que les chiens actuels proviennent de 2 lignées distinctes, la première associée aux chiens de troupeau et la seconde pour les chiens domestiques. Et le croisement des espèces se base également sur ces utilisations des chiens. Les chiens de troupeau ont été spécifiquement croisés pour leurs capacités dans les montagnes tandis que les autres l’ont été pour leurs caractéristiques physiques. Le est le seul animal domestique connu à avoir bénéficié de ces croisements particuliers.

Chan Zuckerberg offre une grosse donation au serveur de prépublication BioRxiv

BioRxiv est un serveur de prépublication dédié aux sciences du vivant comme ArXiv pour la physique et les mathématiques. Et Chan Zuckerberg vient d’annoncer une donation financière considérable pour permettre à ce serveur de se développer. Le montant n’a pas été communiqué. La donation sera offerte par la Chan Zuckerberg Initiative (CZI) qui a été lancée par Mark et Chan Zuckerberg. Cette initiative possède un financement total de 3 milliards de dollars « pour guérir toutes les maladies du monde ». À son lancement, la CZI a été énormément critiquée, car on estimait qu’elle a été lancée pour les avantages fiscaux sans oublier que les États-Unis dépensent des dizaines de milliards de dollars chaque année et ils n’ont pas réussi à guérir toutes les maladies. Mais il est intéressant que les serveurs de prépublication reçoivent des donations privées pour échapper à la pression de publication dans les revues payantes.

De l’ADN d’anciens humains sans les ossements

Pour la première fois, les chercheurs ont réussi à obtenir de l’ADN d’anciens humains sans avoir besoin de leurs ossements. Ils ont juste utilisé la terre dans les grottes et cela ouvre de nouvelles voies pour comprendre nos ancêtres sans nécessiter des dents ou des ossements. Mais les difficultés sont nombreuses. D’une part, il faut isoler précisément l’ADN des humains comparé aux animaux et aux plantes dans ces grottes. De plus, la datation est très compliquée. On ne peut pas dater l’environnement avoisinant pour le lier l’ADN, car celui-ci a pu être habité à plusieurs reprises ce qui peut fausser la datation. Mais c’est une piste intéressante pour découvrir ou exploiter des sites archéologiques qui n’ont pas d’ossements.

Une carte du Dark Web montre des îlots plutôt qu’une toile

On confond souvent le terme de Web invisible et Dark Web. Le Web invisible est simplement les sites qui ne sont pas indexés par les moteurs de recherche. On a les bases de données, les bibliothèques, les archives des musées. Le Dark Web se base principalement sur le réseau TOR avec des sites qui se terminent avec l’extension .onion. Des chercheurs ont tenté de créer une carte de ce Dark Web et ils ont découvert qu’il n’a rien d’une toile comme le web standard.

Au lieu, ce sont des silos isolés qui ont très peu de liens les uns avec les autres. Mais étant donné que le Dark Web est conçu pour offrir de la tranquillité et de l’anonymat à certaines communautés telles que des activistes ou les Furry, il est normal que ces communautés ne soient pas très sociales. Si on veut se cacher dans le noir, on n’allume pas un feu au beau milieu de la nuit. Mais le papier des chercheurs est assez problématique, car il sous-entend que puisque ces sites sont isolés, alors les personnes qui utilisent sont forcément anti-sociales. Un raccourci digne des médias de masse.

Marine Le Pen est un terrible danger selon les directeurs des principaux instituts scientifiques

Les directeurs des 9 principaux instituts de recherche scientifique (IRSTEA, CIRAD, CNRS, IFREMER, INSERM, INRA, IRD, INRIA, INED) appellent à voter Macron, car est un terrible danger pour les progrès sociaux et scientifiques de la France. Ils ne citent pas Macron, mais le vote de l’abstention n’est pas contre Le Pen. Mais ce n’est pas parce qu’on va voter contre Le Pen que la recherche scientifique va s’améliorer. Les statistiques de surface montrent une bonne image, mais depuis des années, le budget est en baisse constante. Le nombre de doctorants crève le plafond, mais il n’y a aucun débouché ce qui les force à partir vers le secteur privé.

De plus, sur les 2 précédents quinquennats, on a plusieurs réformes désastreuses sur l’enseignement supérieur et la recherche. Et c’était la même gouvernance qui porte actuellement Macron. Donc, comment peut-on dire qu’un président Macron fera mieux pour la recherche scientifique ? À la place, on va avoir un virage néolibéral qui va décapiter de nombreux secteurs de la recherche fondamentale. C’est bien d’appeler au barrage face au FN, mais il faut prouver que son adversaire ne fera pas pire. Comme dit l’expression : Dans le doute, mieux vaut s’abstenir.

Appel à rétracter un papier sur les microplastiques et les poissons

En juin 2016, la revue Science avait publié un papier indiquant que les larves de la Perche (un poisson européen) préféraient manger des petites billes de plutôt que de la nourriture naturelle. Le résultat est que les larves se développaient moins et elles étaient plus vulnérables face aux prédateurs. Mais des critiques ont fusé sur le fait que les chercheurs n’avaient pas passé assez de temps sur les observations. De plus, les données n’ont pas été publiées dans un serveur public comme l’exigent les normes de la revue Science. Vu les preuves accablantes sur cette fraude scientifique, ce papier sera sans doute rétracté.

Les ondes Wifi peuvent créer votre hologramme

Cette nouvelle recherche est assez inquiétante. Les scientifiques ont réussi à utiliser des ondes Wifi qui circulaient dans une chambre pour créer un d’un objet dans cette chambre. Les implications sont immenses. Cela signifie qu’avec le bon dispositif, une entité tierce peut créer un de vous en utilisant simplement les ondes Wifi de votre réseau domestique. Pour le moment, cela reste expérimental et il faut beaucoup d’étapes pour créer l’, mais les chercheurs sont optimistes. Dans 5 ou 10 ans, on va utiliser les ondes Wifi pour localiser une personne dans un bâtiment plutôt que pour communiquer. Les ondes Wifi sont dangereuses, mais pas pour les raisons auxquelles on pense.

Est-ce que le peintre Francisco de Goya avait le Syndrome de Susac

On estime que est le père de l’art moderne, mais dans les dernières années de sa vie, il a souffert d’une maladie mystérieuse qui l’a rendu sourd et sujet à des hallucinations fréquentes. La maladie était grave et il était arrivé à un point où il ne pouvait plus continuer. Après la maladie, les oeuvres de Goya sont devenues plus sombres à la limite du cauchemardesque. Chaque année, l’Historical Clinicopathological Conference lance un défi à un médecin de diagnostiquer la maladie de Goya que ce soit via son environnement ou son alimentation. On a d’abord pensé à l’empoisonnement au plomb, car on savait que Goya l’utilisait pour ses mélanges. Mais cela ne cadrait pas avec les symptômes.

Un chercheur suggère que Goya était atteint du syndrome de Susac, une dont les symptômes sont la surdité, la paralysie et les hallucinations. Cette maladie endommage la paroi des petits vaisseaux sanguins ce qui provoque une dérégulation de la circulation sanguine. On a des maux de tête, des hallucinations et on a également des pertes de la vue et de l’ouïe. Et Francisco de Goya a pu survivre à sa maladie, mais c’est ensuite qu’il a publié des tableaux cauchemardesques avec des fantômes et des sorcières.

Devons-nous manger les insectes en sachant qu’ils sont « sensibles »

Un essai dans Nautilus pose la problématique de la consommation des insectes. Aujourd’hui, c’est une tendance qui grandit avec des restaurants et même des géants agroalimentaires qui se lancent dans ses produits. La consommation des insectes est venue d’un constat est que l’élevage actuel ne suffira pas pour répondre à la demande alimentaire de l’humanité. De plus, on suggérait que les insectes sont des animaux très primitifs et qu’on pouvait les manger sans aucun problème.

Même certains végans et les végétariens ont suggéré d’intégrer les insectes dans leur alimentation. C’est notamment le cas où on va passer à une alimentation végane stricte ce qui peut provoquer la carence de certains nutriments qu’on trouve chez les animaux domestiques. D’autres refusent catégoriquement cette idée. Et le souci est que les avancées scientifiques de ces dernières années montrent que les insectes sont tout sauf des animaux primitifs. L’article mentionne les mouches à fruits qui sont capables de prendre des décisions. Ce qui suggère une certaine sensibilité cognitive. Que ce soit les abeilles, les cafards, les bourdons, la science nous apprend que ces insectes sont bien plus sophistiqués que des mécanismes automatiques sur pattes. Qu’est-ce qui se passe si on découvre la même sensibilité chez les plantes ? Enfin, la pénurie alimentaire ne vient pas d’un manque de ressources, mais bien de l’inégalité entre les pauvres et les riches et l’ampleur colossale du gaspillage alimentaire dans de nombreux pays.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *