Les pays égalitaires sur le sexe = Moins de femmes dans les métiers STEM

Une nouvelle étude a révélé que les pays ayant une plus grande égalité entre les sexes voient une plus faible proportion de femmes diplômées en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques (STEM). Les décideurs pourraient utiliser les résultats pour reconsidérer les initiatives visant à accroître la participation des femmes dans les STEM.


Une nouvelle étude a révélé que les pays ayant une plus grande égalité entre les sexes voient une plus faible proportion de femmes diplômées en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques (STEM). Les décideurs pourraient utiliser les résultats pour reconsidérer les initiatives visant à accroître la participation des femmes dans les STEM.

Surnommé le paradoxe de l’égalité entre les sexes, la recherche a révélé que des pays comme l’Albanie et l’Algérie comptent un plus grand pourcentage de femmes parmi leurs diplômés en STEM que les pays reconnus pour leur niveau élevé d’égalité entre les sexes comme la Finlande, la Norvège et la Suède. Les chercheurs de l’Université de Leeds Beckett au Royaume-Uni et de l’Université du Missouri aux États-Unis pensent que cela pourrait être dû au fait que les pays moins favorisés bénéficient souvent de peu d’aide sociale ce qui augmente l’attrait pour les métiers du STEM qui sont souvent mieux rémunérés.

Une étude sur 475 000 personnes dans 67 pays

L’étude, publiée dans Psychological , a également examiné ce qui pourrait motiver les filles et les garçons à choisir d’étudier les matières STEM incluant la capacité globale, l’intérêt et si les matières scientifiques étaient une force académique personnelle.1 En utilisant des données sur 475 000 adolescents dans 67 pays ou régions, les chercheurs ont constaté que si les résultats des garçons et des filles dans les STEM étaient globalement similaires, la science était plus susceptible d’être le meilleur sujet des garçons.

Les filles, même lorsque leurs capacités en sciences égalaient ou excédaient celles des garçons, étaient souvent susceptibles d’être globalement meilleures dans la compréhension de la lecture ce qui se rapporte à une plus grande aptitude dans les matières non STEM. Les filles ont également tendance à manifester un intérêt moindre pour les matières scientifiques. Ces différences étaient presque universelles dans tous les pays et régions étudiés. Cela pourrait expliquer une partie de la disparité entre les sexes dans la participation aux STEM comme l’explique Gijsbert Stoet, professeur en psychologie de l’Université de Leeds Beckett :

Plus vous progressez dans l’enseignement secondaire et ensuite dans l’enseignement supérieur, plus vous devez abandonner les matières pour vous spécialiser. Nous sommes enclins à choisir ce que nous apprécions. Même si les filles peuvent égaler les garçons en termes de performance en sciences et en mathématiques à l’école, si ce ne sont pas leurs meilleurs sujets et qu’elles ne s’y intéressent pas, alors elles choisiront probablement d’étudier autre chose.

Un problème dans la spécialisation des métiers scientifiques

Les chercheurs ont également examiné combien de filles pourraient choisir de poursuivre leurs études en STEM en fonction de ces critères. Ils ont pris le nombre de filles dans chaque pays qui avaient la capacité nécessaire dans les STEM et pour qui c’était également leur meilleur sujet et ils l’ont comparé au nombre de femmes diplômées en STEM. Ils ont constaté qu’il y avait une disparité dans tous les pays, mais avec un écart encore plus grand dans plus de pays à égalité des sexes. Au Royaume-Uni, 29 % des diplômées en STEM sont des femmes tandis que 48 % des filles britanniques pourraient être amenées à prendre ces sujets en fonction de leur seule compétence scientifique. Cela baisse à 39 % lorsque la capacité scientifique et l’intérêt pour le sujet sont pris en compte.

Le co-chercheur David Geary de l’Université du Missouri a déclaré : Même si les pays où l’égalité des sexes est la plus forte sont ceux où les femmes sont activement encouragées à participer aux STEM, ces pays ont moins de femmes dans une filière universitaire STEM. Des facteurs économiques plus larges semblent contribuer à une plus grande participation des femmes dans les STEM dans les pays où l’égalité entre les sexes est faible et à une participation plus faible dans les pays où les femmes sont égales.

Un Etat providence influence le choix des femmes dans les STEM

Les pays, ayant une plus grande égalité entre les sexes, tendent également à être des États providence en offrant un niveau élevé de sécurité sociale à leurs citoyens par rapport à ceux qui ont une plus faible égalité entre les sexes qui tendent à avoir des conditions de vie moins sûres et plus difficiles. En utilisant les chiffres globaux de satisfaction de la vie de l’UNESCO (OLS) comme indicateur des opportunités et des difficultés économiques, les chercheurs ont constaté que dans plus de pays égaux en genre, la satisfaction globale de la vie était plus élevée.

Le professeur Stoet a déclaré : Les carrières STEM sont généralement sûres et bien rémunérées, mais les risques de ne pas suivre cette voie peuvent varier. Dans les pays plus riches où le choix de carrière semble relativement sûr, les femmes peuvent se sentir capables de faire des choix basés sur des facteurs non économiques. À l’inverse, dans les pays où les opportunités économiques sont moindres et où l’emploi peut être précaire, une carrière STEM bien rémunérée et relativement sûre peut être plus attrayante pour les femmes.

Le professeur Geary ajoute : Quand on réduit les préoccupations économiques, comme c’est le cas dans les pays où les sexes sont égaux, les préférences personnelles sont plus fortement exprimées. Les différences entre les sexes et les intérêts professionnels influent davantage sur les choix des carrières en créant le paradoxe STEM que nous avons découvert.

Malgré des efforts considérables pour augmenter la participation des femmes dans les STEM, les niveaux sont restés globalement stables pendant des décennies, mais ces résultats pourraient aider à cibler les interventions pour les rendre plus efficaces, disent les chercheurs.

Il est important de prendre en compte le fait que les filles choisissent de ne pas étudier les STEM pour ce qu’elles considèrent comme des raisons valables, donc les campagnes qui ciblent toutes les filles peuvent être un gaspillage d’énergie et de ressources selon le professeur Stoet. Si les gouvernements veulent augmenter la participation des femmes dans les STEM, une stratégie plus efficace pourrait être de cibler les filles qui sont clairement perdues dans la voie des STEM et celles pour qui les sciences et les mathématiques sont leurs meilleurs sujets et qui en profitent. Si nous pouvons comprendre leurs motivations, alors les interventions peuvent être conçues pour les aider à changer d’avis.

Sources

1.
Psychological Science. Psychological Science. 10.1177/0956797617741719″ target= »_blank » rel= »noopener noreferrer »>http://dx.doi.org/10.1177/0956797617741719. Published February 13, 2018. Accessed February 13, 2018.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *