"La fin d'une ère" après le limogeage du chef du renseignement algérien


  • FrançaisFrançais


  • Le général Mohamed Mediène est l'homme en costume marron. Aucune confirmation jusqu'à ce jour.

    Le limogeage du général Mohamed Mediène, chef de la principale agence de renseignement algérien, sonne la fin d’une ère.

    Dans un développement totalement inattendu et considéré comme la fin d’une ère par les médias locaux, le directeur de la principale agence de renseignement algérien et l’un des hommes les plus puissants du pays a été limogé par le président. Avant ce dimanche 13 septembre 2015, le général Mohamed Mediène était considéré comme le chef d’une agence de renseignement qui était resté le plus longtemps à son poste. Il a pris les rênes du Department of Intelligence and Security en 1990 et il n’a jamais été remplacé. Connue par ses initiales, la DRS avait pris rapidement de l’ampleur pendant la guerre civile d’Algérie en 1990. Après une victoire électorale par l’Islamic Salvation Front (FIS) qui a été fragilisé par un Coup d’Etat, le général Mohamed Mediène avait profité de la sécurité précaire du pays pour renforcer la DRS et augmenter son influence politique.

    Il est devenu l’un des plus proches alliés du président Abdelaziz Bouteflika et son agence était considérée comme un Etat dans l’Etat. Le général a cultivé une aura mystique pendant de nombreuses et ce n’est que dimanche dernier qu’on a pu voir l’une de ses rares photos en public. Selon le New York Times, de nombreuses critiques de Mediène estimaient qu’il a pu se maintenir au pouvoir pendant aussi longtemps en faisant un chantage systématique aux politiciens et autres personnalités publiques. Et le limogeage du général de la DRS a créé une grosse surprise. C’est sans doute une étape de plus pour le président Bouteflika qui veut proposer plus de contrôle civil dans le secteur militaire de l’Algérie. Le limogeage de Mediène suit l’arrestation de plusieurs responsables du renseignement algérien en aout dernier. On a notamment l’arrestation du général Abdelkader Ait-Ouarabi qui dirigeait le département du contre-terrorisme au DRS depuis plus de 2 décennies sous Mediène.

    De nombreux pensent que la suppression du général Mohamed Mediène a été provoquée par une rupture entre Bouteflika et Mediène. L’année dernière, quand Bouteflika a annoncé qu’il briguerait un 4e mandat, Mediène lui a dit en face que c’était une très mauvaise décision. Le président Bouteflika, âgé de 78 ans, a subi plusieurs incidents cardiaques en 2013 et il évite les apparences publiques depuis tout ce temps. Cette mauvaise santé du président augmente les rumeurs sur de possibles successeurs et même de Coup d’Etat par des membres de l’armée. Reuter rapporte que le général Mohamed Mediène a été remplacé par le général Athmane Tartag. Ce dernier était le conseiller de sécurité du président depuis plusieurs années.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

    Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.