samedi , 18 novembre 2017

Tabac chauffé : Des niveaux de toxicité inférieurs de 90 % par rapport à une cigarette

Une recherche suggère que les niveaux de substance toxique dans le tabac chauffé, qui fait partie des produits de dernière génération du tabac, émettent 90 % moins de substances toxiques comparées aux cigarettes classiques. Le tabac chauffé connait une croissance considérable dans des pays comme le Japon. Étant donné que cette étude a été financée par British American Tobacco, la prudence est de mise sur les conclusions jusqu’à ce qu’elle soit reproduite par une équipe indépendante.


Tabac chauffé : Des niveaux de toxicité inférieurs de 90 % par rapport à une cigarette
Les concentrations de substances toxiques dans les vapeurs du produit Glo se sont avérées inférieures à hauteur d’environ 90 % à celles de la fumée de cigarette. Glo est un produit qui chauffe le tabac plutôt que d’utiliser la combustion. Le tabac chauffé possède une température plus basse qu’une cigarette (environ 240 degrés Celsisus pour le tabac chauffé contre 900 degrés Celsisus pour la cigarette).1

Nos études sur Glo révèlent qu’il produit des niveaux significativement plus faibles de composants nocifs ou potentiellement dangereux par rapport à une cigarette selon le Dr James Murphy, responsable de la réduction des risques à British American Tobacco. Il a été constaté que la vapeur produite avait des valeurs de substances toxiques plus faibles que la fumée de cigarette ce qui devrait en principe exposer les consommateurs à beaucoup moins de substances toxiques. Ce sont les substances toxiques dans la fumée qui provoquent la plupart des maladies liées au tabagisme.

Des tampons filtres avec la vapeur provenant du Glo qui un produit de tabac à chauffer (en haut) et la fumée de cigarette (en bas) - British American Tobacco

Des tampons filtres avec la vapeur provenant du Glo qui un produit de tabac à chauffer (en haut) et la fumée de cigarette (en bas) – British American Tobacco

Les scientifiques de British American Tobacco ont analysé et comparé la vapeur de Glo qui est un produit de chauffage du tabac disponible dans le commerce avec la fumée d’une cigarette de référence et ils ont constaté des réductions substantielles des émissions de Glo. La plupart des substances toxiques de la fumée de cigarette n’ont pas pu être détectées dans la vapeur du Glo.

Cette évaluation complète des produits chimiques fait partie d’une approche que nous avons développée pour démontrer le potentiel à risque réduit des produits de tabac chauffé et d’autres produits de prochaine génération par rapport aux cigarettes classiques selon Murphy. Nous pensons qu’une telle approche est essentielle pour communiquer aux consommateurs et aux législateurs que les informations disponibles sur nos produits sont basées sur une science solide et fondée sur des preuves selon le chercheur.

Les scientifiques ont évalué 126 substances incluant des substances toxiques identifiées par la Health Canada, la Food and Drug Administration (FDA) et le Groupe d’étude de l’OMS sur la réglementation des produits du tabac (TobReg) comme nocives ou potentiellement nocives pour la santé. Ces substances sont produites par la combustion du tabac.

Selon les chercheurs, le produit du tabac à chauffer produit une vapeur contenant moins de substances toxiques (en haut) par rapport à une cigarette (en bas) - Crédit : British American Tobacco

Selon les chercheurs, le produit du tabac à chauffer produit une vapeur contenant moins de substances toxiques (en haut) par rapport à une cigarette (en bas) – Crédit : British American Tobacco

Un robot fumeur a été utilisé pour générer de la fumée ou de la vapeur dans le laboratoire d’une manière qui imite l’utilisation réaliste des produits. Des échantillons d’air ont également été produits pour comparer la fumée et la vapeur. Une analyse des émissions a montré que le Glo produit un aérosol beaucoup plus simple que les cigarettes. En moyenne, Glo a émis moins de 95 % sur les 102 des 126 composés qui ont pu être mesurés comparativement à la fumée. Pour les 9 substances toxiques que l’OMS propose d’abaisser dans la fumée de cigarette, la réduction moyenne globale était de 97,1 % alors que pour les 18 nécessitant un signalement obligatoire par la FDA, elle était de 97,5 %.

24 substances n’ont pu être détectées/quantifiées dans les émissions Glo, dans la fumée ou les deux. Les résultats s’ajoutent à un ensemble de preuves qui pourraient être utilisées pour soutenir Glo en tant que produit à risque réduit par rapport aux cigarettes conventionnelles. Le tabac chauffé, connu également comme les produits Heat-Not-Burn, connaît une popularité considérable, notamment au Japon. Cette étude doit être prise avec précaution, car elle est financée par British American Tobacco qui compte sur ces nouveaux produits. C’est pourquoi elle devra être reproduite par des équipes indépendantes pour démontrer sa fiabilité. La cigarette électronique est encore moins toxique que le tabac chauffé dans l’état des connaissances actuelles. En effet, comme son nom l’indique, le tabac chauffé implique une consommation directe du tabac tandis que la cigarette électronique fournit seulement la nicotine. Donc, sur la toxicité, le tabac chauffé pourrait être équivalent à une e-cigarette, mais sur le plan de l’addiction, c’est une autre histoire.

Sources

1.
Regulatory Toxicology and Pharmacology. Regulatory Toxicology and Pharmacology. http://dx.doi.org/10.1016/j.yrtph.2017.10.006.
N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?

Aucun avis particulier

A propos de Jacqueline Charpentier

mm

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d’emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l’actualité scientifique et celle de la santé.

Un commentaire

  1. Ce qui me titille, c’est l’intro de l’article: Une recherche “suggère” …
    Si recherche il y a, résultats il y a. Factuels, vérifiables et avérés. Si une étude (qui a dû coûter une fortune) ne se contente que de “suggérer”, ils est permis de douter des conclusions “suggérées”, a fortiori quand on sait par qui elle est commanditée. Se souvenir que ça fait plus de 50 ans que les industries du tabac nous mentent.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG