La baisse du tabagisme chez les jeunes est corrélée avec l’augmentation de la vape

Une étude infirme tous les mythes qui sont propagés par des études moisies et des médias anxiogènes. Ce mythe est que l’augmentation de la cigarette électronique entraine une augmentation du tabagisme. En fait, les données montrent que lorsque la vape est devenue populaire, le tabagisme chez les jeunes a baissé de manière conséquente.


Une étude infirme tous les mythes qui sont propagés par des études moisies et des médias anxiogènes. Ce mythe est que l'augmentation de la cigarette électronique entraine une augmentation du tabagisme. En fait, les données montrent que lorsque la vape est devenue populaire, le tabagisme chez les jeunes a baissé de manière conséquente.

Bien que les cigarettes électroniques puissent amener certains jeunes à commencer à fumer au niveau individuel, il existe peu de preuves que ce soit le cas au niveau de la population, concluent les chercheurs. Et ces résultats sont cohérents sur plusieurs années, soulignent-ils. Au début de 2018, les académies nationales des sciences, de l’ingénierie et de la médecine ont publié un rapport concluant qu’il existait des preuves substantielles qu’un vapotage chez les jeunes est fortement associé à la progression vers le .

La baisse du tabagisme chez les jeunes

Mais le rapport a également noté que la récente augmentation de la popularité des cigarettes électroniques et de la était associée à une baisse des taux de tabagisme dans ce groupe d’âge. Afin d’essayer d’explorer ces tendances plus en profondeur et de régler définitivement la question de savoir si le vapotage pourrait servir de passerelle au tabagisme, les chercheurs ont procédé à une analyse des tendances temporelles, en utilisant des données accessibles au public jusqu’en 2017.1

Ils se sont d’abord inspirés d’enquêtes nationales représentatives sur le vapotage et l’usage du chez les 15 à 25 ans, car il s’agit du groupe d’âge le plus susceptible de commencer ou de continuer à fumer régulièrement. Ils ont ensuite examiné les habitudes de tabagisme chez les adolescents et les jeunes adultes, remontant à 2004, pour évaluer les tendances du tabagisme avant que l’usage de la ne devienne populaire.

Ils ont utilisé les réponses à 5 enquêtes nationales différentes. Dans les cas où des informations étaient disponibles, ils incluaient toute utilisation de cigarettes au cours des 30 jours précédents, ainsi qu’une utilisation établie, définie comme un quotidien/un demi-paquet par jour/100 cigarettes fumées à ce jour et fumant actuellement certains jours.

La popularité de la vape à partir de 2014

Les réponses ont révélé que la prévalence de vapotage était faible de 2011 à 2013, mais qu’elle avait atteint des niveaux beaucoup plus élevés en 2014, ce qui a donc été identifié comme le point de basculement lorsque le vapotage est devenu populaire chez les adolescents et les jeunes adultes. Le choix de cette date est corroboré par les données sur les ventes au détail, qui ont plus que doublé en 2014, et par le pourcentage d’adultes passant des clopes aux cigarettes électroniques, qui a également doublé entre 2012-13 et 2013-14.

L’analyse a montré que la tendance à la baisse de la prévalence du tabagisme chez les jeunes aux États-Unis s’accélérait après 2013, au moment où le vapotage devenait plus répandu et que cela était particulièrement évident chez les 18-21 ans. L’analyse a également montré que le déclin du tabagisme plus établi s’accélérait rapidement lorsque la prévalence du vapotage augmentait. Et la proportion de ceux qui ont déclaré avoir fumé au cours des 30 derniers jours, avec une baisse lente en 2012, a diminué plus fortement (deux à quatre fois) une fois que le vapotage est devenu populaire. En termes clairs, cela signifie que non seulement la vape fait baisser le tabagisme chez les jeunes, mais que cette baisse est accélérée par rapport aux méthodes traditionnelles.

Une accélération de la baisse du tabagisme avec l’augmentation de la cigarette électronique

Les résultats étaient cohérents dans différentes enquêtes, suggérant que les résultats étaient fiables malgré différentes méthodes de collecte de données et après correction des anomalies de saisie des données. Les chercheurs suggèrent que l’augmentation de la prévalence du tabagisme associée à la prévalence du vapotage, constatée par d’autres chercheurs, pourrait néanmoins être conforme à leurs conclusions.

Il est possible qu’essayer de fumer des cigarettes électroniques ait un lien causal avec le tabagisme chez certains jeunes, mais l’effet global de cette relation au niveau de la population peut être suffisamment faible pour que ses effets soient submergés par d’autres facteurs qui influencent le comportement tabagique, suggèrent-ils.

Les limites de l’étude, mais le risque de la vape est clairement exagéré

Ces facteurs pourraient inclure des campagnes médiatiques et des politiques de lutte antitabac: Des recherches supplémentaires seraient nécessaires pour faire la distinction entre leur rôle potentiel et la popularité grandissante de la vape, ajoutent-ils. C’est une étude observationnelle, et en tant que telle, ne peut pas établir la cause. Et comme les analyses ont toutes été effectuées à l’aide de données américaines, les résultats pourraient ne pas être applicables ailleurs, avertissent les chercheurs.

Bien que nos conclusions soient interprétées avec prudence, elles donnent une image cohérente de la réduction accélérée de la prévalence du tabagisme chez les jeunes et les jeunes adultes à mesure que le vapotage se généralisait, écrivent-ils. Et, se référant au rapport des académies nationales, ils ajoutent: À notre avis, il est prématuré de conclure que le taux accru de diminution du tabagisme observé est dû au fait que le vapotage détourne les jeunes du tabagisme, bien que ce soit une explication plausible.

Ils concluent: Si notre principale préoccupation concerne les tendances au niveau de la population concernant le tabagisme chez les jeunes et les jeunes adultes, ce que nous estimons être approprié, alors le vapotage ne constitue pas un motif de préoccupation sérieux … et peut contribuer à la baisse récente du tabagisme chez les jeunes et les jeunes adultes.

Pourtant, les conclusions de cette étude sont confortés par le professeur Josh Britton, directeur de l’UK Centre for Tobacco & Alcohol Studies à l’université de Nottingham :

Cette étude démontre que la disponibilité des cigarettes électroniques aux États-Unis semble avoir contribué à une nouvelle baisse du tabagisme chez les fumeurs jeunes et âgés, et plus précisément que tout effet de passerelle vers le tabagisme est plus que compensé par les effets de vapotage chez les jeunes, qui autrement, auraient fumés. A la place, ils ont utilisé des cigarettes électroniques pour éviter de fumer.

Les chiffres montrent des tendances similaires à celles observées au Royaume-Uni, où les cigarettes électroniques ont apporté des gains substantiels en matière de santé publique, et contribueront, espérons-le, à rassurer les commentateurs américains qui ont jusqu’à présent souligné les risques de progression de la porte d’entrée dans la promotion de politiques restrictives en matière d’utilisation de la cigarette électronique.2

Sources

1.
Examining the relationship of vaping to smoking initiation among US youth and young adults: a reality check. Tobacco Control. 10.1136/tobaccocontrol-2018-054446″ target= »_blank » rel= »noopener noreferrer »>http://dx.doi.org/10.1136/tobaccocontrol-2018-054446. Published November 20, 2018. Accessed November 20, 2018.
2.
expert reaction to smoking rate and popularity of vaping in the U.S. sciencemediacentre.org. http://www.sciencemediacentre.org/expert-reaction-to-smoking-rate-and-popularity-of-vaping-in-the-u-s/. Published November 21, 2018. Accessed November 21, 2018.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *